fuduntu-logo.png

fuduntu-logo.png
Les réseaux sociaux ont parfois du bien : même si on y va qu’en tant que spectateur, on découvre des choses. Ayant ajouté le groupe Linux à mon réseau, j’ai découvert un post sur Fuduntu.

Fuduntu (contraction à la consonance humoristique de Fedora et Ubuntu) n’a rien d’une Ubuntu et un peu d’une Fedora. L’ensemble est en rolling release et tourne sous Gnome-2.

C’est ce point précis qui m’a fait craquer (non non non, je reste allergique à Gnome 3, Unity et tout le reste…). J’étais resté un bon moment sous Ubuntu avec la session gnome-fallback, qui ressemble à Gnome-2 et qui en a le comportement, mais il a aussi les bugs et les restrictions d’Unity.
Si par défaut le bureau de Fuduntu ressemble à OS-X, il est possible de changer la barre en bas pour une barre Gnome (un outil très simple est là spécialement pour ça).

Fuduntu est très rapide à l’usage (un démarrage un peu long, mais on s’en fout quand on reboot qu’une fois toutes les huit semaines). Ça fait du bien d’avoir un système qui répond extrêmement vite à tout ce qu’on fait. Il tourne parfaitement sur mon ordinateur Airis.
Le lancement d’Apache par exemple : sous Ubuntu il faut patienter genre 3 ou 4 secondes ? Ben ici, le lancement est instantané. Et ce n’est qu’un exemple.

Ayant des ascendances de Fedora, Fuduntu utilise le gestionnaire de paquets YUM et le système de paquets RPM. Dans le passé, Fuduntu était compatible avec les dépôts Fedora, mais ce n’est plus le cas maintenant : ils ont leur propres dépôts, qui restent encore un petit peu vides (il y a de bonnes choses mais pas tout : Opera, optipng, jpegoptim, php-pdo par exemple n’y sont pas : il faut les compiler ou installer les paquets proposés par les éditeurs).

On y trouve en revanche tout ce dont un utilisateur normal a besoin : Chromium (navigateur par défaut), Firefox, GIMP, Thunderbird, Pidgin, VLC, Rhythmbox, LibreOffice, Wine, Brasero, Flash, codec-MP3. Steam fait aussi de la partie !

Le wiki et le forum ne sont encore bien remplis non-plus, mais le projet est encore petit, et de toute façon la doc de Fedora peut toujours servir, et les commandes universelles pour GNU/Linux marchent toujours.

Bref, si vous voulez une distribution stable, rapide, sous Gnome 2, en rolling release et qu’avoir à compiler 2-3 logiciels de temps à autre ne vous fait pas peur, alors allez-y !