pourquoi bloguer

pourquoi bloguer Bleiddwn a traduit le texte « I hate the news » d’Aaron Swarz. Je ne peux qu’approuver : au début la presse était une bonne intention : partager l’information au gens et gagner sa vie de cette manière.

Maintenant ce n’est plus une bonne intention : La presse n’est plus libre.
Elle est liée par l’argent à ceux qui lui donnent de quoi exister. Voici un exemple récent, en voilà un autre qui l’est un peu moins démontrant pourquoi la télévision publique en France n’osera plus diffuser d’émissions dérangeant les grand groupes industriels (ici, Coca-Cola).

Alors quoi faire pour s’informer ? Il faut multiplier les sources. Lire les avis des gens. Lire des blogs personnels.

Je suis pour les blogs. Les blogs sont le reflet de ce que le blogueur pense et a envie de partager.

Les blogs, contrairement à ce que doivent être les journaux, sont subjectifs et c’est bien.
Cela a selon moi plus qu’un simple média d’expression : cela doit également pousser le lecteur à analyser ce qu’il lit. Et c’est là le problème principal que rencontrent les gens avec les blogs : un blog n’est pas un journal.

Pour que les blogs deviennent un média influent pour le grand public, il faut juste que le public soit avisé de ce fait. Il faut l’éduquer à la lecture des avis personnels des autres, et non plus juste la lecture de faits relatés.
Avec la TV ou les médias traditionnels, le public a tendance à tout prendre comme vrai car c’est fait par des professionnels qui font leur métier.
Le public doit réapprendre à se faire sa propre opinion sur les faits de première main au lieu de tout gober comme il le fait avec les journaux « objectifs ».
Les médias traditionnels ne sont plus dignes de confiance. Alors on a créé des blogs, mais ce n’est pas la même chose, et le lecteur doit s’adapter à ça.

Tenir un blog va bien plus loin que juste donner son avis : cela doit permettre aux autres de se forger une capacité à séparer le pour du contre, à analyser, à vérifier les sources, à se faire sa propre opinion, à ne plus suivre le troupeau.
Il en va de la liberté d’expression de celui qui parle, mais aussi de la liberté d’information et de la liberté de penser de celui qui lit.

Oui, un blogueur fait parfois des erreurs : on est des humains, qui interprètent, et partagent ces interprétations. Mais nous, on ne vous force pas à croire tout ce qu’on dit. Avec un blog, il est très simple de trouver un autre blog avec d’autres sources, d’autres idées, d’autres interprétations.
C’est en lisant de tout que l’on arrive à se faire une idée globale sur un sujet, et que l’on peut prendre parti.

J’avoue que quand mes lecteurs sont en parfait accord avec ce que je dis sur un sujet, je suis rassuré : au moins je ne suis pas le seul à trouver que le sujet mérite une discussion ; mais je suis également très avide de savoir tout ce que pensent ceux qui ont d’autres avis : ça permet de découvrir d’autres idées et de débattre. Ça évite un enfermement de type religieux avec un gourou qui parle et tous les partisans qui gobent tout.

Enfin, et ce n’est pas forcément le plus important ici mais je l’ajoute tout de même parce que c’est une différence notable entre les blogs et les journaux : la subjectivité des blogs permet de rendre les faits beaucoup plus réels, plus touchants, plus vrais que s’ils étaient froids et objectifs. Certes, c’est un moyen pour faire passer un message plus facilement (je ne le cache pas), mais c’est aussi un moyen de partager ce que l’on ressent réellement en plus des faits, et donc de voir l’impact réel que cela peut avoir sur quelqu’un ou sur un peuple entier.

image de Icedsoul