Le Hollandais Volant

Le paradoxe de Braess, ou comment aller plus vite en allant plus lentement

Hier

Je viens de tomber sur cet article qui explique qu’en ayant réduit la limite de vitesse sur le périf parisien de 90 km/h à 70 km/h, la nombre de bouchons a diminué de 40%, et qu’au final la circulation est plus fluide. Ils comptent laisser cette limitation de façon définitive à partir de janvier 2015.

Ceci est un exemple du paradoxe de Braess appliquée au réseau routier, qui dit en gros que pour accélérer le trafic d’un réseau il faut en retirer les portions les plus rapides.

Comment c’est possible ?

Pour expliquer ceci, il faut conjecturer que tous les automobilistes adoptent un comportement égoïstes et pensent d’abord à arriver rapidement à leur point de destination plutôt que penser au trajets des autres et à la fluidité du trafic : chaque automobiliste va d’abord et avant tout emprunter les routes les plus rapides pour lui, tant pis si ça ralentira tout le monde avec des bouchons. En effet, les gens prennent généralement l’autoroute, mais s’ils préfèrent les petits chemins, ce n’est jamais pour que les autoroutiers aient moins de bouchons, n’est-ce pas ?

Regardons cet exemple avec des routes et des villes (A, B, C, D) :

situation paradoxe breass
Le but est d’aller de la ville A à la ville D.
Les chiffres indiquent la durée qu’il faut pour aller d’un bout à l’autre de la rue :
  • la route jaune est une voie rapide : il faut 1 minute pour aller d’un bout à l’autre.
  • la route verte est une voie lente : il faut 6 minutes pour y aller
  • la route rouge est une voie rapide, mais très étroite et dangereuse : il faut autant de minutes pour y aller qu’il y a de voitures dessus en même temps.

Si vous êtes tout seul sur la route, il faudra emprunter le chemin ABCD, et vous mettrez alors 1+1+1 = 3 minutes pour aller de A à D. Ceci est effectivement plus rapide que de passer par le chemin ACD en empruntant la voie verte et où vous mettrez 6+1 = 7 minutes.

À présent, imaginons qu’il y a beaucoup de trafic : 4 voitures doivent emprunter la route pour aller de A à D. Évidemment, ils vont tous passer par le chemin ABCD, pensant que le passage sur la voie rapide jaune va les aider à aller beaucoup plus vite. Or, avec 4 voitures sur les routes rouges, il faudra 4 minutes pour aller d’un bout à l’autre. Pour aller de A à D, il faudra donc 4+1+4 = 9 minutes.
Ceci est déjà beaucoup plus long qu’avec une seule voiture, mais ça sera toujours plus rapide que passer par la voie verte (où il faudra 6+4 minutes = 10 minutes).

On se dit que la voie rapide jaune, malgré le fort trafic aide tout le monde à aller plus vite malgré les voie lentes rouges qui mènes à elles. En fait, il s’agit d’une fausse impression.
Regardons ce qui se passe quand on bloque cette route et qu’on oblige les gens à choisir une autre route :

situation paradoxe breass
Dans cette configuration, si vous êtes le seul sur la route, il vous faudra 6+1 = 7 minutes pour aller de A à D. Ceci est beaucoup plus long que les trois minutes qu’on avait quand la voie rapide jaune était ouverte.

Mais maintenant ajoutons les autres voitures et revenons à un trafic important de quatre voitures. On peut supposer que vu que les chemins ACD et ABD sont symétriques, les automobilistes voyant qu’une des routes est déjà congestionnée vont emprunter l’autre route. Pour une partie des voitures il faudra donc 2+6 = 8 minutes et pour l’autre partie des voitures il faudra 6+2 = 8 minutes pour aller de A à D.

On remarque qu’avec quatre voitures, cela prend plus de temps d’emprunter une route avec la voie rapide qu’emprunter un détour si cette voie rapide est fermée.

Ceci est très intéressant : en supprimant les voies les plus rapides (les plus utilisées, en fait), le trafic routier est plus fluide ! Non pas vraiment à cause de la voie rapide, mais plutôt parce que les voies menant à la voie rapide sont lentes (mais tout aussi empruntées).

Ceci a d’ailleurs été remarqué (source PDF (fr)) sans l’avoir fait exprès, à Séoul en Corée du Sud (une mégapole six fois plus grande que Paris) : la ville avait 3 tunnels en 2002 et il passait 168'000 véhicules chaque jour. Lorsqu’ils ont fermé un des tunnels pour remettre une rivière à cette endroit, le trafic des autres tunnels à diminué, le trafic s’est dilué dans toutes les routes partout autour et les tunnels n’accueillaient « plus que » 30'000 véhicules par jour.

À l’origine, ce paradoxe a été établit pour la congestion des nœuds du réseau pour Internet : si on met un gros câble en fibre optique très rapide entre deux points, toutes les données voudront l’emprunter et ça se fera sans problèmes pour le gros câble… mais avec des problèmes pour les petits câbles tout autour, et au final c’est tout le trafic qui est perturbé. La solution est donc de ne pas construire de « voie rapide », mais plutôt de faire plein de voies « normales » en parallèle.

C’est également pour ça que le partage de gros fichiers via la technologie P2P est si rapide par rapport à des solutions comme Mega ou 4Shared : si un fichier est très demande, les sites Mega ou 4Shared seront saturés, mais avec le P2P, le fichier étant partagé directement d’un internaute à un autre sans passer par un point central, c’est tout le réseau qui est utilisé pour partager le fichier, pas seulement le réseau de Mega ou 4Shared.

(L’exemple et le schéma de cet article sont inspirés de cette vidéo)

#streisand : GeekHard.com menacé par le CNAM

Samedi 26 juillet 2014

L’article d’origine, donnant les impressions d’un rédacteur de GeekHard sur le CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), une école supérieure. L’article écrit était critique, ça n’a pas plu à l’établissement qui envoi leur troupes d’avocats sur le site de GeekHard en leur demandant de supprimer l’article, article que je copie ici :


En informatique il y a une règle que j’ai toujours entendu c’est « il faut perpétuellement se former ».
Du coup je me suis dit : « Allez ! Je vais faire une formation au CNAM du coin sur le développement de site web (niveau bac, en certificat professionnel) ».
Résultat ? Plus qu’une honte à mon goût !

Déjà sur la page du CNAM Rhône-Alpes sur ma formation, une UE apparaît, mais sans informations (noms, ECTS). Réunion obligatoire où l’on note son nom sur une feuille, si l’on ne se note pas dessus, impossible d’avoir un RDV pour l’inscription. Au menu de cette réunion : présentation du CNAM, tarifs, avertissement sur la non-possibilité de s’inscrire en ligne sans date de retour à la normale.
Y’a pas à dire, ça donne envie…
Une fois tout ceci passé, réunion individuelle avec laquelle j’apprends que si je voulais passer ma certification en un an je devrais payer 1370 euros, si c’était ma boîte environ 6200 euros. Par contre si je suis en recherche d’emploi je ne paie que l’inscription, à savoir 140 €.

Alors pourquoi est-ce que je trouve que c’est une honte ?

1— Cours à distance.
Proposer uniquement des cours à distance, autant sur un cours base de données je veux bien, autant sur le graphisme j’ai plus de mal.
Vous vous imaginez “mailer” votre professeur “je n’arrive pas à faire l’effet de flou sur mon arrondi sur le dessin là, vous voyez le rond, rhooo”

2— Le prix.
Passons sur la différence pour moi impardonnable, entre le prix « entreprise » et « personnel », le prix de la formation à distance HORS région est majoré (compter 20 ; 30 ; 40 € de plus en fonction du temps ECTS).
Soit disant qu’il faut ouvrir des accès sur les centres à distance.

Rahh merde alors, sachez que toute personne qui regardera notre site hors Pays de la Loire, Rhône-Alpes (la région de Davinaz et moi) devra payer… Comment ça, c’est intolérable ? … Vous comprenez il faut ouvrir les accès…

3— Les logiciels.
Pour une des unités d’enseignement j’apprends qu’il faudra utiliser Photoshop et Dreamweaver.
Je demande : « Mais ce n’est pas gratuit, il me semble ? »
Réponse magique : « Mais si. On prend la version d’évaluation. »
Donc pour créer un site il faut absolument des logiciels propriétaires et les installer en version d’essai. Il est vrai que GIMP (pour ne citer que lui) ne doit pas suffire.

4— La plateforme.
J’ai dit que je n’étais pas certain que les cours passeraient sur mon ordinateur et (point fort positif) la personne est allée me chercher leur responsable informatique. Après avoir parlé avec lui j’en ressors que la plateforme utilisée permet de visualiser des diaporamas, des vidéos, du tchat le tout sans plug-in. J’avoue avoir du mal à y croire.
Réponse miracle : “Sinon vous mettez Wine et c’est bon”.
Excusez-moi d’avoir pensé qu’un groupe qui se dit « ouvert à tous sans distinction (d’âge, de diplômes, etc.) » utiliserait des technologies valides pour tout OS.

Conclusion

Je trouve que les formations au CNAM ont une réputation trop élevée par rapport a ce que j’en ai vu.
On gueule sur le fait que les entreprises ne forment pas leurs employés, mais vu la différence de prix (pour cet organisme connu par exemple), je les comprends.
Un prix qui varie en fonction de la zone de connexion, sur internet, je trouve ça inadmissible.
Préférer utiliser des logiciels en version d’évaluation plutôt que d’utiliser du libre (surtout pour l’utilité de la chose), il faudra me donner une vraie raison valide !
Une plateforme magique que même le responsable informatique (donc qui devrait la maintenir) ne peut pas expliquer, avec comme solution de créer une VM ou d’installer Wine, juste risible.

Je réfléchis donc à d’autres solutions, notamment l’achat de certains livres de openclassroom (anciennement site du zéro) car à titre personnel, je ne recommanderai pas le CNAM.


--
Ce qui m’inquiète un peu, c’est que ça commence à devenir assez récurent, ces temps-ci, les demandes de retrait d’articles.
Les entreprises préfèrent de plus en plus envoyer les avocats à tout bout de champ plutôt que de discuter ou se remettre en cause. Va falloir monter des sites dédiés à l’effet Streisand un peu partout, ça commence à être inquiétant là…

6 termes scientifiques pour faire flipper votre entourage à propos de votre état de santé

Jeudi 17 juillet 2014

Envie de sécher les cours ? Ou juste de troller votre entourage ?
Voici une liste de quelques termes scientifiques que vous pouvez sortir à la place d’un autre terme familier juste pour étaler la culture.


La myoclonie phrénoglottique
Ce n’est pas une infection tropicale, mais c’est seulement du terme médical pour le hoquet. Rien d’alarmant donc, mais sorti comme ça il peut surprendre. C’est parfait si vous avez envie de sortir de cours quelques minutes prétextant une maladie grave attrapée subitement.
Je pense que c’est aussi pas mal à sortir au restaurant un premier avril, la bouffe provoquant parfois une myoclonie phrénoglottique.

La pandiculation
Ce n’est pas ce que vous croyez, car il s’agit uniquement l’action de s’étirer. Mais on peut toujours se la péter en déclarant être un grand adepte de la pandiculation matinale, sport extrême s’il en est un.

L’Éructation
Beaucoup moins propre ou poli (selon les cultures), cette action est celle de roter. Là aussi, il peut être marrant de prévenir les gens que leur boisson gazeuse favorite est sûrement responsable d’éructations incontrôlées…

La sternutation
Si je vous dis que le pollen ou le poivre provoquent la sternutation, vous devinerez sûrement qu’il s’agit d’un simple éternuement.
Pire, si comme environ 30% des individus la sternutation est produite par la lumière du soleil, alors vous êtes sujet au réflexe photo-sternutatoire, qui serait d’origine génétique. Encore quelque chose que vous pouvez ajouter à votre CV… sûrement.

Le réflexe pilo-moteur
C’est le réflexe qui agit généralement quand vous avez froid : la chair de poule. La pilo-érection est la situation dans laquelle vous êtes quand vous vous avez la chair de poule.

La nictation
C’est une maladie très grave et mortelle (toute personne ayant déjà eu des nictations sont vouées à une mort à la fin de leur vie) de la paupière : chaque clignement de cette-ci est en effet une nictation.
Les scientifiques ont à ce propos remarqués que plus on passe de temps devant un ordinateur, plus la fréquence des nictations diminuent…

Si tous ces termes sons vrais et correctes, ce n’est pas le cas de la xyloglosie, qui est parfois employé de façon humoristique et qui sont des mots fictifs.

Mise en demeure de Captvty : ça recommence, cette fois avec Canal+ et toujours aussi peu de preuves

Samedi 12 juillet 2014

Il y a un an (à quelques jours près), le très bon logiciel qui permet de lire les vidéos en replay de toutes les chaînes de TV subissait une mise en demeure de la part de TF1.

Évidemment, la mise en demeure en elle-même était un tissu de conneries, avec des approximations techniques grosses comme la Lune et bien-sûr complètement fausses : le logiciel en lui même ne contourne aucune DRM, ne pirate absolument rien et le site web, lui, ne fait que permettre le téléchargement du logiciel et absolument pas de la diffusion de vidéos.
Suite à tout ça et avec la popularité du logiciel, il y eut un bad-buzz conséquent sur la blogosphère Française et TF1 n’a plus rien dit…

Aujourd’hui, l’auteur me recontacte pour dire que ça recommence. C’est maintenant Canal+ qui met le site en demeure, avec les mêmes approximations techniques et mensonges. Le PDF montrant la discussion entre Captvty et les avocats de Canal+ est disponible sur le PDF lié ici : canalplus-captvtyfr_20140712.pdf (c’est du lourd, et il y a aussi une précédente plainte de Canal+ datant de 2012…).

Notons bien que contrairement à TubeMaster qui a contourné des DRM de Deezer et a été condamné en justice pour cela récemment, Captvty ne contourne rien du tout, ce qui fait qu’ils sont en soi inattaquables.


Enfin, je me permet de rappeler à tout le monde (y compris Canal+) les articles Art. L.331-9 & Art. L.331-11 du CPI qui disent en gros qu’ils n’ont pas le droit d’empêcher quiconque de récupérer les fichiers vidéos d’un programme télévisé pour leur usage personnel avec des DRM par exemple (sûrement pour cela qu’ils n’en mettent pas — et c’est aussi pour cela qu’ils s’incriminent eux même en disant dans le PDF qu’ils en mettent), mais également par de l’intimidation et la censure, comme l’indique la loi, Article 6-I-4° de la loi LCEN n°2004-575.


Édit : comme le dit Sebsauvage, l’existence même de Captvty tient du fait que les sites de replay officiels fonctionnent mal et ne plaisent pas aux internautes. Ceci rejoint d’ailleurs ce que disait Walane concernant le P2P : le jour où le téléchargement légal sera aussi facile que le P2P, le premier embrassera le marché et le piratage s’effondrera.

Cachez-moi toute cette technologie bien trop pratique !

Jeudi 10 juillet 2014

Ayé, Amazon n’a plus le droit de proposer des livres pas chers et d’offrir la livraison (pour ne pas pénaliser les libraires qui refusent de passer le cap de l’Internet, alors que ça fait à peine 20 ans qu’il est démocratisé dans les foyers). Ils arrivent a contourner plus ou moins tout ça, mais le client est bien emmerdé quand même.

À côté de ça, les VTC qui offraient la possibilité aux clients de géolocaliser les véhicules (alors que les taxis refusent cette technologie) n’auront plus le droit d’utiliser cette technologie non plus (justement pour empêcher qu’ils prennent le marché des taxis, qui eux ont le droit d’utiliser la géolocalisation s’ils le veulent — égalité devant la loi, mon cul oui).

Deux exemples en un jour qui montrent que la France massacre la technologie et le confort des clients simplement pour sauver deux économies ancestraux qui refusent d’évoluer et de franchir le cas du XXIe siècle.

C’est quand même incroyable. Je peine à croire qu’on en soit arrivé là.

Facebook et l’expérience de manipulation de masse : vous l’avez bien profond et j’espère que ça fait mal

Mardi 08 juillet 2014

facebook troll face profile image Facebook a récemment avoué avoir fait une expérience sur ses utilisateurs.

Le mur Facebook se présente comme une suite d’actualités postées par vos contacts. Toutes les actualités n’y figurent pas. Facebook a remarqué au cours d’une expérience sociale qu’un utilisateur à qui on ne fournit que des postes positifs ou de bonne humeurs poste lui aussi d’avantage des choses gaies. Au contraire, un utilisateur à qui on ne donne une majorité d’articles tristes sera à son tour aussi posteur de choses tristes.

Le truc, c’est que la publication de cette expérience menée sans avertissement sur un large panel d’utilisateur prend maintenant les proportions hors-normes d’un scandale mondial. Même les ministres s’en mêlent et dénoncent cette pratique, et des plaintes sont déposées.

Et ben vous savez quoi ?
La prochaine fois que vous vous inscrirez sur un site comme Facebook, vous n’aurez qu’à lire les conditions générales d’utilisation du service (CGU) avant de cliquer bêtement sur « j’accepte ».

Râler c’est bien, mais à un moment faut prendre ses responsabilités : Facebook est peut-être gratuit pour le portefeuille, mais pas pour votre cerveau. C’est marqué dans les CGU et l’ignorer est votre propre choix qu’il faut assumer.

Je rappelle que Facebook est une entreprise américaine et qu’ils sont là pour amasser du fric, pas pour faire de la charité et que tous les utilisateurs sans exceptions ont accepté de façon active les conditions d’utilisations du site lors de l’inscription. Il n’y a pas d’excuses possible.

Image de WaaySheGoes

Le droit à l’oubli, porte de la censure

Lundi 07 juillet 2014

Récemment, l’Europe força Google et les moteurs de recherche à devoir faire disparaître les résultats de recherche concernant les particuliers, si ces derniers le demandent. C’est le droit à l’oubli appliqué à Google.

Ceci permet par exemple à quelqu’un qui a été victime d’une blague sur Internet d’arriver à faire oublier tout ça, ou même permettre à tous de ne plus être aussi facilement trouvable en ligne. C’est plutôt pas mal, non ?

Ouais…

Mais que se passe t-il si une personne très connue fait valoir son droit à l’oubli sur Internet ? Une personne connue, comme une star de la musique qui ne vit qu’au travers de son succès et de sa visibilité dans les médias ? On peut se dire que c’est un peu bizarre, mais ok : peut-être que la personne peut avoir envie de changer et de passer à autre chose, c’est son droit…

Et si c’était un politicien qui faisait valoir son droit à l’oublie ? Un politicien qui croule sous les affaires de corruption, d’espionnage, d’argent sale ou de financement de campagne à partir d’argent des dictateurs africains (je ne cite personne :-°) ? Ne serait-ce pas une aubaine qu’une loi votée par les élus puisse rendre ces mêmes gens le plus discret possible dans leur magouilles alors que les médias s’acharnent sur eux ?

On pourrait croire à une forme de censure massive, destinée à masquer la corruption et le bordel ambiant de la politique actuel, non ?

D’ailleurs, la presse le craignait, ça : que ce « droit à l’oublie » allait être utilisé à des fins de censure.
Ben… ils ont eu raison de le craindre… Car c’est en train de se passer. Et c’est loin d’être terminé : après viendront le droit à l’oublie pour que les entreprises puissent étouffer les scandales ou que les gouvernement puissent taire les critiques ou les opposants. Vous verrez.

Heureusement, on vit dans un monde où l’élu est là par et pour les citoyens et que nous n’avons rien à craindre d’eux. N’est-ce pas ?

Pourquoi il faut arrêter de mettre des MP3 dans des Zip !

Vendredi 04 juillet 2014

Ça n’a échappé à personne, les fichiers de vacances partagés sur le net le sont souvent dans des « archives » Zip, 7z, Rar. Il faut arrêter tout ça : dans 80% des cas, ça ne sert à rien ! Il existe le format Tar, qui peut parfois être plus utile.

J’ai déjà énoncé le cas du format Rar, que j’aimerais voir disparaître. Pour les autres, je pense que le monde se porterait mieux avec moins de formats pour la même chose, mais bon. Pour l’article je garderais donc Zip, 7z et Tar.

Zip est le format de compression qui est à mon avis le plus largement supporté : Windows le supporte nativement, ce qui aide pas mal.
7-zip fait la même chose que Zip, mais il a besoin du logiciel libre, gratuit et multiplateforme 7-zip pour être utilisé. Son avantage : le ratio de compression est plus efficace et produit des fichiers plus petits (en contrepartie, les opérations de compression/décompression sont un peu moins rapides).
Le dernier, Tar, ne sert pas à compresser des fichiers (il ne permet pas un gain de place sur le disque), mais il permet de réunir au sein d’un seul fichier .tar plusieurs fichiers plus petits. Un seul gros fichier est en effet plus pratique à manipuler et à archiver que des millions de petits fichiers : c’est donc un format d’archivage.

Grosso-modo, les formats de compression fonctionnent sur le principe suivant : le fichier présente par exemple les mots « pomme.pomme.pomme.pomme. » et la version compressée est simplement « 4×pomme. » : on passe donc de 24 caractères à 8 caractères et on divise la place occupée par 3. C’est bien.

Par contre, si on a « pomme.abricot.pêche.banane » la version compressée sera « 1×pomme.abricot.pêche.banane ». On perd donc 2 caractères et c’est mal. Compresser le fichier ne sert donc à rien du tout ici.
Malheureusement, les cas où la compression ne sert à rien est utilisé très souvent, par exemple pour les fichiers musicaux, les images et parfois les vidéos.

Voici un exemple qui parle bien, avec l’album Good Luck du groupe Coréen Beast, que j’ai en MP3 320k sur mon ordi.

taille du fichier en fonction du format
Si le but recherché est la diminution du temps de téléchargement, alors au lieu de mettre 1 minute, vous mettrez 58,2 secondes avec du format 7z. La décompression du fichier prends ensuite une dizaine de secondes.
Pour le fichier Tar, le temps de téléchargement est allongé de 6 millisecondes, mais l’extraction des fichiers se fait presque instantanément (disons 1/2 seconde).
Pour le format Zip, le ratio de compression est pratiquement nul, mais vous perdez également prés de 10 secondes lors de l’extraction et de la compression des fichiers.

Au final, il est mieux un format d’archivage plutôt que de compression pour des fichiers multimédias : c’est peut-être 0,01% plus long à télécharger, mais c’est 20 fois plus rapide à décompresser !

La compression des données multimédias dans un fichier Zip, 7z ou Rar est inutile. La raison à cela est que ces fichiers sont en fait déjà des données compressés : ils ont un algorithme de compression interne (algorithme Jpeg pour les images du même format). Recompresser à nouveau par dessus ne sert donc à rien et vous fera juste perdre du temps…

Utilisez plutôt le format Tar pour simplement regrouper les fichiers. Il est natif sous GNU/Linux et OS-X (et Android) et existe sous Windows avec le logiciel 7z ; il ne compresse pas mais (on l’a vu, c’est inutile) mais est beaucoup plus rapide à utiliser.

Les formats de compression Zip et 7-zip sont en revanche utiles pour d’autres applications comme la compression des fichiers textes, de codes sources d’un programme, ou encore des documents archives CSV ou XML, où le ratio de compression atteint facilement 50%, 70% voire 90% dans certains cas. Le gain de place et de temps de téléchargement sont donc réels.

Il est également possible d’utiliser l’archivage suivi de la compression. Le format est alors en .tar.zip ou .tar.7z. L’intérêt de tout ça c’est que le format Tar a des fonctionnalités que Zip ou 7z n’ont pas, comme la conservation des permissions des fichiers (les « chmod/chown »). Le passage de Zip ou 7z par dessus est lui, là pour compresser.

Sélection d’applications pour Android (2)

Samedi 28 juin 2014

logo de google play Ma précédente liste d’applis pour Android commence à dater un peu puisqu’elle avait été rédigée en 2012 et concernait un téléphone que je n’ai même plus.

C’est sur l’appel de l’ami Bronco que je me décide à faire cette liste. Néanmoins, si vous êtes nouveaux sous Android, le plus utile c’est quand même plutôt de savoir quoi supprimer (prudemment) du téléphone avant. J’ai là aussi une sacrée liste. Je conseille enfin la lecture des ces techniques « saines » pour gagner en autonomie, sachant que les applications tierces qui promettent de gagner en rapidité ou en autonomie sont souvent du flan.

Voici ma liste :

En remplacement d’applications par défaut :

  • Opera Mobile Classic et Firefox comme navigateur (chrome non merci et le navigateur par défaut ne sera jamais mis à jour)
  • K9-Mail pour les e-mails : plus complet, plus ergonomique que l’application par défaut.
  • Quick Pic pour les images : il est plus léger, plus complet que le truc par défaut et parfaitement intégré.
  • VLC pour les vidéos : de plus en plus complet, ce lecteur devient très bon (bien que ce soit une bêta).
  • Alarm Clock Plus : très joli, ergonomique et facilement configurable comme réveil/alarme.
  • Root Browser : pour gérer les fichiers (téléphone rooté)
  • Aptoide : app-store alternatif, permet aussi de récupérer ses propres APK, les « .deb » d’Android depuis le site web.
  • Nova Launcher : pour paramétrer le bureau Android plus finement : j’étais dubitatif au début, mais il est vraiment très léger et rapide)

Les indispensables :

  • AirDroid : pour gérer le téléphone depuis un PC en Wifi, y compris envoyer des SMS, prendre des photos, écouter de la musique par Wifi…
  • Barcode Scanner : pour lire les QR-Code et les code barres ;
  • SoundHound : Shaazam alternatif : permet de trouver le titre d’une chanson à partir du microphone ;
  • MuPDF : pour lire les PDF ;
  • SwiftKey : un clavier où on glisse le doigt, même approximativement, plutôt que de tapoter les lettres : c’est bien plus rapide ;
  • Widgetsoid pour faire des widgets et pouvoir activer 4G/Wifi/Flash photo/Rotation de l’écran/Bluetooth en un tapotement (et bien plus !) ;

Les autres logiciels :

  • Memrise : pour apprendre des langues étrangères (cf mon article) ;
  • OSM-And : pour le GPS et les cartes hors ligne ;
  • XKCD Browser : permet d’avoir tous les XKCD en local ;
  • Pokedex Pour Android : le meilleur du genre ;
  • Puzzles de Simon Tatham : Plein de minijeux de logique et de réflexion ;
  • LBE Security Master : pour limiter les droits des applications (un lecteur de PDF n’a pas à accéder à mon GPS). Attention cependant : ce logiciel n’est pas très stable, est chinois et mal traduit et peut foutre en l’air votre téléphone selon les versions, vous êtes prévenus et je déconseille son utilisation si vous ne savez pas ce que vous faite ;
  • Tumblr : j’adore ce site, et l’application est particulièrement facile à utiliser (l’un des rares dans ce cas…) ;
  • Google Play Music : s’il permet de synchroniser sa musique avec Claude, il est aussi un très bon lecteur de musique (le meilleur et le plus ergonomique selon moi) ;


Sinon, pour les Wiko et le GPS, pensez à cette astuce si votre GPS met toujours 10 minutes à trouver la position (téléphone rooté uniquement, et pas forcément nécessaire sur les derniers modèles).

Enfin, concernant le Root, sachez que ce n’est pas illégal et que ça ne vous prive en rien de la garantie, même si le constructeur déclare le contraire. La loi est claire : la garantie s’applique au matériel et tant que votre rootage ne modifie que le logiciel, c’est bon (le rootage peut affecter le matériel par exemple dans le cas où vous overclockez le CPU : un risque de surchauffe peut alors l’endommager et ne sera pas couvert par la garantie).

France, pays ministériellement attardé

Jeudi 26 juin 2014

Mais qu’ils sont cons sérieux !

Sous prétexte que les libraires n’ont pas su s’adapter à l’arriver d’internet (au bout de 4 ou 5 siècles, c’est sûr que sortir de sa grotte doit être dur), les sites internet n’ont plus le droit de proposer des livres à prix bas. Ils devront être au moins 5% plus cher que les prix en librairie.

À côté de ça, la France (les chaînes TV) vont combattre bec et ongles le site Netflix, qui proposera des films et séries pour moins de 10$ par mois (attendons nous à ce que ces crétins fassent monter les prix à ~30€/mois), et la même chose se fait avec les taxis : ils existent depuis si longtemps qu’eux aussi sont restés à l’âge de pierre et préfèrent tuer toute forme de concurrence (les VTC, Uber…) plutôt qu’évoluer un peu et proposer des choses nouvelles.

Mais ceci n’a rien de vraiment étonnant : les élus sont restés au moyen âge : on est en 2014 et pour la première fois ils constatent que l’informatique (attention : ce mot est nouveau !) peut potentiellement créer des emplois.