censored vituvia

censored vituvia

L’ACTA, INDECT et tous les autres traités et lois liberticides montrent une chose : la liberté d’expression sur Internet n’est pas la bienvenue, même dans nos pays « libres ».
En fait, la liberté sur Internet n’est même pas innée au yeux des gouvernements, et il faut que ça change : la liberté doit être la norme, pas l’exception, y compris en ligne.

Rappelons-nous ceci, en 1948 : la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, signée par un grand nombre de pays dont la France et faisant partie de la constitution :

Article 19
Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit.

Soixante ans plus tard, Internet permet de chercher, recevoir, répandre les idées et les informations, sans frontières.
Le « quelque moyen d'expression que ce soit » qui permet à quiconque de « chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées » est devenu une réalité.

Si la TV, les journaux et la radio étaient des moyens de recevoir l’information et sont restés sous la coupe des gouvernements durant quelques décennies, l’Internet ne l’est pas ! Internet permet de lire, mais aussi d’écrire. Et c’est cela qui gène les gouvernements : c’est un médium hors de leurs contrôle. Internet est fait par les internautes, tous les internautes, les gens contents, mais aussi les gens mécontents.

Les lois comme ACTA, SOPA, LOPSSI, ARJEL et tout le reste sont là pour nos empêcher de continuer à parler au monde entier, à coup de coupure du net pour des prétextes débiles, à censurer tout et n’importe quoi (merci, par exemple, Facebook de censurer gratuitement le peuple qui gueule contre Mac Do).

C’est donc aux internautes de s’organiser, de partager tant que c’est encore possible et autant que possible des informations qui permettent de faire face à ces gouvernements et à ces entreprises.

Voici quelques liens.
Ils expliquent comment construire un internet plus libre et indépendant, comment faire face à un site qui est censuré, comment utiliser les technologies qui sont de plus en plus simples pour rester anonyme même si on a rien à cacher et pour pouvoir accéder à l’information quand on nous l’interdit :

N’oubliez pas : partagez les liens, astuces, infos, tutos partout : que ce soit sur un blog, sur youtube, sur facebook, sur twitter, à l’oral, sur papier ou dans un bouquin… Le but est que tout le monde apprenne, que l’information et la technique se propagent !

Et il y a toujours les Piratebox, pour partager des données, infos, fichiers sans compter ni s’embêter.

image de Mr Enjoy