screen

Faire une capture d'écran, c'est facile : touche Imp écr, puis « enregistrer ». Mais certains se sont peut-être demandé comment faire des captures d'écran du BIOS, de l'écran de démarrage, d'un écran bleu ou du logonscreen ?

Anéfé là ça ne marche pas…

Il y'a différentes solutions simple. Impossible à deviner, mais simples :

  • Utiliser une machine virtuelle : on fait tourner une machine dans une autre, comme une fenêtre. On peut utiliser des logiciels comme VM-Ware ou Qemu ou l'excellent Virtual Box. Cette image de l'écran bleu est un exemple.
  • Utiliser une connexion SSH : il s'agit de prendre le contrôle d'un ordinateur dans une fenêtre d'un autre ordinateur. C'est sur l'autre ordinateur qu'on prendra alors la capture d'écran du premier.
  • Sinon, je pense qu'on pourrait aussi rediriger la sortie vidéo d'un ordinateur sur une entrée d'un autre PC.

La première est vraiment pratique. C'est comme ça que je peux faire des captures d'écran sous Windows sans avoir Windows d'installé.
Aussi, n'oubliez pas mes conseils pour prendre des captures d'écrans lisibles : faites des images en PNG et désactivez le lissage des polices.

credit image : Arty Smokes

Petit article, rédigé avec Nicolas, enfin surtout par lui :-)

  • « Windows ou Windows ? »
  • « Linux, Monsieur le vendeur. »

Voici le discours imaginaire que j'aimerais bien entendre une fois dans ma vie…
Grande question très délicate et source de débats sans fins que celle-là : GNU/Linux ou Windows ?

Il est difficile de donner son avis de manière objective et sans troll. Lister les plus et les moins n'est plus parlant (ça a déjà été fait), voici donc quelques exemples.

En se basant sur l'OS et son impact sur l'utilisation des ressources (mémoire utilisée, CPU…) on peut dresser un petit comparatif. J'utilise principalement W7 et Ubuntu comme référence (les deux systèmes ont donc le même âge, et donc prévu pour le même matériel) :

  • Au repos Ubuntu occupe moins de 250Mo de mémoire ; comptez le triple pour le dernier bijou de Microsoft. À noter qu'une distribution Linux "veilles machines" se débrouille parfaitement avec 50Mo de RAM et offrant une interface graphique complète. La gestion du matériel, en revanche, est généralement assez désastreuse, même si on temps à une très nette amélioration depuis quelques années, surtout avec Ubuntu.
  • Sous Windows, on a le droit de défragmenter son système toutes les semaines sous peine de ralentissement important. Fait inexistant sur les systèmes de fichiers Unix. Le nettoyage sous Windows constitue tout un art et bien des frustrations (autrement Ccleaner et Ramboost n'existeraient pas). En parlant des systèmes de fichiers, ne citons même pas de la notion de droits avancés : vive ChMod et ChOwn sous Linux.
  • Sans oublier l'installation, la pré-installation et la mise à jour des logiciels sous Windows : une insanité qu'aucune distribution Linux ne vous imposera (en plus des service que chaque logiciel lance au démarrage : un bazar monumental).

Ces seuls points représentent la philosophie de Microsoft : faire du fric, du fric et encore du fric. Windows, contrairement à Linux, est un système payant qui doit rapporter de l'argent. Tout est fait et pensé pour générer du fric : maintenance, logiciels anti-virus, programmes divers, forcer l'achat d'une configuration monstre à chaque sortie de Windows… les bénéfices produits par tous ces services sont monstrueux (enfin, bénéfices… pas pour l'utilisateur !)…

Alors, à qui s'adresse le manchot ? Dans le cas de surf, de bureautique, de multimédia, de jeux flash, de programmation et bien plus encore, une distribution GNU/Linux convient parfaitement.

En fait, la question devrait se poser à l'envers : À qui s'adresse encore Windows ?


Voilà :-)
Merci à Nicolas, dont le blog traite plutôt de hardware, ce qui n'est pas trop mon domaine en fait…