color-glass J'adore le CSS :-D.
Pour deux raisons :
  1. les possibilités sont énormes ;
  2. personne n'en exploite plus de 20% des solutions.
Ensuite, parce que c'est également léger et simple (plus léger que des images et plus simple que du JS qui n'est pas adapté à du design).

Saviez vous qu'on pouvait laisser le système d'exploitation choisir lui même des couleurs ? Ou bien inverser le sens du texte ?

Voici quelques propriétés CSS qui en plus d'être utiles, peuvent donner une touche de finesse à votre style graphique et remplacer du JavaScript.

Word-wrap

Qui n'a jamais eu un soucis de ligne de code ou d'url trop longue et dépassant de son petit cadre ? Ça arrive quand une chaîne de caractères est trop longue sans contenir d'espaces. Avec ceci, c'est fini ! word-wrap permet justement de forcer la coupure des chaînes trop longues (exemple ici).
word-wrap: break-word;

Empty-cells

Vous avez un tableau HTML. Certaines cellules sont vides, et vous voulez les masquer. Rien de plus simple, appliquez sur votre tableau :
empty-cells: hide;
Démonstration sur le calendrier sur le cote de la page (dont le code PHP est disponible ici, à tout hasard).

Counter

Couplée à la pseudo classe « :before » et à « content », count permet de compter en CSS. Exemple , où les titres sont numérotés en CSS et dynamiquement (c'est à dire que supprimer un paragraphe au milieu ne brisera pas la suite des titres : virer le §2 ne vous fera pas passer du §1 au §3, mais renommera le §3 en §2).
h1:before {
counter-increment: count0;
content: counter(count0,upper-roman)" - ";
}
Il est possible d'utiliser plusieurs compteurs, de les coupler et de choisir leurs type : chiffres romains, chiffres arabes, lettres grecs, latins, arméniens, minuscules/majuscules…
Dans mes tutoriels (exemple), les sommaires et les titres sont numérotés avec ça. Mon code CSS dédié à ça est

(Note : je n'ai pas encore trouvé comment récupérer les valeurs des compteurs en JS. Je pense que c'est impossible, ou alors que personne n'a été assez tordu pour vouloir le faire : je ne trouve rien à ce sujet.)

Du CSS ciblé suivant la taille de l'écran

Sans PHP, ni JavaScript.
Les CSS permettent d'indiquer si un effet doit être appliqué lors de l'affichage, de l'impression, de la projection sur un écran de TV, etc. Ce qu'on sait moins (du moins je pense car la doc est limitée parmi les blogs) c'est qu'on peut cibler aussi sur la taille de l'écran. C'est facile à coder :
@media only screen and (min-device-width: 480px) {
// CSS a ne pas appliquer aux petits écrans
}
@media only screen and (max-device-width: 480px) {
// CSS a appliquer sur les petits écrans (inférieur à 480px de large) ici
}

// CSS normal, ou CSS commun à tous les écrans ici
Mon site s'affichant sur un smartphone voit apparaître un bouton « version mobile » du site. Il est toujours présent, mais juste masqué sur les grands écrans avec cette solution. (Ensuite, c'est un cookie qui gère l'utilisation du thème mobile ou pas.)


Vous voyez donc que le CSS ne se limite pas simplement au padding, margin et border, mais permet d'autres choses. Allez, ceci est cadeau, même si ce n'est pas moi qui ait fait le PDF.
Ah, et également un lien à propos des poids CSS : suivant qu'on cible une classe d'un élément, un ID ou un ID dans un ID, le CSS correspondant sera plus ou moins prioritaire. Je pense que ça résoudra pas mal de casses têtes, j'étais pas au courant de tout ça.

image de Photo-Fenix.com

twitter-logo.jpg Avant, Twitter fournissait des icônes RSS partout. Mais c’était avant.

Durant un moment, il fallait découvrir que le flux RSS d’un compte « twitter.com/compte » était là :
http://twitter.com/statuses/user_timeline/compte.rss

Maintenant, il faut utiliser ça :
https://api.twitter.com/1/statuses/user_timeline.rss?screen_name=compte

Ainsi, pour le compte répliquant les articles de mon site : https://api.twitter.com/1/statuses/user_timeline.rss?screen_name=lehollandaisv


Voilà !

Image de Matt Hamm

quetzal.jpg

Comment activer l’hibernation dans Ubuntu 12.04, 12.10

Placez ça :

[Re-active lhibernation]
Identity=unix-user:*
Action=org.freedesktop.upower.hibernate
ResultActive=yes

Dans le fichier /etc/polkit-1/localauthority/50-local.d/com.ubuntu.desktop.pkla (à la fin du fichier s’il contient déjà des trucs).

(merci Korben)

Comment remettre un format de date normal

Le format US par défaut est « Mar. Oct. 23, 15:36 ». En une commande dans un terminal je le remet en français :

gsettings set com.canonical.indicator.datetime time-format "'custom'" && gsettings set com.canonical.indicator.datetime custom-time-format "'%A %d %B,  %H:%M'"

(ensuite il faut se déconnecter et se reconnecter).

Tous les différents codes (%A %B…) correspondent à un élément dans la date. C’est le format utilisé en programmation.

(source via source)

EDIT, j’ajoute quelques trucs :

Supprimer les suggestions Amazon au sein d’Ubuntu :

sudo apt-get remove unity-lens-shopping

Supprimer tous les plugins « sociaux » :

sudo apt-get remove account-plugin-aim account-plugin-facebook account-plugin-flickr account-plugin-google account-plugin-icons account-plugin-identica account-plugin-jabber account-plugin-salut account-plugin-twitter account-plugin-windows-live account-plugin-yahoo gnome-online-accounts

Réafficher les processus au démarrage

 sudo sed -i 's/NoDisplay=true/NoDisplay=false/g' /etc/xdg/autostart/*.desktop

D’autres astuces/commandes sont disponibles sur ma checklist : http://lehollandaisvolant.net/linux/mintchklst .

image de Brettocop

bulle-colloree.jpg
Tout le monde a déjà fait des bulles de savon et tout le monde a pu y observer des couleurs diverses qui variaient joliment durant quelques secondes. D’où ça vient ?

Réponse : ce phénomène vient des interférences optiques qui se produisent à la surface de la bulle.
Ça ne vient pas du même effet de prisme que l’arc-en-ciel, mais purement du caractère ondulatoire de la lumière.

Interférences d’ondes ?

Prenons une onde, comme par exemple une vague d’un côté d’une piscine. Si on produit la même onde de l’autre côté de la piscine, il y a deux résultats possibles (en plus de toutes les possibilités intermédiaires) (image):

interferences-constructives-et-destructives.png
Le cas où deux ondes s’annulent est utilisé dans les casques anti-bruit : on reproduit une fréquence sonore du bruit dans le casque qui va annuler le bruit qu’on cherche à atténuer (par une opposition de phase). Quelques hélicoptères utilisent également ce système pour devenir inaudible.

La lumière est une onde aussi. Il est donc possible d’obtenir des interférences lumineuses.
Si deux ondes lumineuses de même fréquence se superposent, soit on obtient de la lumière plus forte (addition des deux ondes), soit de l’absence de lumière, du noir (soustraction ou destruction des deux ondes).

Généralement, les deux ondes identiques sont obtenues en dupliquant une onde Laser en deux ondes identiques légèrement déphasées. Un appareil capable de faire ça se nomme un interféromètre. Et bien, une bulle de savon est une interféromètre !

Sur la bulle de savon

Un dispositif possible pour faire des interférences est d’utiliser une épaisseur transparente très fine (interféromètre de Perot-Fabry). On obtient alors deux ondes identiques, légèrement décalées. La première onde est obtenue par transmission à l’extérieur de la surface de la bulle. La seconde est une partie de la lumière qui fait une réflexion supplémentaire dans la bulle (image) :

interferometre-de-perot-fabry.png
Le rôle de l’épaisseur fine et transparente est jouée par la pellicule d’eau + savon de la bulle.

La lumière blanche est composée de toutes les fréquences entre le rouge et le violet. Lors des interférences, certaines couleurs s’annulent et d’autres sont amplifiées. La couleur qui est amplifiée dépend de l’épaisseur de la pellicule d’eau.
La pellicule d’eau n’étant pas uniforme sur toute le bulle, certaines zones amplifient le rouge, d’autres le vert, d’autres le bleu, etc.

De plus, l’épaisseur de la pellicule d’eau peut changer d’un instant à l’autre (micro-vagues dues à des fluctuations de la tension de surface) , ce qui fait que les couleurs changent aussi au cours du temps.

Au final, on obtient une bulle avec des zones colorées dont la couleur change.

Je me demande ce que donnerait une bulle de savon sous une lumière Laser, tiens… À essayer. Mais j’ai peur que le Laser fasse péter la bulle trop tôt…

Le même effet d’interférences optiques donnant des rendus de couleurs est visible :
  • sur un CD placé au soleil
  • sur certaines lunettes de soleil (image)
  • avec un hologramme sur les billets de banque
  • avec de l’huile ou de l’essence sur une flaque d’eau
  • sur certaines perles, coquillages, plumes
  • sur le dos du scarabée doré ou de certains papillons

photo de Hop-Frog

Ouais, encore un coup de gueule, et alors, un problème ?

Actuellement je vis aux Pays-Bas, donc pas en France. Et ce petit pays n’a pas encore de site dédié pour Amazon (amazon.nl), comme a la France (amazon.fr), ou l’Allemagne (amazon.de).

Je n’ai jamais eu de souci quand j’étais en France : Amazon marchait bien. Mais maintenant c’est la galère : évidemment, amazon.fr ne livre pas aux P-B et amazon.co.uk demande des frais de ports en plus… Idem pour le site allemand.

Ce soir je voulais télécharger un album MP3 (je l’avais déjà fait chez eux, ça marche pas mal et on a un MP3 de qualité correct). Premier écran : impossible car cet album n’est pas disponible en France (merdeuh) :

57.png

Je creuse un peu pour voir s’il y a un moyen, et je tombe sur cette abomination, ce comble de l’Internet et de la technologie :

55.png

« le téléchargement est impossible en dehors de la France ».

Ils se foutent de moi, là ? J’ai mon compte utilisateur à moi, avec mes ID/mdp à moi et ils veulent pas parce que j’ai déménagé ?!

Admettons que j’avais un compte MP3 sur un lecteur à eux, si je déménage… Ils me reprennent tout ? (comme chez Microsoft ?)

FFFFUUUUUUUU !!!1!!11

Qu’ils aillent se faire voir. Cet album, je le téléchargerai ici. Je veux bien être sympa, comme j’ai souvent été, mais faut pas se foutre de moi à ce point.

Re-merde.

93679057_6d10cad27c.jpg L’ami MrKooky a publié un article avec des idées pour partager la culture. Pourquoi cet article ?
Parce qu’actuellement l’industrie de la culture n’est pas adapté au net (mon dernier article est très clair là dessus). L’ennui, c’est que ça fait bien vingt ans que ça dure que personne ne se bouge le cul pour ça.

Du coup, ce sont les internautes qui pensent à la place de ceux qui sont payés pour le faire… Un comble.

Voici un article que j’avais rédigé il y a des mois mais que je n’ai jamais publié, et qui rejoint un peu celui de Mr Kooki :

Question culture, il y a un problème : on a les internautes qui ont une demande en musique et il y a les majors qui sont censés proposer de la musique, mais qui vendent au lieu de cela des morceaux de plastique impossibles à lire…

En somme : il n’y a aucune offre viable destinée à l’internaute qui soit à la fois pratique, financièrement à sa portée, et respectueuse de l’utilisateur et des artistes.

L’ennuie c’est que c’est pas prêt de changer, avec les Majors plus bornés qu’une fonction constante (#privatejoke). Et d’ailleurs, si les Majors étaient tellement « pour les artistes » et « pour la culture », ils se rendraient compte que l’ouverture et l’encouragement du partage est la meilleure forme de publicité qui soit. Et par conséquent aussi un potentiel début de sources de revenus.

C’est en lisant cet article de Gee que j’ai eu l’idée d’un truc qui se fait (je suis sûr) depuis longtemps : faire des sortes de « partages-partys » où chacun arrive avec son ordinateur et ses fichiers, on met un réseau entre tout ça, et tout le monde partage sur le réseau.
En fait, ça se fait déjà avec certains logiciels comme Windows Média ou Rhythmbox qui partager et cherchent le réseau pour ça.

L’idée n’est pas neuve je pense, mais ce qui serait bien, c’est que ce soient les Majors qui organisent ce genre de choses, par exemple lors d’un festival avec divers artistes, courants musicaux, ils font des stands et chacun partage et découvre, gratuitement quelques morceaux.

Je sais que c’est très à l’encontre de ce qui se fait actuellement voire totalement utopique, mais si on arrive à montrer que le partage est bénéfique pour les artistes, la culture et l’industrie du disque, on a peut-être une chance.

L’idée n’est pas de faire payer la consommation d’un bien culturel (comme ça se fait lors de la vente d’un CD), mais de pousser le monde à sortir l’argent de lui même pour ceux qui permettent de faire la musique.
On est tous d’accord sur le fait que la musique, les livres, les jeux, les films, les logiciels sont essentiels pour tout le monde. On est tous d’accord sur le fait que la production de tout cela prend du temps, et que c’est un travail considérable. On est tous d’accord que tout travail mérite salaire. Mais on est pas tous d’accord ni sur le prix, ni sur les modèles utilisés actuellement pour faire tourner l’économie.

Tout le monde ne peux pas se payer tous les albums/films/logiciels qu’il a sur son disque dur (moi le premier), et c’est pour ça qu’on ne peut pas exiger à tous de payer la même somme pour la même chose : surtout que la culture étant quelque chose d’objectif (c’est quoi pour vous « un bon film » ou un « mauvais film » ?).
Une phrase issue du Petit Prince prononcé par le Roi dit « il faut exiger de chacun ce qu’il peut nous donner, sinon il se soulève ». L’idée est un peu là aussi : 10€ pour un bon film c’est pas énorme, mais pour une bouse, c’est beaucoup trop, et ça, ça change en fonction des personnes.

À méditer pour les Majors.

EDIT : 21/10/12 : c’est de ça que je parle : http://lehollandaisvolant.net/img/21.png
Dans un monde adapté à l’ère du numérique, ce genre de messages n’existeraient pas.

image de Envios

Tiens, une journaliste qui a fait un reportage avec des chaînes de TV demande dans une « lettre aux pirates de la toile » de ne plus pirater ses reportages car ça la met en difficulté avec la chaîne de TV (faire un tel reportage, ça coûte cher).

Ok, jusque là, je la soutient (même si je n’ai pas vu le reportage moi-même).

Mais permettez-moi, en tant qu’internaute, de répondre et d’y mettre mon grain de sel aussi : pirates de la toile ? Ok.
Dans ce cas, je vais parler aux véritables « pirates » de cette histoire : les chaînes TV.

Dans sa lettre, elle le dit elle-même : le reportage était géolocalisé, donc disponible seulement dans certains pays.

L’internet permet justement de s’affranchir de tout ce qui est frontières et limitations géographiques. Que ce soit dans la distribution, la diffusion ou la compréhension (laissez faire les internautes et vos reportages seront traduits dans toutes les langues, même en l33t ou en Klingon s’il le faut.

Que font les chaînes de TV et les distributeurs ? Ils appliquent leurs conneries de frontières partout. Ce sont eux les voleurs, qui volent la création culturelle pour la distribuer à la toute petite partie de l’humanité qu’ils nomment « leur audience ».

L’internet permet le partage mondial, rapide, à moindre coût de toute forme d’informations. Et même pour des amateurs, partager du contenu fonctionne. Ça n’est pas une question de payant ou de gratuit. Quand la qualité y est, le prix on s’en fiche, obtenir des fonds, c’est possible aussi.

Le problème des médias traditionnels, c’est qu’ils appliquent des frontières débiles là où il n’y en a pas. Résultat ? L’information et la culture sont restreintes alors qu’elle devraient être diffusés le plus possible.

Dans la lettre, j’ai bien noté le fait que l’auteur comprenait les raisons de ce « piratage », et qu’elle en était — dans un sens — ravie : ça lui fait de l’audience « au noir » si je peux dire, et c’est toujours appréciable de ne pas être traité de voleurs qui volent pour le plaisir de voler.

Mais parfois les internautes n’ont pas le choix de devenir des pirates. Ils feront tout pour accéder à un reportage ou un document (je ne parle pas des documents secrets ou censurés).
Vous appelez ça du piratage, moi j’ appelle ça la justice et la partage. Ce n’est pas juste que certains Hommes ont droit à certaines ressources et d’autres non en fonction de leurs position sur le globe, alors que toute la technologie est justement là pour abolir ces injustices.

Ce n’est pas vraiment de la faute des journalistes ou des artistes, mais pas des internautes non plus. Encore une fois, il y a les intermédiaires, qui en sont restés à une époque où l’Internet n’existait pas, ni la mondialisation de la culture… Avant un reportage était disponible uniquement à un endroit, à un moment pour quelques gens. Maintenant, internet permet de le rendre disponible partout, tout le temps et pour tout le monde, alors pourquoi les chaînes de TV ne font-elles pas de même ? Cela supprimerait le besoin de « pirater »…

* Oui, le titre contient « pseudo réponse » car je me veux plus général que ce cas présenté ici.

Fan de pokémon ? Fan de musique ? Fan de musique de pokémon ? Voici donc les musiques des vieux jeux pokémon refait par de vrais orchestres : Pokemon Reorchestrated.

Là où je veux en venir, c’est que c’est parti de presque rien : l’auteur de tout ça utilisait des sons d’instruments pré-enregistrés et mettait ça sur youtube.
Peu après, l’idée et le succès lui a permis d’aller refaire faire toutes les musiques par un vrai orchestre.

Dimanche dernier, le résultat est sorti : un album avec 37 chansons.
En trois jours, l’album se situe dans le top 30 des plus téléchargés sur iTunes et le 2nd dans la catégorie des OST.

Bref, un beau succès pour une belle qualité, par un fan pour les fans. L’album est disponible pour moins de $10 pour le moment. Perso j’ai adoré.

Ok, je ne sais pas qui est derrière les spams vers les différents sites de « monsters beats casques » (le webmaster, la régie de pub, des fan ou des robots), mais vous commencez à me faire chier.

Tous les jours je trouve des commentaires dénués de sens sur mes articles (y compris de vieux articles) qui n’ont aucun autre but que de diffuser le lien vers vos sites : vous me spammez.

Ça m’emmerde.

Je m’adresse à vous, personnels de Casques Beats : je n’acheterais jamais chez vous. Chaque lien que vous postez sur mon site, je le note comme spam dans Wot et je le signale à Google comme site malveillant, vous le cherchez.

Le spam n’est pas une méthode respectueuse pour promouvoir du matériel. J’ai envie de dire que s’il était de qualité, vous n’auriez pas besoin de vous abaisser à pourrir mon site et le web tout entier pour faire du chiffre.

Avec cet article, vous aurez gagné, je fais de la pub pour vous :

Celui là pointe sur www.beatsbydocteurdre.net :
spam1.png Et lui vers www.monsterbeatscasques.org :
spam2.png

islande.jpg

J’avais déjà fait un article très critiqué sur la république en France et ailleurs où une solution que je ne trouve pas mal est d’utiliser le tirage au sort du président et des assemblés.

Visiblement, c’est encore le pays de l’Islande qui nous fait ça : depuis la crise (de laquelle ils sont déjà pratiquement sortis) ils refondent complètement la constitution pour en refaire une nouvelle.

Comment ?

En demandant au peuple de la constituer : en 2010, ils ont tirés au sort 1000 citoyens, de tous âges, sexes, milieu sociaux, etc. pour discuter des problèmes et des valeurs qui sont cher au pays :

Puis ces mille personnes se sont réunies pendant 8 heures pour dresser la liste des valeurs fondamentales de la société islandaise. Les gens ont parlé des problèmes importants, se sont écoutés et ont rangé les problèmes par ordre de priorité.

Je trouve que ce pays est un exemple mondial. Mais les médias se taisent, poussés au silence par les rapaces en place actuellement : « la conspiration du silence », c’est ça.
Le gouvernement Islandais, lui, semble y être pour le peuple et non uniquement pour les riches et les puissants : ils ont fait un référendum lors de la crise, pour savoir s’ils devaient sauver les banques à coup de milliards, référendum rejeté à 93% au passage. La crise y a été dur, mais ils en sont sortis maintenant.

A-t-on demandé l’avis des européens pour sauver les banques ici, avec l’argent du contribuable ?
Non.
Résultat : ici, c’est encore le bordel. L’Europe s’effondre. L’Allemagne et les pays du nord ne veulent plus sauver les pays du sud, quitte à menacer de sortir de l’UE.

Il serait peut-être temps d’arrêter de se moquer des idées complètement folles (comme le tirage au sort des assemblés), car ce sont ces idées qui semble le plus fonctionner, la preuve ici.

« Si l'idée n'est pas à priori absurde, elle est sans espoir. » [Albert Einstein]

C’est le changement, qu’il faut. Du vrai. Non pas la VIe République, mais plutôt la 1ère Démocratie.

On me dira que l’Islande est un tout petit pays, c’est vrai, et que l’appliquer en France par exemple serait impossible. Pas faux. Mais je suis de ceux qui pensent qu’un gouvernement fédéral où les départements sont libres et presque-autonome serait une très bonne idée aussi, et là, il sera possible de lancer des référendums pour chaque loi afin d’aller directement demander l’avis du peuple.

Une seule personne pour les gouverner tous, c’est pas possible, on le sait, on le voit. Alors pourquoi pas de changement ?

loic80l

Voynich_Manuscript.jpg

Rhaa®, mais c’est pas vrai : les ayants droits veulent une redevance sur tout ce qui est dans le domaine public :

« Il n’y a pas de raison que l’État finance la protection d’une œuvre du domaine public et sa conservation » dit-il, […] il propose devant la Mission Lescure « une redevance sur le domaine public audiovisuel pour financer la conservation, la numérisation et la mise à disposition des œuvres. »

Si on veut la conserver pour les générations futures quelqu’un doit intervenir pour conserver, protéger et même restaurer. Et quand un éditeur veut diffuser ces œuvres, il devrait payer une redevance pour financer tous ces travaux.

(c’est une citation de PCi, contenant les citations elles-mêmes)

Ah, donc l’argent ne servira pas pour autoriser ou interdire la diffusion, mais pour permettre la mise en place de serveurs et de moyens techniques pour rendre le fichier accessible ?

lol-guy.jpg

Il a rien compris : si le fichier est libre de droits, tout le monde peut le télécharger, le partager, le stocker, l’archiver. Et tout le monde va le faire.

Il pense quand même pas réellement que les majors et autres ayants droit sont les seuls à trouver la culture importante pour l’humanité ? Sérieux ?

Je suis persuadé que les pans de culture, transmis de génération en génération depuis des lustres, qui sont dans les domiciles chez les gens, dépassent ensembles, toute la culture archivée dans les plus grandes bibliothèques/médiathèques nationales du monde.
Et quand je parle de livres, je parle également de tableaux, de lettres et documents historiques, de manuscrits, de plans architecturaux, etc. conservés par des particuliers.

Nan sérieux : on a pas besoin des ayants droit pour ça conserver la culture, ils nous emmerdent déjà trop — entre autres — à restreindre la culture d’un pays à l’autre ou d’un appareil à l’autre.

Ça serait suicidaire pour l’humanité de donner notre culture à ces rapaces qui n’y voient rien d’autre que du profit, du profit, du profit.

Image du domaine public

Je pense qu’on a tous déjà vu un chargeur électrique pour ordinateur portable, téléphone ou autre. Ils sont bardés de logos, voyez donc le délire :

all-logos.jpg

La plupart sont totalement inutiles : ce sont simplement des logos des enseignes de certifications. Pourquoi inutiles ? Parce que certains sont apposés sans réelle certification. À ma connaissance, le logo CE est dans ce cas : il est partout mais il ne sert pas à grand-chose…
En France, c’est la norme NF qui est importante : si tous les autres y sont sauf le NF, le produit n’est pas aux normes françaises.

Voyons tous ces logos :
Logos sur les appareils
Logo Représentation Commentaires
S-semko.png« S » SemkoUn organisme suédois
circle-v-logo.pngCircle VUn organisme américain
nom-nyce.pngNOM NYCEUn organisme mexicain
3ul-listed.pngcULus ListedUn organisme américain
gs-tuv-logo.pngGS TüvDeux organismes allemands
pct-logo.pngPCTUn organisme russe
C-tic-logo.png« C tic »Un organisme australien
ccc-se.pngCCC S&EUn organisme chinois
SEV-logo.png« S+ » SEVUn organisme suisse
vcci-logo.pngVCCIUn organisme japonais
IRAM-S-mark.pngIRAM S-markUn organisme argentin
KC-logo.pngKCUn organisme coréen
0pse-logo.pngPSEUn organisme japonais
fcc-logo.pngFCCUn organisme américain
logo-ce.pngCEUn organisme européen

Joli hein ?
Et y’en a d’autres, qu’on peut trouver sur cette page de manière non-exhaustive.

Il y a seulement 3 logos sur mon appareil qui sont vraiment importants et qui servent à quelque chose. Ce sont ces trois-là :

logo-recycle.png

L’appareil ne doit pas être jeté avec les ordures car contenant des produits toxiques ou des éléments recyclables.

logo-classe-2.png

L’appareil électrique est de classe 2 : l’utilisateur est protégé d‘un point de vue électrique, même en cas de court-circuit ou de dysfonctionnement (il n’y a pas de prise de terre car la carcasse ne peut pas être en contact avec les parties sous tension.

logo-indoor-use.png

L’appareil ne doit être utilisé qu’en intérieur, à cause de l’eau, de l’humidité, des poussières…

Marre des majors et de leur propagande à la noix à propos du téléchargement. J’ai envie de m’amuser moi aussi.

Les CD sont dangereux, vous savez !

En achetant un CD à 15€, vous contribuez à la mort par sous-nutrition des artistes. Si, si : un CD acheté c’est souvent moins de 1€ qui est reversé aux artistes. Tout le reste va dans la poche des PDG, des majors et des sociétés de perception des droits. Et un album acheté en ligne, c’est 0€ qui revient à l’artiste…

En achetant un CD, vous augmentez l’effet de serre. Un CD, il faut le fabriquer, construire des usines, des lecteurs de CD, des pochettes, les transporter (pollution), les emballer… Et les emballages qui finissent souvent dans l’atmosphère à la fin car incinérés…

En achetant un CD, vous contribuez à la faim dans le monde. Tout l’argent investi dans/pour la survie CD n’est pas utilisé pour aider les plus pauvres (HADOPI = 20 000 000 €).

En achetant un CD, vous diminuez les ressources de pétrole. Les CD sont des disques en polycarbonate avec un revêtement en aluminium. Tout le polycarbonate créé ne peut pas être utilisé pour faire de l’essence et donc pour faire avancer des voitures, et l’aluminium ne pousse pas non plus comme ça sur des arbres : il faut l’extraire du minerai…

Enfin, pour chaque CD acheté, un chaton meurt.

7cat.jpg

Mouarf.
Conclusion : n’achetez pas de CD : c’est mal.

image de Purplemattfish

small

freedom-in-jail.jpg

Et merde…

Ça n’en termine pas avec les projets de loi à la con pour fliquer les internautes. Toujours avec la même excuse du terrorisme, bien sûr…

Une idée de l’Europe, cette fois. CleanIT, ça s’appelle. En gros : plus d’avatar et plus de pseudonyme ! Tout le monde devra utiliser son vrai nom et sa vraie photo sur les réseaux sociaux (les forums, blogs, sites genre Gravatar sont aussi concernés ?), avec obligation des sites de veiller au respect de tout cela.

Ben voyons.

Il sera également question de punir le fait de lier vers un site terroriste (là aussi il n’y a pas de définition d’un « site terroriste » : ebay peut en être un, si on considère que certains trucs qu’on peut y acheter permettent de faire des bombes facilement).

Facebook, lui, comme un grand a déjà mis tout ça en place : censure de certains liens, interdiction des pseudos…

Évidemment : tout ceci n’a aucun but de prévention anti-terroriste. Il faut vraiment être un abruti fini pour penser que ça va marcher… Faire des bombes et tuer des gens est déjà interdit. Est-ce que ça limite les explosions et les crimes ? Non.

Tout se passe déjà dans des réseaux secrets et « underground ». Sur le net, il en sera est pareil. Les vrais terroristes n’utilisent pas Google ou Facebook pour trouver des explosifs ou des tutos pour faire une bombe. Encore une fois, avec ce genre de d’idées de lois à la con, ce sera le civil ordinaire qui sera fiché, fliqué, surveillé, espionné de partout.

Le terrorisme, ça fait peur. C’est un prétexte pour faire passer n’importe quoi…

(source : nouvelobs via nikopik)

image de Fivethree

7money.jpg

Les industriels du disque se disent en crise, que les artistes vont mourir de faim et que la culture va s’éteindre, à cause du grand méchant internet et des internautes/nazis/pédophiles/terroristes/voleurs/anarchistes.

Heureusement qu’il y a des taxes partout. Taxe pour copie privée (qui est un droit légal, mais pour lequel on paye des taxes quand même) en tête.
Je dis heureusement car tous les patrons des regroupements comme la SACEM qui s’occupent du reversement de l’argent perçu ne connaissent pas la crise.

Je cite cette page du point Comment la Sacem se goinfre....

Moyenne des cinq principaux salaires annuels en euros :
  • SACEM : 363.908 €
  • SACD : 149.775 €
  • SCAM : 142.521 €
  • SPP : 135.465 €
  • CFC : 110.200 €
  • ADAMI : 107.300 €
  • SPEDIDAM : 96.020 €
  • PROCIREP : 84.273 €

On parle bien des salaires des employés de ces boîtes, et non des sommes reversées aux artistes.

Allez, une petite vidéo très connue de South Park pour agrémenter ça : « downloading is not a big deal ».

Au moins, le PDG de la SACEM va pouvoir s’acheter une piscine en or, me voilà rassuré.

image de dibytes

pills.jpg Puisqu’on est dans les sujets à polémique (OGM, Apple, censure, Apple, système scolaire, Apple…), restons-y et parlons d’homéopathie.

Je parlerai surtout de la quantité de principe actif à l’intérieur, puisque le débat est là.

L’expression « une dose homéopathique » signifie une dose très petite. Et ce n’est pas sans raisons. La quantité de principe actif dans un médicament homéopathique n’est pas juste faible… Elle est incroyablement faible. Même quasi-nulle pour tout dire.

Les doses de ces médicaments sont obtenues par dilutions successives au 1/100. Trente dilutions généralement (dilution CH30), mais jusqu’à 200 pour certains (dilutions CH200), comme l’Oscillococcinum®.

Le résultat c’est que c’est tellement dilué que la concentration est (d’après mes calculs pour un comprimé CH30) d’un rapport 1 molécule de principe actif pour 1000 masses solaires de solvant (en terme de nombre de molécules).

Autrement dit, un comprimé de médicament comme ça ne contient plus aucun principe actif (il y aurait un seul comprimé qui possèdera une seule molécule active sur tous les comprimés qu’il est possible de faire avec 1000 masses solaires). C’est ridicule.

Et pourtant ces médicaments semblent marcher… C’est bien ce qui compte, c’est certain, mais c’est nous prendre pour des cons quand même.




Question : comment peut être dilué quelque chose dans 1000 masses solaires ? Vous pouvez essayer chez vous avec du sirop : préparez un verre de sirop. Prenez une cuillère de ce sirop que vous diluez dans un verre d’eau (dilution ~1/100). De cette solution, prenez une cuillère que vous re-diluez dans un autre verre d’eau. Vous avez dilué au 1/100 une solution déjà au 1/100 : résultat, votre solution est au 1/10 000. Encore une dilution et vous serez à 1/1 000 000. Pourtant nul part vous avez eu besoin de 1 000 000 de verres d’eau, si ?

Et si vous faites cela 200 fois de suite : à la fin, je doute fort que votre boisson aura encore du goût…

Draconianrain

news-paper.jpg

Note de Timo : ceci est un article invité, écrit par Julien.

Introduction

Ceci fait un moment que je n'ai pas écrit d'articles, mais je profite du blog de Timo pour en faire un. En effet, car je considère que le torchon du Quebecor peut avoir des conséquences graves au Canada que ça soit psychologique ou physique. Surtout que ce torchon apparait sur une multitude de sites, car Quebecor est un des plus importants conglomérats de médias au Canada et que je pense que cet article a été écrit pour manipuler les foules.

Les éléments de l'article

L'article

Pour commencer, l'article est disponible sur l'ensemble des sites appartenant à Quebecor et est accompagné du titre suivant « Notre carte des agresseurs sexuels ». Quand on lit le titre, on s'attend évidemment à tomber sur une carte avec des criminels qui ont été jugés et donc reconnu coupables. Et non, ce ne sont pas ces gens là qui sont visés, mais les personnes contre qui on a porté plainte depuis un an pour agression sexuelle. On n’oublie pas non plus de supprimer tous les commentaires qui dénoncent ce torchon et on laisse presque qu’uniquement les commentaires qui vont dans le sens de l'article.

La carte

Pour commencer, cette carte ne devait être accessible qu'au VIP et donc à ceux qui payent un abonnement. On comprend donc que le but du journal est aussi de gagner des abonnements, même si cela doit nuire à des personnes. Mais comme ces journalistes sont des idiots, on peut facilement trouver l’accès à cette carte sur Google. On commence bien sûr par un peu le même titre « Les agresseurs sexuels parmi nous » et puis après ça dérape franchement « Demeurez-vous près d’un pédophile ? ». Transformant ainsi des plaintes d'agressions sexuelles en cas de pédophilie, il serait bien de rappeler à ce journal qu’une agression sexuelle n'est pas forcément un acte pédophile. Cependant, comme les enfants ça fait réagir les foules et bah je pense qu’ils ont jugé bon de mettre ça. On peut alors trouver avec un code postal, sa ville canadienne avec des points rouges où sont soi-disant les pédophiles.

Les conséquences possibles

La politique

Pour commencer, je vais citer une partie du cadre jaune à côté de l'article « cette carte permettra de faire avancer un important débat de société en fournissant au public une information qui lui était jusqu’alors inconnue ». Le but recherché est donc de manipuler les foules pour aider des politiciens à voter des lois. En France, on a fait la même chose pour faire voter Hadopi ou d'autres lois, on a indiqué qu’il y avait des pédophiles sur le net. Pour faire voter des lois du côté réel, on fait visiblement la même chose. Personnellement, on sait très bien que lorsqu’on parle d'enfants, ceci marche. Ça fait toujours réagir la majorité des foules qui ne réfléchissent pas et prennent tout à la lettre. Si c’est la télévision qui le dit ou un journal, alors c'est que ça doit être vrai. Moi j'appelle ça du terrorisme ou de l’extrémisme de l'information, on alimente une paranoïa pour réussir à imposer ses idées à un grand nombre. Et évidemment, malheureusement cette technique marche.

Les drames

Même si le nom et le prénom des personnes ne sont pas affichés, il peut y avoir des drames. Déjà parce que justement, tout le monde va avoir peur de tout le monde. Et aussi, parce qu’il y a toujours des malades pour prendre tout au pied de la lettre. C’est ainsi qu’on se retrouve avec des personnes qui assassinent d’autres personnes, car ces personnes là sont présumées pédophiles ou agresseurs sexuels. C’est ainsi qu’on arrive à des dérives où des gens sont lynchés et tués par une ou plusieurs personnes, alors qu’au final elles n’avaient rien fait. C’est ainsi qu'on arrive à des situations où les gens se font justice eux-mêmes et pour ma part je trouve vraiment ça grave.

Conclusion

Je ne sais pas si le but recherché est de vendre des abonnements, de réussir à faire passer des lois ou les deux, mais c'est du n’importe quoi. C'est comme si j'arrivais à avoir une liste de toutes les plaintes d'agresseurs sexuels et que je transformais ça en pédophile. Vous trouvez ça normal, vous ? Moi non, je trouve ça vraiment pitoyable. Où est la limite de ces journaux ? Où s'arrêteront-ils ? Peut-on vraiment avoir confiance en eux ? Une chose est sûre, il ne faut jamais avoir confiance totalement dans ce qu’on nous dit. Car, il se peut toujours que ceci soit fait pour faire du buzz en nous manipulant.

Liens supplémentaires

La carte : http://infojdem.com/2012/09/cartePedophiles/index.html
L’article de Voir.ca  : http://voir.ca/veronique-robert/2012/09/29/minouches-dans-le-dos/
L’article de levraigabroy.com : http://levraigabroy.com/carte-interactive-des-agresseurs-sexuels-jdm-tu-mniaises-right/

image de ShironekoEuro