surveillance

surveillance

Lentement mais sûrement, la France s’approche de plus en plus d’un état policier, où les droits de penser, de communiquer ou de manifester se réduisent.

Voilà l’histoire d’un homme qui entre dans l’hôtel de ville en vue de poser des questions, et qui, suite à une insistance (mais dans le calme) se fait arrêter et interner dans un hôpital (avec intervention de la police, des pompiers, des élus…).

Vraiment quoi ?!
Et apparemment, la loi autorise ça : les troubles à l’ordre public sont maintenant la cause de « troubles mentaux », excuse bidon pour mettre les opposants politiques et les militants en détention pendant 48 heures.

À côté de cela, Adlène Hicheur (physicien au CERN) pourrait être condamné à 6 ans de prison après avoir été détenu sans jugement ni procès pendant presque 3 ans, pour avoir eu des correspondances numériques soupçonnées d’être d’ordre terroriste.
Le goulag à la française, oui c’est exactement ça.

Tant qu’on est dans la dérive vers le totalitarisme : le gouvernement britannique va demander à pouvoir surveiller toutes les communications (conversations téléphoniques, email…) de tous les citoyens (chose que « ferait » déjà la France depuis longtemps, grâce à la loi LOPPSI notamment).

image de henning

img/blog-120404-surveillance.jpg