book.jpg

book.jpg

Un éditeur argentin a sorti des livres dont l’encre s’efface au bout de deux mois.

Dès l’achat, l’utilisateur a donc un temps limité pour le lire, après le livre sera devenu un cahier avec des pages vierges. Dans l’idée… Mouais… Pourquoi pas : en général on lit un livre puis on le range et on le laisse. Mais le concept fait aussi remonter l’idée des DRM.

Les DRM sont des verrous sur les fichiers : on ne peut lire le fichier que sur tel ou tel ordi, que de telle heure à telle heure et le vendeur du fichier peut vous le supprimer à distance quand il veut. Ici, ce sont donc des DRM physiques…

Ce n’est pas un livre qu’on vous vend : c’est un droit de lecture. Une fois lu, hop, le livre se dénature, se détruit, l’histoire ne vous appartient plus. Certains veulent appliquer ça aux DVD physiques aussi : ils s’effacent après le premier visionnage…

Ça fait plus de six millénaires que l’homme a inventé l’écriture, et autant de temps que la culture, l’histoire, les sciences, les croyances, la philosophie, etc. se transmet mieux par voie écrite de génération en génération…
Aujourd’hui, la culture devient éphémère. Seules quelques personnes se réservent la culture de toute l’humanité.
Ça va bien au delà de la rémunération des artistes…

C’est d’ailleurs un des problèmes du web : le web évolue, des pages apparaissent et disparaissent… Rien ne dit que dans 10 ans mon site sera encore en ligne. Que certaines pages n’auront pas été supprimés, modifiées…
On voit souvent le problème avec les vidéos sur Youtube ou les images sur Flickr ou autre sites : les utilisateurs suppriment les fichiers et plus personne n’y a accès.
Heureusement qu’il y a des sites comme Archive.org qui enregistrent des centaines de milliards de pages web depuis des années, à des fins d’archivage. C’est également un but des projets comme les Autoblogs : si un blog disparaît, il reste toujours les autoblogs hébergés ailleurs. Rien n’est alors perdu.

La culture ne doit pas disparaître ni être privée ni devenir réservée, tout ce que nous sommes, ce que la société est, ce qu’elle sait faire, est basée sur le partage et la transmission des connaissances au fil des siècles. Il faut continuer ça.

image de Martinak 15