Drapeau du Copyreich.

Copyreich n. m.
Système oppressif aux méthodes mafieuses imposé au nom du droit d’auteur par les industriels de la culture.
Éthym : Copyright +‎ Reich.


Il s'agit de toutes les lois débiles mises en place par l'industrie du disque, et plus largement de la culture pour protéger ses intérêts et bafouer ceux de la société.

Citons par exemple :

  • blocage ou fermeture de sites légitimes ;
  • harcèlement de sites jusqu'à ce qu'ils retirent des contenus gênant (mais légaux) ;
  • taxation d'un nombre incalculable de produits au nom du droit d'auteur (autoradios, cloud, cartes SD, GPS...) ;
  • instaurations de frontières inexistantes pour devoir payer plusieurs fois pour la même chose (ie : géoblocking) ;
  • mises en places de DRM pour empêcher de lire un fichier ou un disque sur certains appareils, disque et fichiers que l’on a pourtant achetés.

Que les industriels de la culture appliquent leurs règles débiles sur leurs œuvres qu’ils veulent tuer, je m’en fiche un peu pour eux.

Mais qu’ils demandent la censure de choses qui sont totalement légales mais qui les gênent tout simplement, ça commence à faire chier.

La notion de « dictature du copyright », ou tout simplement Copyreich, prend tout son sens par exemple quand les industriels demandent à Google de censurer les résultats pour un documentaire concernant The Pirate Bay : le film lui-même est placé sous une licence de libre diffusion par son auteur et les industriels n’ont aucun moyen légal de le faire censurer. Du coup, ils font pression pour empêcher les moteurs de recherche de permettre de trouver ce film. C’est mafieux.

La protection et la rémunération des auteurs, qu’ils disent ? Dans les faits, les industriels n’hésitent même pas à attaquer les artistes eux-mêmes en justice, ces derniers voulant récupérer leurs propres enregistrement.

La protection des artistes n’a jamais été leur but.

MÀJ

  • 2018-06-20 : taxe Google, taxe sur les liens, et responsabilités des hébergeurs : validées par l’UE.
  • 2018-01-20 : Google modifie sa recherche d’image pour satisfaire les ayants-droit, et faire chier les utilisateurs.
  • 2016-06-20 : les sites d’images veulent taxer Google, au nom du droit d’auteur, évidemment, parce que ce dernier indexe ce que les sites mettent publiquement à disposition de tout le monde…
  • 2015-11-10 : les ayant-droit veulent une amende automatique.
  • 2015-05-29 : le droit d’auteur ne s’applique qu’aux riches, c’est à dire qu’eux seuls peuvent en user et en abuser. Les particuliers, eux, n’y ont pas droit.
  • 2014-11-05 : les ayants-droit veulent pouvoir sanctionner les internautes avant qu’ils piratent (en fait ils ne veulent pas attendre qu’une infraction en commise pour être payé)

Image originale de Bajazet (lien mort)