japan.jpg

japan.jpg Je me suis sérieusement mis au japonais, surtout grâce à ce site.
Le plus dur, c’est qu’il faut non seulement apprendre la langue, mais aussi l’alphabet qui n’est pas le même que le nôtre. En fait, il y a plusieurs alphabets en japonais : les kanas (hiragana et katakana) et les kanjis.

J’avoue avoir eu assez de mal à trouver les différences entre tous ces systèmes d’écriture (en dehors des caractères bien-sûr) : peu d’articles sont clairs à ce sujet en fait.

Voici ce que j’ai retenu.

Les kanjis sont des idéogrammes : chaque caractère représente une idée, un objet ou une situation. On trouve ainsi le kanji « 家 » pour la maison, « 馬 » pour le cheval, etc.
Ces caractères sont issus du chinois.

Les kanas sont des alphabets de syllabes (des syllabaires donc). On a un caractère pour écrire « ba », un autre pour « ka », un autre pour « to », etc.
Il est possible de n’écrire un texte qu’en kanas et sans aucun kanji, vu qu’on écrit ce qu’on prononce. En pratique, les japonais utilisent des kanjis pour les mots qui en ont un (maison ou cheval par exemple) et des kanas pour des mots dont il n’y en a pas, dont celui qui existe est trop compliqué, ou dont l’auteur ne le connaît pas.
Notons que la connaissance d’un grand nombre de kanjis (les idéogrammes) par une personne est un signe de culture et de savoir (et il y en a plusieurs milliers).

Parmi les kanas, on distingue les hiragana et les katakana.
Les deux sont employés, simultanément, en fonction des mots : les katakanas sont utilisés pour les mots d’origine étrangères, les noms scientifiques et les onomatopée ; les hiragana dans les autres cas, et précisément dans le cas où un kanji n’existe pas, n’est pas connu, ou ne doit pas être employé (trop compliqué, trop rare).

Les hiraganas sont arrondis et « lisses » : ひらがな. Si je tente de retranscrire « timo » en hiraganas, ça donne ceci : « ちも ».
Les katakanas sont plus « angulaires » et fait de traits droits : カタカナ. « Timo » deviendrait en katakanas : « チモ ».

Il existe un autre type d’écriture aussi : le romaji. Il s’agit de la retranscription du japonais en utilisant l’alphabet latin (ou romain, d’où le nom de « romaji »).

Enfin, on trouve parfois le terme de furigana. Ce n’est pas un autre alphabet, mais ce sont les petits hiraganas qui sont parfois placé au dessus d’un kanji difficile. De cette façon, un lecteur qui ne connaît pas le kanji peut le lire quand même grâce au hiragana, et n’est donc pas embêté pour comprendre le texte. C’est un peu équivalent en alphabet latin des parenthèses contenant une prononciations pour un mot compliqué, un nom étranger ou atypique. Par exemple « Louis de Broglie [prononcer « Louis de Breuille »], était une physicien du XXe siècle. »).

image de arcreyes