fuck-censorchip


fuck-censorchip

J'ai rédigé cet article il y'a quelques semaines, et finalement je m'étais abstenu de publier, je sais pas trop pourquoi d'ailleurs. Il m'arrive parfois de rédiger des pavés et de finalement pas les publier (vous aussi ?). Bref, c'est en lisant cet article du Petit Marocain que je rend compte que l'on a pas tous compris pourquoi il est hors de questions de mettre en place une censure du net, même pour les sites de pédo-pornographie.

Voici ce que j'avais écrit, sans y toucher maintenant :

Je viens de voir le reportage diffusé sur Arte (chaîne TV Franco-Allemande) récemment : « Hackers, Ni Dieux Ni Maitres ».
Le reportage dure 20 minutes, est suivi d'un débat de 30 minutes, et je vous invite à le regarder.

Il parle un peu de l'erreur faite quand on confond Hackers et Pirates, des Anonymous, de ce qu'ils font et pourquoi, de Hadopi et pourquoi ça ne marchera pas.

La débat fait ensuite intervenir un journaliste et deux spécialistes de la cybersécurité. Ils discutent du pourquoi on en est arrivé à une cyber-guerre qui oppose les pirates, les hackers, les gouvernements et les internautes passifs.

Une des questions, tout à la fin (47:57), est :

Le gouvernement veut instaurer la loi LOPPSI, visant à règlementer les sites pédo-pornographiques. Cette loi propose la blocage de ces sites illégaux. __Pourquoi tout le monde s'insurge-t-il sur internet contre LOPPSI alors que dans la société, au contraire, tout le monde est d'accord pour interdire cette pédopornographie ?

En fait, pourquoi sur Internet on n'aurait pas le droit de s'attaquer à ces sites ?

Et voilà ma réponse (au journaliste qui ne semble pas trop maîtriser la question, d'ailleurs, à mon grand regret… Le débat en aurait était largement mieux) :

Le problème n'est pas d'être contre le fait de sanctionner ou non la pédopornographie : la loi est déjà claire sur ce sujet : la pédopornographie, c'est illégal et c'est tant mieux. Y'a déjà une loi, pourquoi une autre ?

Le problème c'est que la loi LOPPSI est un leurre. Une fois en place « pour la bonne cause », cette loi prévoit de pouvoir fermer des sites sans l'intervention d'un juge. Les sites bloqués sont tenus secrets.
Vous pensez qu'il n'y aura pas de dérives ? D'erreurs ? D'abus ? LOPPSI servira à un filtrage massif et secret du web : tout ce qui ne plait pas aux têtes haut placé sera censuré. Faut pas se faire d'illusions.

L'autre problème, c'est qu'il n'est techniquement pas possible de bloquer un site. La solution « facile » c'est le blocage au niveau des DNS, qui est contournable en 30 secondes pour n'importe qui, même M. Michu.
Autre solution : utiliser le DPI (une technique d'espionnage du trafic réseau). Mais encore une fois c'est impensable : sur la toile, on est facilement anonyme ; de plus, le DPI est une atteinte à la liberté et à la présomption d'innocence.

La seule solution, serait de faire fermer les sites en questions : si la France ferme un site pédophile, c'est le monde entier qui en profite. Mais c'est bien trop contraignant : il faut faire des enquêtes, trouver les coupables, saisir les serveurs, les analyser… Sans compter que les sites sont souvent hébergés en dehors de France, donc intouchables par LOPPSI…

Non, c'est bien plus simple de faire croire que LOPPSI est la solution finale : non seulement c'est moins cher (et c'est tout ce qui intéresse les politiques), mais, en plus, ça permet de faire des choses qui ne seraient pas tolérées normalement : bloquer n'importe quel site, même un tout petit blog dénonçant la politique, comme heu… Un Wikileaks ?

Les gouvernements nous prennent pour des cons. Et c'est pour ça que les internautes, nous, sont contre LOPPSI. On est contre la pédo-pornographie mais LOPPSI n'est pas la solution, bien au contraire.

Car non : Internet n'est pas un réseau de nazi/pirates/pédophiles/terroristes/rebelles/fou-dangereux. Internet est un réseau où la liberté existe encore, et c'est ça qu'ils veulent supprimer. Problème, c'est dans un domaine qu'eux ne connaissent pas

En gros : la censure, le filtrage, ne servent à rien. Ça n'empêchera en rien ces sites d'exister, et n'importe qui pourra les consulter de toute manière.
De plus, comme le mentionne JCFrog dans le dernier lien, une info sur Internet est facilement traçable. Si le net disparaît, les actions se dérouleront dans des réseaux underground, et là, tout sera incontrôlable.

Mais nos politiques, qui n'ont la tête nulle part ailleurs que dans le fric ne veulent pas entendre ce dernier détail…
Tant pis pour eux.

image de vandango