presidentielles

presidentielles
Je n’ai pas la nationalité Française, je ne peux donc voter aux élections présidentielles qui auront lieu dans quelques semaines.

Mais je vais pas rester muet pour autant : je vais au contraire placer un gros coup de gueule dans toute cette mascarade pseudo-démocratique.

Démocratie

Revenons un peu en arrière… Juste quelques siècles pour revenir à l’époque de la Grèce antique (après tout, faut bien que mes cours d’histoire servent un peu).
La Grèce antique est le berceau de la Démocratie et la République : plutôt que se retrouver avec des gens issus d’une lignée génétique d’aristocrates, la démocratie permet aux citoyens de choisir les personnes qui vont les représenter. Le peuple choisit donc son serviteur qui va faire des choix et prendre des décisions (en fonction des besoins et de l’argent disponible) pour améliorer les conditions de vie des gens qui l’ont choisi.
L’État est donc au service des citoyens.

Maintenant revenons en 2012.

Je vois quoi ? Quelques personnes qui se présentent d’eux-mêmes et qui proposent ce qu’ils appellent « un programme ». Vous ne voyez pas la différence avec la Grèce antique ? Avant c’était le peuple (ou les représentants du peuple) qui dictait quoi faire pour le peuple. Maintenant c’est un cortège de néo-dictateurs qui espèrent tous être élus en proposant leur propre vision des choses pour les 5 ans à venir (et non la vision du peuple, dont les élus se fichent complètement).
Le seul rôle du peuple, c’est de choisir celui qui leur fera le moins de mal.

Elle est où la démocratie là dedans ? À quel moment le citoyen vote pour ce qui lui paraît bon pour lui ? JAMAIS. Le citoyen vote uniquement pour une personnalité qui lui propose le truc le moins pire (oui, c’est bien le « moins pire » et non le « meilleur », car le meilleur ce serait de proposer un référendum à chaque loi proposée, mais c’est impossible à faire une échelle nationale, CQFD).

Et je trouve aussi que les candidats se prennent trop au sérieux : personnellement je m’en fous que ce soit l’un ou l’autre. Je ne choisis pas un visage ni un nom, mais des idées (encore aurait-il fallu qu’elles soient appliquées)…

Premier tour & second tour

Je trouve cette pratique indigne d’une démocratie : la personne élue à la fin ne représente pas le peuple, jamais.

J’explique en reprennant cet exemple . Soit 10 candidats obtenant chacun une partie des voix au premier tour : A (20%), B (17%), C (13%), D (10%) et les six autres se partagent les 40% qui restent.
A et B se retrouvent au second tour, et c’est A qui l’emporte avec 80% des voix. A est donc le nouveau président.

A est content car il pense que le peuple est avec lui. Grave erreur : seulement 20% des citoyens sont pour lui. Tous les autres ont voté pour quelqu’un d’autre quand il y avait le choix. En somme : plus de 80% des citoyens subissent un président qu’ils n’ont pas voulu.

Vous appelez ça « représentatif du peuple » ? Je suis désolé, mais pas moi.

Le vote lui-même

Je l’ai un peu mentionné : le fait qu’une dizaine de candidats se présentent ou peuvent se présenter n’est pas représentatif du peuple.
Et ce système des 500 signatures à la con ne changera rien : je trouve scandaleux que Le Pen a failli ne pas avoir été là (juste par principe, qu’on soit d’accord) parce que les maires ont peur de choisir.

Depuis quand la démocratie autorise-t-elle qu’on ait peur de voter pour quelqu’un ?

Et au final on vote pour le moins pire de tous les candidats (ou le moins pire des quatre ou cinq que les médias et les statistiques débiles ont choisis pour nous).

On peut aussi voter blanc, mais ce vote n’est pas valide.
Beaucoup de citoyens seraient pour la validation du vote blanc : juste histoire de dire « désolé, mais personne ne correspond à ce que l’on veut ». Et j’en fais partie.
Peut-être parce que je vois de mes propres yeux que le système actuel s’effondre et ne suffit plus, et que je ne vois personne d’assez couillu pour oser tout casser et tout reconstruire ?

Je ne sais pas si c’est pour ça, mais en tout cas j’en fais partie et je le pense : aucun candidat actuel n’est digne de la devise « Liberté, Égalité, Fraternité ». En ce moment c’est plutôt « Fichage, Disparités, Égoïsme » qui ressort partout.

Des solutions ?

Le système actuel ne va plus. La France souffre, l’Europe va mal. Bref, c’est le bordel (oui même moi qui ne regarde pas les médias le voit).
Malgré tout ça, les gouvernements restent sourds et rien ne change.

Tant pis : les solutions viendront du peuple. Combien d’articles je ne lis plus et qui parlent de solutions crédibles aux problèmes actuels : certaines collectivités construisent leur propre système monétaire décentralisé ou d’autres méthodes… D’autres boycottent massivement les supermarchés pour revenir aux petits commerces et au jardin personnel, certains font de l’entreaide entre voisins, il y en a qui font leurs propres stations énergétiques d’appoint (et depuis très longtemps d’ailleurs)…

Je ne sais pas si ça marche ou marchera à la longue, mais ce sera toujours mieux que maintenant (franchement : qui — du moment qu’il ait un peu d’humanité en lui – peut être satisfait du modèle actuel : avec des SDF à tous les coins de rue, un chômage à 10% et des services publics qui font la grève pratiquement 3/4 du temps ?).

Pour moi, le principal souci c’est que le pays est trop grand.
Il n’est pas possible de gouverner un pays de 65 millions de personnes depuis Paris. Personne à cette échelle ne peut plaire à tout le monde. Surtout quand 80% des gens ne sont pas pour tes idées.
Et je ne parle pas seulement « d’administrer » le pays, mais bien de s’en occuper : d’aller à la rencontre de tout le monde, dans chaque village et de proposer des solutions aux problèmes locaux. C’est à ça que servent les élus.

Il est temps que le peuple reprenne le pouvoir sur l’État, et se remette à faire des choix pour lui-même, et non laisser quelques gugusses qui se croient plus malins que les autres choisir pour eux.
Dit autrement : il est temps de revenir à la démocratie et de renverser le dictat actuel.

Et pour finir, je dirais qu’il faut franchement être un con (oui un con) pour encore croire aux promesses des candidats. Sérieux quoi… Citez-moi un seul exemple de promesse de 2007 que Sarkozy à tenu ? Privatisation de EDF ? Non, pas tenu. Usines dans le nord ? Non plus. Pouvoir d’achat ? Non. Insécurité ? Non plus (on le voit à Toulouse : tout ce qui est installé en caméras de surveillance, tout ça, n’empêchera personne de massacrer des innocents…). Logements ? Non. Crise économique ? Naaaan ! Gel de la TVA ? Non (il est prévu que cette taxe inégalitaire passe à 21,2% en 2012). Baisse du chômage à 5% ? NaaAAaan
Non non noooOOOOOooon.

PS : quelques heures avant mon billet, Julien a également publié sa vision des choses, et je trouve remarquable que l’on arrive à un même constat : en gros, la « Liberté, Égalité, Fraternité » n’existe pas plus que la démocratie.

image — digne de ce que je pense — de Alain Bachellier