catcatcat

catcatcat Très bon sujet que voilà.
Je me suis souvent posé la question, et ce qui en resort, c'est que je suis comme ça : j'ai un avis sur tout.
On m'a dit un jour que l'Homme se distingue de l'animal par sa capacité à penser. Je pense donc qu'il serait fou de suivre les penseurs : faisons plutôt comme eux.

Ce blog me permet de penser tout haut et de partager. Mon avis peut être aimé ou détesté, faire peur ou faire rire, mais il là : à la disposition des autres. Et c'est ça la liberté d'expression sur le net : pouvoir écrire et toucher un grand nombre de personnes facilement.

Au début, le blog n'était pas présent sur le site, et je n'avais même pas en tête d'en mettre un : tout ce que je voulais, c'est mettre en ligne des astuces et tutoriels que j'avais fait principalement pour moi. Par exemple, cette page totalement pour moi a été vu 30 fois par jour depuis le début du mois. Je pense donc qu'elle aide du monde, bien plus que sur mon disque dur.

Depuis, en lisant d'autres blogs (Sebsauvage, Korben, PCi ou autres), j'ai souvent eu envie de faire des commentaires, puis de faire pareil : parler des sujets qui m'intéressent et laisser ceux que j'aime pas. J'ai donc installé le logiciel Blogotext et commencé à écrire ce que je voulais à propos de l'actu, les geekeries, puis des articles d'astuces et des billets de vulgarisations scientifique.
C'est venu naturellement : partager ce que je sais au plus grand nombre, pour mon plaisir et celui de mes lecteurs.

Oui, ce blog me prend du temps, mais ce temps n'est pas perdu.

Comme je l'ai dit dans un email à lecteur hier, je constate que tous les blogeurs se connaissent plus ou moins (virtuellement, j'entends) et je trouve la notion de "blogosphère" très représentative, car c'est vraiment une sphère. Mais une sphère ouverte : c'est pas parce que quelqu'un est seul contre tous qu'il a tord, et c'est pas en y rentrant qu'il en devient impossible de sortir.

Enfin, je voulais dire une chose : le Petit Marocain dit qu'il trouve difficile de bloguer. Perso ça va : il suffit de rester soi même, de pas trop chercher ses mots s'ils ne viennent pas et de n'écrire que sur ce qu'on veut. Sur ce qui nous toque.

Voilà : partage & discutions, la découverte d'une autre façon de communiquer et le plaisir de bloguer sont les mots qui définiraient rapidement pourquoi je blogue.

image de Paul Moody