Ceci est une réaction à cet article Stop saying learning to code is easy et qui va dans le même sens.

Au début je disais aussi (y compris ici parfois) que c'était super facile de coder, et tout et tout (aah l’enthousiasme du débutant :p).

Mais avec le recul je pense que ça n'est une si bonne idée que ça, et cet article dit pourquoi : si on annonce quelque chose comme simple et que les gens n'y arrivent pas, ils laissent tomber. Si on leur dit que c'est difficile et qu'ils y arrivent quand même, ça les motive.
Si le but est effectivement d’enseigner la programmation et de créer de l’intérêt pour ce domaine, dire que c’est quelque chose de simple n’est donc peut-être la bonne solution.

Aussi, et ça dépend du public, mais faire faire quelque chose de simple à des gens n’est pas intéressant : certaines personnes veulent du fil à retordre, veulent chercher des solutions et découvrir comment ça marche ; pas qu’on leur donne des choses directement sur un plateau. C’est le cas des jeunes enfants (quand ils sont encore curieux), sûrement moins des jeunes adultes (qui veulent tout savoir faire tout de suite, pour avoir une ligne à ajouter sur un CV).

Bien sûr, on peut faire des choses basiques assez rapidement quand on commence à écrire du code : afficher un truc dans la console ou lire un fichier texte, par exemple. Ça prend 5~10 lignes d’écritures et en 1 ou 2 heures on a fait le tour.

Mais quand on veut ensuite le faire de façon efficace (sans bouffer les ressources système), ou qu'on commence à se heurter au problèmes du format de fichier, de l'encodage, ou de syntaxes ridicules (xml, csv...), bref quand on a des contraintes, comme on en a IRL, la facilité tombe assez vite.

Ça ne signifie pas que ce n'est pas drôle, amusant, enrichissant de coder des trucs compliqués, c'est juste qu'il vous arrivera forcément des moments où vous resterez des jours entiers sur un problème, à vous arracher les cheveux jusqu'à 3h du matin ou à exploser votre clavier contre un mur à cause de la frustration…

(Ce que je dis ici est également valable pour le HTML et le CSS, qui sont des langages aussi, mais pas de programmation)

Dans tous les cas, en prog retenez deux choses :

Liens :

Les pirates, dans le sens des collègues de Jack Sparrow Capitaine Jack Sparrow (pas ceux qui partagent des films sur le net) avaient également un « code » de conduite, appelé le « Code des Pirates ».
Ils sont mentionnés à plusieurs reprises dans les films Pirates des Caraïbes. À un moment on voit le gardien du code apporter un énorme livre censé représenter le code.

En vrai, le code des pirates est bien plus succins : une dizaine de règles tenant en une dizaine de phrases.
En fait, on devrait dire « les codes des Pirates », car selon Wiki chaque capitaine avait un peu son propre code.

On peut les lire et on y note certaines choses intéressantes.

Voici par exemple le code des Pirates de Bartholomew :

  1. Chaque pirate pourra donner sa voix dans les affaires d'importances et aura un pouvoir de se servir quand il voudra des provisions et des liqueurs fortes nouvellement prises, à moins que la disette n'oblige le public d'en disposer autrement, la décision étant prise par vote.
  2. Les pirates iront tour à tour, suivant la liste qui en sera faite, à bord des prises et recevront pour récompense, outre leur portion ordinaire de butin : une chemise de toile. Mais, s'ils cherchent à dérober à la compagnie de l'argenterie, des bijoux ou de l'argent d'une valeur d'un dollar, ils seront abandonnés sur une île déserte. Si un homme en vole un autre, on lui coupera le nez et les oreilles et on le déposera à terre en quelques endroits inhabités et déserts.
  3. Il est interdit de jouer de l'argent aux dés ou aux cartes.
  4. Les lumières et les chandelles doivent être éteintes à huit heures du soir. Ceux qui veulent boire, passé cette heure, doivent rester sur le pont sans lumière.
  5. Les hommes doivent avoir leur fusil, leur sabre et leurs pistolets toujours propres et en état de marche.
  6. La présence de jeunes garçons ou de femmes est interdite. Celui que l'on trouvera en train de séduire une personne de l'autre sexe et de la faire naviguer déguisée sera puni de mort.
  7. Quiconque déserterait le navire ou son poste d'équipage pendant un combat serait puni de mort ou abandonné sur une île déserte.
  8. Personne ne doit frapper quelqu'un d'autre à bord du navire ; les querelles seront vidées à terre de la manière qui suit, à l'épée ou au pistolet. Les hommes étant préalablement placés dos à dos feront volte-face au commandement du quartier-maître et feront feu aussitôt. Si l'un d'eux ne tire pas, le quartier-maître fera tomber son arme. Si tous deux manquent leur cible, ils prendront leur sabre et celui qui fait couler le sang le premier sera déclaré vainqueur.
  9. Nul ne parlera de changer de vie avant que la part de chacun ait atteint 1000 livres. Celui qui devient infirme ou perd un membre en service recevra 800 pièces de huit sur la caisse commune et, en cas de blessure moins grave, touchera une somme proportionnelle.
  10. Le capitaine et le quartier-maître recevront chacun deux parts de butin, le canonnier et le maître d'équipage, une part et demie, les autres officiers une part et un quart, les flibustiers une part chacun.
  11. Les musiciens auront le droit de se reposer le jour du sabbat. Les autres jours de repos ne leur seront accordés que par faveur.

Voyons quelques règles. L’avant dernière, pour commencer :

Le capitaine et le quartier-maître recevront chacun deux parts de butin, le canonnier et le maître d'équipage, une part et demie, les autres officiers une part et un quart, les flibustiers une part chacun.

C’est assez intéressant, alors que beaucoup de monde aujourd’hui réclame un plafonnement des salaires, c’est à dire que l’écart entre le salaire le plus bas et le plus haut ne peut excéder un certain facteur, comme 20 ou 100. Augmenter le salaire le plus haut contraindrait l’employeur à augmenter aussi les salaires les plus bas, ce qui me semble une bonne idée en soi quand-même.
Ceci est à mettre en perspective avec le fait qu’aujourd’hui les salaires les plus haut sont autour de 100 fois (France) et 300 fois (USA) plus gros que les salaires les plus bas…

À noter qu’on retrouve cette règle dans les codes des autres capitaines également, variant parfois légèrement.
Celui de Morgan mentionne que le coût des expéditions (nourriture, entretient des bateau) sont pris sur le butin collectif ; sous entendu avant le partage..

D’autres textes, comme le code du Capitaine John Phillips mentionne ça :

Si un homme perd une articulation alors qu’il est en service, il recevra 400 pièces de huit. Pour un membre, 800.

Ça paraît assez grossier, mais ce n’est pas différent d’un système d’assurances maladie, financé sur le pot commun.
On peut alors supposer que pour se retrouver avec une part plus importante du butin, il vaut mieux se protéger les uns les autres pour éviter de se retrouver à payer une compensation pour l’équipier qu’on aurait laissé tomber.

D’une façon générale, une chose intéressante est à voir ici que même les crapules ont un code de conduite avec un minimum d’éthique. Certes, c’est destiné à avoir un peu d’ordre dans le déroulement d’opérations criminelles, mais c’est tout de même à noter (et certaines règles, comme le plafonnement des salaires manquent cruellement au code du travail à mon goût).

Tout ça rejoint vaguement mon avis à propos du sabre-laser : même si une arme à feu est plus efficace sur tous les plans, il y aura toujours l‘honneur et le fait de se battre « comme un homme », c’est à dire à mains nues en duel.
Je pense qu’on s’accordera à dire que bon nombre de films auraient un scénario bien plus pauvre si les héros commençaient par abattre froidement à distance les antagonistes et à ne plus se poser de questions, alors que Hollywood préfère plutôt mettre les armes de côté et prévoir une demi-heure de baston dans le film (un exemple récent pour moi serait les Expendables 2, où c’est exactement ce qui se passe à la fin).

L’apparition des interfaces graphiques sur les ordinateurs et leur utilisation à la place des interfaces textuelles a eu une conséquence : l’usage d’icônes au lieu de mots pour représenter une action sur un écran. On clique en effet sur l’icône d’un haut-parleur pour gérer le son, et non pas sur un bouton inscrit de « gestion du son ».

Choisir une icône relève d’un important travail : comment faire en sorte que le dessin d’une icône soit bien représentative de l’action qui lui est associée ?
Pour l’icône du son, par exemple : ce que l’icône représente n’est en fait qu’une partie généralement cachée d’une enceinte, le haut-parleur, justement. Pourtant il est communément accepté aujourd’hui.

Ce travail n’est pas simple du tout, mais ici je vais parler d’un autre problème : les icônes qui vieillissent.

Par exemple, l’icône aujourd’hui très répandue pour l’action « enregistrer » est une disquette :

i
Questions :

  • qui sait ce qu’est une disquette ?
  • qui en a déjà vu ?
  • qui en a chez lui ?
  • qui en utilise encore ?

Je pense que la majorité d’entre vous répondront « oui » aux deux premières questions (quoi que : si vous avez moins de 15-20 ans, ce n’est peut-être même pas sûr). Je suis même persuadé qu’une partie en a chez lui (c’est également mon cas). En revanche, je suis sûr qu’une vaste majorité n’utilise plus de disquettes du tout depuis au moins plusieurs années.

Alors comment se fait-il que tout le monde connaisse cette icône, alors qu’une portion grandissante des utilisateurs n’ont jamais utilisé de disquettes et même jamais vu ?
J’ai bien une idée de la réponse : c’est parce que « c’est comme ça ». On vous a dit que c’était le bouton pour sauver votre travail et depuis vous savez que c’est ça, que ce soit sur un jeu vidéo, sur l’ordi, la tablette, le téléphone…

Juste pour info, voilà une photo de quelques disquettes 3½ pouces :

des disquettes 3½ pouces
Comme c’est inscrit dessus, la capacité des disquettes est de 1,44 Mo. Oui, méga-octets. Leur taux de transfert maximal est de 62,5 ko/s. Et celles là sont des disquettes « hautes capacité », les dernières produites (avant il y en avait d’autres : plus grandes, plus lentes, moins capacitives).

L’icône de la disquette était très explicite il y a 25 ans : la disquette était le support de stockage communément utilisé (comme la clé USB aujourd’hui, ou même le cloud), et signifiait qu’on fixait son travail sur un support physique pour pouvoir la conserver pour plus tard ou pour le partager avec quelqu’un d’autre.

Aujourd’hui, l’enregistrement d’un fichier a toujours le même but, mais à aucun moment n’intervient la disquette. Aussi les applications ont-elle ajoutés des boutons pour être en phase : enregistrement PDF, envoie par e-mail, partage direct sur les réseaux sociaux. Mais le symbole de la disquette est toujours là.

Voici quelques autres icônes qui se retrouvent dans le même cas, à des degrés plus ou moins poussés :

quelques autres icônes
Première ligne :

  • le répondeur : il représente deux bobines de bande magnétique sur laquelle étaient enregistrés les messages vocaux laissées sur les anciens téléphones. Le format de stockage pour ça était en effet de la bande magnétique (des petites bobines contenant des dizaines de mètres de ruban très fin).
  • le téléphone : c’est le combiné téléphonique d’un téléphone fixe avec fil (oui on devait rester à côté du téléphone — de la taille d’une brique — pour parler). Bien loin des smartphones…
  • une enveloppe : (en papier) celle là est assez simple je pense pour ne pas avoir besoin d’explications. Qui utilise le courrier postal (coûte 1€ la feuille, arrive après 2 jours, obligé de se déplacer au bureau de poste pour envoyer) pour communiquer entre potes quand on peut le faire via e-mail, sms, ou les réseaux sociaux ?
  • un clavier de téléphone fixe : la disposition des touches numériques sur les claviers de smartphone sont hérités de celle des vieux téléphones fixes. On y trouvait aussi les touches dièse et étoile.

Seconde ligne :

  • une pile : là aussi on s’en souvient, mais à l’heure actuel tous les appareils sont rechargeables et les piles tendent être moins utilisées. Elles continuent cependant d’être l’icône des batteries sur les smartphones et les ordis.
  • une bobine de film photographique : avant pour faire une photo, on achetait du papier photographique qu’on plaçait dans un appareil photo et on devait tourner une petite manivelle pour dérouler la bobine et prendre une nouvelle photo. Le film photo réagissait à la lumière (comme un capteur CCD, mais de façon chimique). Il fallait ensuite donner le film au photographe pour qu’il développe les photos sur du papier (opération qui se faisait avec des produits chimiques dans une pièce toute noire).
  • un réveil mécanique : aujourd’hui, on utilise un smartphone pour se réveiller (les moins jeunes utilisent peut-être un radio réveil, qui fait radio en plus de réveil). Encore avant on avait cet objet entièrement mécanique dont on remontait le ressort avec une petite manivelle (ou une clé) au dos et une petite aiguille venait frapper deux cloches situées sur le dessus, à l’heure désirée.

Certaines icônes tirent leur origines d’objets pratiquement disparus aujourd’hui : le répondeur ou le combiné téléphonique par exemple. Les icônes continuent pourtant d’être très répandus, et même d’être l’icône « standard » pour leur applications propres.
D’autres sont plus faciles à identifier même pour les plus jeunes (email, par exemple) mais là encore, on a tendance à oublier que l’usage de ces objets s’est dévié : le courrier ne sert plus trop pour communiquer entre particuliers (pas dans ma génération en tout cas, et très certainement pas non plus celles à venir).

Et des icônes comme ça, il y en a plein d’autres : une carte routière (pliable), une disque vinyle, une loupe, un poste radio, un carnet de contact… ou même tout simple un dossier pour les fichiers.

Il est probable qu’un jour viendra où tout le monde utilisera encore ces icônes sans avoir la moindre idée de l’existence d’objets matériels à leur effigie.

Plus comique, viendra t-il un jour où on entendra « pourquoi t’as une icône “enregistrer sous” sur ton bureau ? » ou « Bonjour, je cherche des icônes Gmail en papier, vous avez ça ? » ? Ça serait amusant, je trouve.

J’avais déjà fait un article, il y a 5 ans, sur l’ITER, le Réacteur Thermonucléaire Expérimental International.
À la lecture d’un article un peu découragé à son propos — le projet faisant face à des problèmes budgétaires — je me décide à refaire un petit point.

L’ITER retardé de nouveau, ça me fait penser à l’histoire du Superconducting Super Colider, un accélérateur de particules absolument immense (beaucoup plus gros que le LHC) que les USA avaient commencé au début des années 1990 mais qui n’a jamais été fini faute d’investissements de la part du congrès Américain.

Rétrospectivement, beaucoup de gens s’accordent à dire que le problème était la communication : les scientifiques derrière le projet, et défendant leur cause devant les politiques, au lieu de vulgariser et faire passer les avantages à investir dans la recherche scientifique, et en particulier sur les retombées économiques plusieurs ordres de magnitude supérieurs aux coûts que ça produirait, avaient jugé convenable de parler du boson de Higgs. Inutile de dire que la découverte d’une particule prédite par le modèle standard de la physique quantique n’est pas le meilleur moyen pour persuader une assemblée de politiciens de lâcher des sou-sous.

Le LHC n’a lui pas été abandonné et son développement a permis au CERN de créer le Web.
Et sans eux, pas Google, pas Facebook, pas Twitter, pas Wikipédia, pas Netflix, pas Youtube, pas Amazon ni toute l’économie monstrueuse qui va avec tout ça : on estime que les inventions faites par et pour le LHC et le Cern génèrent 1 500 fois plus que son coût initial — qui est de 2 € par mois et par européen, juste pour remettre les choses à leur places — et ça, chaque année depuis 20 ans. Sans compter que des accélérateurs plus petits fonctionnent dans les hôpitaux, pour produire des atomes et ions destinées à sauver des vies. C’est loin d’être rien…

Revenons à l’ITER.
Le réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER, si on traduit en anglais) a pour but de voir si la fusion thermonucléaire est envisageable à long terme. Ce n’est pas lui qui va produire l’énergie de demain, il s’agit d’un prototype expérimental.
Si c’est concluant, alors on aura entre les mains la puissance du Soleil, avec une énergie propre avec comme « déchet » un produit utile, propre et rare : de l’hélium (et comme combustible de l’hydrogène, donc de l’eau : soit rien qui nécessite de faire des mines profondes et qui expose les gens à des rayonnements et des produits toxiques).

Bref, l’ITER est très différente d’une centrale nucléaire habituelle (et ne mérite pas du tout les attaques des groupes écolos qui ne savent pas de quoi ils parlent), qui oui, coûte cher, mais dont les retombées sont très prometteuses, voire cruciale pour les siècles à venir.

Sans compter que si ça ne marche pas (ça peut arriver), alors l’investissement n’aura pas été vain non plus : tout comme le LHC, la Nasa, et les autres gros projets, l’ITER a et va mobiliser des ingénieurs et des chercheurs pour répondre à des problèmes. Les solutions pourront et seront alors utilisables et utilisées par d’autres, et pour le bien de tous. Comme j’ai dit : beaucoup d’hôpitaux utilisent des technologies inventées pour le LHC dans le but de sauver des vies ! Pour la Nasa, citons le fait — qui est loin d’être le seul — qu’elle a envoyé des satellites en orbite qui vous permettent d’avoir le GPS, la télé, la météo, et donc de vous protéger en cas de vigilance orage, cyclone ou typhon (ok, pas en France ça).

Et n’oubliez pas : si Einstein, Bohr ou Feynman n’avaient pas été financés par l’argent public, la physique quantique ne serait pas inventée, ce qui signifie donc qu’on n’aurait ni smartphones, ni PC, ni écran-plats, ni CD, ni jeux-vidéos, ni TNT-HD couleur, ni ampoules LED ou écrans LCD, et bien d’autres choses, en particulier dans le domaine médical.

À vous de choisir.

Ceci est un court commentaire à cet article de Le Greg : Nous sommes en train de tuer internet.
L’article dresse un petit état des lieux du web actuel : ce qui était il y a encore 10~15 ans un monde horizontal, où chacun était au même niveau de hiérarchie, est maintenant remplacé par un web « machine à statistiques », où le monde vénère ceux qui ont le plus de followers/abonnés/likes et où la quantité de lecteurs a remplacé la qualité de la lecture, le tout pour une question d’annonceurs, d’argent et d’égo.

Et ceci n’est pas le plus grave : après tout, tout le monde est libre de vivre sa vie comme il l’entend, que ce soit vivre ses rêves ou rêver de la vie des autres, mais les outils qui sont mis en avant et à disposition des internautes favorisent tous un seul de ces deux choix :

Twitter affiche moins de publicités aux stars qu’aux autres utilisateurs. Facebook donne des outils supplémentaires aux utilisateurs dont le compte a été vérifié. Nous arrivons à un internet à deux niveaux : l’un pour les nantis, l’autre pour le reste du monde.

Si je suis d’accord sur le constat et l’analyse qui en est fait, c’est la conclusion (et le titre) qui me semblent à modérer un peu : je ne pense pas que l’on soit en train de tuer le net (ou le web, plutôt).

Déjà, ce dernier peut s’étendre à l’infini : il y a donc de la place pour tout le monde, y compris les réseaux sociaux. Et ensuite, le web n’est-il pas ce que les internautes en font ? N’est-il pas l’un des seuls outils véritablement démocratique que nous avons, et à ce titre ne devons nous pas accepter que tout le monde le façonne tel qu’il le veut ? C’est la liberté de faire ce qu’on veut avec ce qu’on a. En plus de ça, que le réseau de Mark Zuckerberg prend des proportions démesurées ne nuit pas à ceux qui s’en fichent, que je sache.

Je pense que le net est plus vivant qu’il ne l’a jamais été :

  • Il n’a jamais été aussi simple de commander un service d’hébergement et d’installer un moteur de blog ou une suite web.
  • Il n’a jamais été aussi simple de se mettre à l’auto-hébergement : on peut transformer son vieux téléphone en serveur à domicile ou installer un mini-serveur (comme un Raspberry-Pi à 20 € et consommant que dalle en énergie), surtout quand la bande passant — quoi que moisie en upload la plupart du temps — est illimité (en tout cas en France).
  • Il n’a jamais été aussi simple de se mettre à écrire, filmer, photographier, dessiner, coder, enseigner, apprendre, expliquer, rechercher et publier ce qu’on veut en ligne.

Le seul truc est que les réseaux sociaux géants n’existaient pas il y a 15 ans, alors qu’aujourd’hui tout le monde ne voir plus que ça.
Du coup, le « net de l’époque » est de moins en moins visible aux non initiés, mais il est toujours là et il le sera tant qu’il y aura quelqu’un en dehors des Facebook, Youtube et autres, et il y a de plus en plus de monde.
Le web ne sera donc pas tué par les Gafam (Google-Apple-Facebook-Amazon-Microsoft), ni par personne. Faire un site web sera toujours possible.

Il s’agit simplement de faire attention : on fait de plus en plus souvent sous-traiter les données par les Gafam. Ceci passe par le délaissement du RSS au profit de l’abonnement sur Twitter, le délaissement des commentaires au profit des discussion sur Facebook, le délaissement des images/vidéos en local pour des scripts d’intégration Instagram/Youtube.

Ça ne tue pas le web et la liberté de parler, et de créer : ça tue le côté social et c’est dangereux. Car plutôt que se rendre des visite virtuelles les uns chez les autres, on préfère tous se retrouver dehors sur un réseau social impersonnel, stérile et encadré (et qui plus est, non plus pour parler des idées mais pour parler des personnes). Quant au côté dangereux : vous construiriez une maison autour en vous appuyant sur un mur posé là par un voisin ? Avec le risque que ce dernier le démolisse quand il en a envie ? De même, sur un site web, il est « suicidaire » de compter sur les services externes pour fonctionner. S’en servir, aucun problème. Mais en dépendre, non.

(PS : tout comme dans l’article initial, je laisse de côté tout ce qui concerne la censure, l’oppression gouvernementale, et ce qui relève de la vie privée, comme les trackers, cookies tiers et autres).

Ici, une très bonne question de Gilles : il se demande s’il doit ou pas accepter les articles sponsorisés (payés, quoi) sur son site.
C’est une question où il y a pas mal à discuter.

Je reprends ici mon commentaire laissé sur son article en l’étoffant.

Déjà, pour commencer, je ne vois absolument aucun problème à gagner de l’argent. Même avec son blog ou site.
Ce n’est pas mal : tout le monde a besoin de payer son pain à un moment et vu le temps passé à bloguer, à raison d’une ou deux heures par article (en ce qui me concerne, et pour les articles rapides), merde, ça serait le comble si on n’en avait pas le droit.

Je sais qu’en France il est maaaal de gagner de l’argent, et encore plus maaaaaaal de gagner de l’argent avec une activité qu’on aime.
Mais je m’en tape, franchement. Si y en a qui ont un problème avec ça, c’est justement leur problème et pas le miens.

Les seules conditions que je vois aux articles sponsorisés, sont :

  • que le reste du blog n’en devienne pas auto-censuré (être parrainé par une entreprise XYZ ne doit pas m’empêcher de les démonter quand l’actu s’y prête). Je ne veux pas de pression de la part d’un groupe (au hasard, Google, qui oppresse les blogs et les force à rester dans le droit chemin). Je re-salue au passage l’ami Korben pour sa position sur le sujet et ses actions courageuses vis à vis de ça.
  • que ça soit annoncé : un article sponsorisé, c’est un article qui ne vient pas du blogueur. Je ne veux pas que le lecteur croit que ça vient de moi alors que c’est faux. C’est une question de respect du lecteur, tout simplement. Le contenu d’un tel article n’importe pas : il peut être très intéressant et le produit vanté également, mais si le lecteur est pris pour un con de A à Z, c’est pas la peine. Un bon article sponsorisé reste un bon article, voilà ce que je pense.
  • plus largement, pas juste les articles sponso, pour la pub : que ça ne gêne pas, ni visuellement (popup, vidéo sonore) ni concernant la vie privée (d’où ma revendication au droit d’utiliser un bloqueur).

… et je pense que c’est tout.
Si je lis un blog pour son blogueur, alors je lui fait confiance pour choisir les sujets qui l’intéressent et pour garder une certaine intégrité dans la rédaction des articles. Je ne peux pas exiger d’un blogueur de ne pas faire d’articles sponsorisés, tout comme lui ne peut pas me forcer à lire l’intégralité de ce qu’il écrit. Je lis surtout des articles et pas spécialement des blogueurs. Les idées, pas les personnes.

Enfin, chacun est libre de faire ce qu’il veut sur son site. Il n’a rien à redevoir à qui que ce soit (sinon de la Loi).
La seule chose importante est de prendre ses responsabilités : si on est trop avare avec la pub par exemple, les gens vont fuir ou mettre des bloqueurs de pub. Ça n’est pas leur faute mais de la vôtre. Savoir où s’arrêter est crucial, beaucoup de sites n’ont pas su le faire et en payent aujourd’hui les conséquences avec les bloqueurs de nuisances publicitaire (et veulent nous en faire porter le chapeau, en plus).

Sur ce blog

Ce qui suit concerne mon cas, sur mes blogs. Ce n’est plus la réponse à l’article de Gilles.

Pour commencer, mes blogs ne me rapportent (plus) rien. Je n’ai plus de compte Flattr (qui me rapportait ~10 € par mois) et je n’utilise plus de publicité depuis très longtemps. Je n’exclue pas ces possibilités, mais pour le moment je n’en ai pas l’utilité : j’ai déjà un emploi payé. Je serais heureux de pouvoir vivre de mon blog, y compris couleur-science.eu, je ne dis pas le contraire, mais je n’en suis pas encore là (il ne tient qu’à mois de travailler sur ça, et c’est en cours).

Ensuite, je n’ai encore jamais accepté d’articles payés non plus*. Déjà parce que ce dont j’aurais été supposé parler ne m’intéressait pas plus que ça et aussi parce que si je ne veux pas vous prendre pour des cons, je ne veux pas non plus que les annonceurs ne me prennent pour un con avec des contreparties risibles. Nous sommes des blogueurs, pas de la publicité à bas coût, merci d’en tenir compte quand vous nous contactez (et accessoirement, c’est vous qui me contactez : moi je n’ai rien demandé, alors sachez être un minimum convainquant et attractif… ce qui n’est pas simple quand ma page de contact indique de ne pas me contacter pour de la pub, mais bon, forcez-vous quand même, vous aurez l’air moins ridicule).

En revanche, des lecteurs m’ont parfois offert des choses (en plus des innombrables lectures, partages, commentaires ou emails de remerciement (ou pas) ou d’encouragement que vous m’envoyez) :

  • des livres ;
  • un t-shirt ;
  • des jeux vidéo sur Steam ;
  • on m’a également déjà invité à des conférence (avec prise en charge du déplacement) ;

J’accepte ce genre de choses sans aucun problème, sur la forme, et avec un immense plaisir.

En revanche, les dons en espèce j’ai du mal à les accepter : un don en France est taxé à hauteur de 60%. Je doute qu’en donnant 10 € à un blogueur vous souhaitez financer la prochaine campagne de François Hollande ou les branquignolles de l’hémicycle à hauteur de 6 € (les 4 € restants sont ensuite imposés, j’imagine). Donc si vous souhaitez investir de l’argent, je conseille généralement de le faire dans une association (Framasoft, LQDN, Mozilla, EFF…).

ÉDIT : Petite précision : oui, j’avais fait un article contre lequel on m’avait offert un compte premium et une série de codes promo pour vous : ici. Le service présenté n’existe plus aujourd’hui (et c’est bien dommage, il était intéressant).
On peut le considérer comme un article sponsorisé (c’était d’ailleurs annoncé comme tel dès le départ), même si ce que je veux dire est que je n’ai pas été payé (en argent) pour ça.

Aussi, en bas de cette page, il y a le lien vers Webou-pro, l’hébergeur du site. C’est aussi un lien affilié, qui me fait une remise quand quelqu’un commande un hébergeur Web chez eux en passant par mon site. Ce système ne peut que servir à couvrir le prix de l’hébergement Web et ne me rapportera donc pas d’argent en tant que tel.

Bref, mon site ne me permet pas de manger, et encore moins d’acheter un palace au Caraïbes, comme certains continuent à penser de « l’argent sur Internet »…

Le navigateur Google Chrome a une fonction pour enregistrer vos mots de passe et les envoyer en ligne pour vous connecter facilement à tous vos comptes sur tous vos appareils connectés (ordinateur, tablette, téléphone…).

Ça peut sembler séduisant comme idée.
Perso je trouve l’idée terrifiante.

Vous donneriez vos clés de maison/voiture/garage/moto/vélo/boîte aux lettres à une personne qui dit « désormais, j’ouvrirais les portes pour vous, vous n’avez qu’à m’appeler. » ?

Ici pourtant vous donnez les clés de votre vie numérique à une entreprise a but lucrative dont vous ne connaissez que le nom.

Alors oui, je sais : « vie numérique », ce n’est rien. Ce n’est pas votre vie.

Ben en fait si, figurez vous.

Votre vie numérique, c’est tout ce que vous faites sur les sites web, sur votre ordinateur, sur votre téléphone, votre tablette ou votre console de jeu.
Cela englobe donc toutes vos photos, vos posts, vos commits (pour ceux qui codent), vos vidéos, votre bibliothèque (y compris musicale et vidéo), vos discussions, vos emails, vos SMS, vos abonnements, votre historique d’achat en ligne, l’accès à votre compte en banque en ligne, votre numéro de carte de crédit (enregistré sur tous les sites où vous achetez). Et bien plus de choses encore.

Si votre vie numérique ne compte pas, laissez-moi effacer tous vos disques durs, vos comptes en ligne, vos favoris et tout le reste et dites-moi si ça vous manque. Si la réponse est oui (je suis sûr que c’est oui, sinon vous n’auriez pas d’ordinateur), alors votre vie numérique compte pour vous et vous devriez la protéger.

Utiliser un service comme Google Password Manager, c’est donner tout ça à Google pour qu’ils en fassent ce qu’ils veulent (et par ça je veux dire vraiment ce qu’ils veulent).

Et ceci compte pour Google, mais également Firefox ou Opera, qui proposent la même chose (mais c’est pas activé par défaut, ceci dit). En règle général, ne laissez pas jamais un programme — quel qu’il soit — retenir vos mots de passe.

À vous de voir, mais soyez prévenu.
Personnellement je ne ferais jamais ça.

Cet article est un petit retour d’expérience personnel à propos de mon usage de Linux, depuis des années.
Il est également une réflexion par rapport à ce post sur Reddit : « Linux users are arrogant... ».

Si je devais décrire mon passage de Windows à Linux, je dirais que je suis passé par trois étapes. Trois stades.
J’ai commencé sous Windows 98 en 2005 (on n’a pas tous eu un ordi à 10 ans). L’ordi est mort après 1 an (mon Pentium 1 a grillé). J’ai acheté un pc portable sous XP peu après, en 2006.

Je suis resté sous XP environ 2 ans, avant de jeter Windows par la fenêtre et de passer sous Ubuntu 8.04 sur un coup de tête durant l’été 2008.
XP n’avait aucun secret pour moi : j’allais jusqu’à éditer des fichiers DLL pour faire ce que je voulais. Ubuntu par contre, c’était nouveau. J’avais déjà été voir sous Ubuntu 7.04, pour voir ce que c’était, ainsi que quelques autres distributions (Fedora, Mandriva, OpenSuSE…), mais je ne l’avais jamais utilisé pour un usage normal.

C’est la première phase : on s’inscrit sur tous les forums et on pose toutes les questions qu’on a.
Évidemment, un tel ouistiti se fait rapidement fermer sa gueule à coup de PDF « Simple Comme Ubuntu » ou « Linux pour les novices ». Du coup, j’ai fermé ma gueule et j’ai lu.
En fait, j’ai bien fait : le truc cool après la lecture c’est qu’on n’a plus de questions et que tout est clair.

Par contre on a toujours quelques bugs sur l’ordi, mais on sait comment les poser : on ne dit plus « Le son marche pas. 7.04. Portable Asus », mais on donne plus d’info : modèle du PC, modèle de la carte son, version du kernel… Ah et bien-sûr, on a cherché sur Google avant.

Heureusement, quand le son ne marchait pas dans mon cas, une personne sur CCM avait le même ordi, le même kernel et a trouvé une solution : une ligne dans un fichier et un reboot. À ce moment là, c’est encore de la magie pour moi, mais ça marchait.

La deuxième phase arrive là : on commence à utiliser un peu la ligne de commande, à tester des trucs, à comprendre ce qui marche ou pas, quel fichier fait quoi…
On passe aussi du temps à chercher et à aider les autres sur les forums. Et… on passe une bonne partie à faire de la pub et à dire que Linux c’est bien et que Windows ça pue.

Ce n’est pas toujours par pur troll : c’est plutôt par le fait d’avoir découvert un truc tellement bien, tellement cool, tellement mieux que Windows. On a vu la lumière, ça nous rend détestable, mais ça finit par passer.

C’est durant cette phase que j’ai commencé à tenir un site (ayant découvert la CLI et les commandes Bash, on se tourne vers la prog ou, dans mon cas, vers le HTML/PHP). D’ailleurs, au début je faisais pas mal de sujets à troll pro-linux. J’en fais beaucoup moins désormais.

C’est la troisième phase : on utilise maintenant Linux tous les jours, on a trouvé un système convenable, 100% configuré à notre goût et à nos besoins. On a trouvé une recette pour avoir un ordinateur qui fonctionne.

On passe moins de temps à bidouiller (si tout fonctionne, pourquoi s’entêter ?) et on découvre moins de choses nouvelles. On passe aussi moins de temps à aider les autres sur les forums : ben oui : raz le bol de donner des liens vers « Simple Comme Ubuntu » à des n00b qui veulent pas fermer leur gueule et utiliser google ;).

Par contre, ayant un site web, je me dis que tout ce que je note sur mon cahier à propos des commandes Linux utiles, ben ça peut parfois resservir pour nous, mais aussi pour les autres. Du coup, on publie des astuces, des tutos, des formulaires… La différence avec les forums, c’est que maintenant les astuces sont parfois hyper-spécifiques. Mais qu’importe : on pose ça en ligne.

On est moins con aussi : on tape moins sur Windows. Parfois même on se surprend à utiliser Windows pour jouer car il faut l’avouer, avant l’arrivée de Steam les jeux sous Linux c’était très limité. On tape également moins sur les utilisateurs : à juste titre on dit souvent simplement « 'sais pas, 'pas Windows. 'peut pas t’aider. ». Par contre on aide toujours ceux qui veulent essayer Linux et qui ont la même patience que nous (ça se voit tout de suite : si il lit « Simple Comme Ubuntu » sans broncher, alors c’est un bon ptit gars), et ceux qui souhaitent apprendre en plus de vous laisser réparer l’ordinateur.

Mais au final, la gue-guerre Windows-Linux on se rend compte que c’est débile.
Au fond on sait que Windows c’est une perte de temps, tout comme troller et essayer de convaincre des gens pas motivés (qui est une perte de temps bien souvent bien plus grande). Du coup ça passe.

On est bien avec ce qu’on a et on finit par être Linuxien à l’intérieur mais « osef » de l’extérieur. Car au fond, on en a marre de supprimer des tool-bar à la con et des virus à des gens qui ne savent pas utiliser ni un ordinateur ni Windows ou qui ne cherchent pas à comprendre.
On est sous Linux, tranquille et c’est bien : j’y trouve mon compte. Si d’autres trouvent leurs comptes ailleurs, tant mieux aussi.

Pour en revenir à l’article initial : je ne sais pas si c’est de l’arrogance. Je dirais plutôt que c’est la vérité.
Windows est installé sur 90% des ordinateurs et Linux sur environ 0%.

Donc forcément, il y a plus de chances qu’un novice utilise Windows que Linux, et que Linux soit utilisé par quelqu’un d’expérimenté, vu qu’il aura déjà traîné sur le net et qu’il est tombé "par hasard" sur une page parlant de Linux et qu’il a voulu essayer.
Il en résulte donc que le novice qui n’y connaît (encore) rien, va faire des erreurs (ce qui est normal). Résultat logique : dans la quasi-totalité des problèmes d’ordi, c’est sous Windows que ça se passe. Conclusion du n00b : Windows c’est de la merde. Conclusion du power-user : Windows c’est de la merde, ce qui constitue à mon sens un cas rare où tout le monde arrive à la même conclusion…

L’autre problème avec le novice sous Windows, c’est que personne ne lui dit rien : les ordinateurs sont vendus avec Windows, mais sans manuel d’entretien. Or un ordinateur, ça demande de l’entretien : si vous ne le faites pas, il devient lent, « ça rame », il plante, le disque dur déborde et plus rien ne marche.
Et de ce côté là, Windows est un mauvais élève et Linux un bon élève : Windows fragmente le disque et laisse traîner des fichiers partout, alors que Linux fait tout pour éviter la fragmentation et supprimer régulièrement les fichiers inutiles. C’est comme ça. Les deux tendent à converger, mais on en est encore très loin et ce status quo est encore bien là et réel.

En plus de ça, pour chaque problème sous Linux il y a une ligne de commande (tout peut-être convertit en ligne de commande). Elle peut rebuter, mais au moins ça fonctionne et n’a pas besoin de manuel d’instruction : tu ouvres le terminal, tu copies-colle la ligne de commande, tu valides et c’est bon : le problème est résolu. Quel que soit la ligne de commande, on fait pareil : copier-coller, valider, et c’est bon.

Windows nous cache la ligne de commande (car il en a une aussi !) : elle n’est pratiquement pas là et très peu utilisé. Du coup, il faut des logiciels compliqués pour résoudre des problèmes simples.
Le résultat est que les gens s’y perdent et ne résolvent plus les problèmes et les laissent s’accumuler jusqu’à ce que l’ordinateur soit bon à remplacer (alors qu’il suffit d’un coup de « balai virtuel » pour qu’il fonctionne comme au premier jour).

Si vous vous demandiez pourquoi il n’y a pas de manuel d’entretien avec votre ordi ou votre Windows : c’est évidemment mieux pour la consommation et l’économie de racheter un nouvel ordinateur tous les 6 mois, une fois que le précédent est trop lent.

Dire « je ne sais pas comment faire, mais ça serait plus simple sous Linux », ce n’est pas infondé. Ce que je raconte ci-dessus n’est qu’un exemple.
Libre à vous d’y voir de l’arrogance quand-même, mais alors j’y verrais de l’ignorance : c’est vous qui demandez de l’aide pour utiliser votre Windows, pas moi. Mon ordinateur ne rame pas, ne chauffe pas, ne plante pas, malgré le fait que ça fait juste 5 ans que je trimbale le même disque dur et les mêmes fichiers. Ce n’est pas vous le problème, mais votre système d’exploitation.

PS : inutile de me dire que votre ordinateur ne marche pas sous Linux, que le bluetooth déconne ou que le Wifi ne marche pas. Si vous voulez Linux absolument, commencez par acheter un ordinateur qui le permette. On n’exige pas d’un ordinateur vendu sous Windows qu’il puisse faire tourner Linux, comme on n’exige pas d’une voiture de course qu’elle puisse labourer un champ de maïs. Si on veut labourer un champ, il faut un tracteur.
Ici c’est pareil : pour Linux il faut du matériel Linux, point.

Alors qu’avant l’espace n’était pas privatisable par quelque État que ce soit (selon divers traités), maintenant il va explicitement devenir possible pour des entreprises d’aller dans l’espace et de miner les astéroïdes ou les autres ressources qui s’y trouvent.

Déjà, contrairement à ce qui semble dit, l’espace n’est pas privatisé, ce sont les ressources minières qui peuvent être exploitées. Exactement comme les océans en fait : l’océan n’est à personne, mais si j’y pêche un poisson, il est à moi.

Alors si ça vous gêne qu’une entreprise puisse récupérer l’or et le platine se trouvant entre les orbites de Mars et Jupiter (à 500 000 000 km d’ici), ok.
Mais alors expliquez moi pourquoi ça ne gêne personne que les océans (n’appartenant à personne) puissent être exploités de la même façon ? Idem pour l’eau. Idem pour l’air (la société Air Liquide vous vend des bouteilles remplies avec de l’air ou d’autres gaz : argon, CO2, hélium…) ou le vent. Idem pour le pétrole. Idem pour des cailloux.
Si on veut rester logique, ça ne devrait pas gêner plus que les frontières à nos pays ou les barrières autour de notre jardin, non plus. Ça c’est une chose et ce n’est même pas le vrai soucis.


Il y a d’autres choses. Il est clair, aujourd’hui, que les gouvernements ne veulent plus se lancer dans les conquêtes spatiales : les budgets diminuent, les projets sont abandonnés, le public y voit un désintérêt (qui n’a pas lieu d’être pourtant) avec l’excuse faussée du coût (alors que la Nasa en 50 ans a reçu moins que l’Armée US en 2014).

Alors pourquoi ne pas laisser les entreprises et quelques autres milliardaires créer une économie basée sur les ressources de l’Univers : déjà ça va faire avancer la recherche et la technologie, et ça va générer des emplois (il semble que tout le monde n’ait que ça à la bouche) et enfin, les ressources minières rapportées sur Terre vont permettre de créer de nouvelles choses.
Si les États n’en veulent pas, que les gens n’en veulent pas (« trop de problèmes sur Terre pour fouiller dans l’espace », selon certains), pourquoi refuser à quelques entrepreneurs le droit d’y aller ? Ça n’a aucun sens.

Un astéroïde rempli d’or — et il y en a — qui va être miné et dont l’or sera rapporté sur Terre va rendre cet or bien plus abondant pour l’industrie, et de nouvelles applications vont naître (pensez à l’aluminium : en 1850, il était plus rare et précieux que le platine ; aujourd’hui, on s’en sert pour protéger nos sandwich, alléger les voitures et faire des cannettes de soda).
Oui, il est certain qu’à cause de ça, le cours de l’or va s’effondrer (c’est pour ça qu’il me semble une très mauvaise idée de placer son capital dans de l’or aujourd’hui), mais vu les nouvelles applications qui vont naître, il va également remonter après.
La richesse n’est alors pas le prix de l’or qu’on possède, mais ce qu’on va en faire : une batterie qui tient 3 mois et se charge en cinq minutes ? Un système pour produire de l’eau douce pour tout le monde ? À vous de trouver les applications : la rareté n’est pas un problème, quand l’or se vend au même prix que l’acier. C’est une des raisons qui fait que l’or n’est qu’un bijou de nos jours et qu’on n’en fait pas autre chose, comme des casseroles ou des presse-papier.


Enfin, il faut faire face à des pénuries sur Terre : certains métaux ou éléments utilisés dans la vie de tous les jours (lithium, néodyme, samarium, indium — ces deux derniers ne faisant pas partie des « terres rares » pour rien) sont de plus en plus rares car exploitées à fond pour l’électronique. On peut toujours se passer des smartphones quand il n’y aura plus rien pour les faire, mais est-ce vraiment ce que vous voulez ?
Je parle de métaux rares ou de lithium, mais il en va de même pour l’énergie : la Lune contient par exemple de l’hélium 3, qui pourrait être utilisée dans des centrales à fusion, propres.
Rester sur Terre devient vite limité : la preuve : on se fait la guerre pour des dinosaures décomposés enfouis dans le sol, alors que de l’énergie on en a plus dans l’espace qu’on ne pourra jamais en consommer… Il suffit de lever la tête plutôt que regarder le sol.

Que ce soient des entreprises privées qui s’en chargent, c’est normal aussi : la Nasa et l’Esa ne sont pas là pour faire du profit. Ils sont là pour repousser les frontières du possible, justement pour relancer l’économie et montrer aux investisseurs qu’il y a un potentiel économique à prendre. Ce sont ces agences qui prennent les risques — financiers et humain — pour envoyer des hommes sur la Lune ou pour faire atterrir un engin sur une astéroïde ou une comète. Ce sont eux qui montrent que c’est possible. Après seulement, les entreprises privées se lancent et font en sorte de rentabiliser tout ça, pour eux et pour le consommateur. C’est de cette façon que l’économie de la recherche et ici de l’exploration spatiale fonctionne.

Après tout, la découverte de l’Amérique il y a 500 ans ne s’est pas faite tout seule non plus : c’est le gouvernement Espagnol qui a lancé Colomb sur les mers.
Et si elle s’était faite sans intérêt, le retour sur l’investissement a été énorme : ils ont rapporté des Amériques tout ce qui est cacao, tomates, pomme de terre. Et aujourd’hui, grâce à l’investissement et le risque initial pris par le gouvernement, ce sont des entreprises privées qui font fonctionner l’économie du chocolat, du ketchup ou de la frite et de la purée.

De ce point de vu là, la recherche est très lucrative de façon indirecte : pour la conquête spatiale, chaque dollar investi par la Nasa a permit d’en générer trois. Pour le Cern et d’autres projets similaires, la rentabilité est encore plus grande (le Cern a par exemple inventé le world wide web et sans lui, toute l’économie qui en découle ne serait pas là).

La privatisation des ressources spatiales n’est donc pas un problème à mes yeux : c’est pas si quelqu’un déclarait que telle ou telle astéroïde était à lui. Non, ce sont les minerais qu’il va extraire qui lui appartiennent. Exactement comme on fait sur Terre avec n’importe quelle ressource. Ce qui se passera avec l’espace, c’est ce qui a déjà lieu sur Terre.
Oui il y aura des billionnaires à la tête des entreprises qui ont des mines dans l’espace. Mais est-ce un problème si ces gens payent des impôts ? Le seul problème que je vois, c’est si tous ces billionnaires sont aux USA et pas ici, parce qu’on aura été trop peu réactif pour ne pas les suivre (comme le numérique en France).

Alors si vous voulez partager l’espace et les choses qu’il est actuellement impossible à utiliser, ok. Mais restez cohérent et logiques et commencez par appliquer le même esprit de partage et d’humanité ici sur Terre.

couleurs Je reproduis ici le texte de Mr. Mondialisation initialement publié sur Facebook :

« La vérité est une nuance de gris

Non, pas 50 nuances. Mais assez pour comprendre que "la Réaction" n'est pas la solution. Vous l'entendez souvent autour de vous, ce lieu commun du critique qui plonge tête la première dans une opposition systématique. C'est tout noir ou tout blanc. “Si X à tort, son extrême inverse Y a forcément raison !” pensent-ils s'arguant d'avoir l'esprit critique. De là naissent tous les radicalismes propices à l'émergence d'un nouveau fascisme.

Mais qui peut encore ignorer que les raisonnements manichéens ne sont pas émancipateurs ? Ils ne peuvent l'être car ils s'appuient sur la facilité et l'absence de pensée. La difficulté, qui représente le chemin le moins simple à emprunter, exige de se forcer à voir l'objet sous tous les angles, y compris sous l'angle de celui qui tente de nous opprimer, afin de ne pas soi-même planter les graines d'une nouvelle oppression.

Ainsi l'histoire nous a déjà démontré que l'origine du totalitarisme s'inscrit dans une opposition radicale et naïve envers un vague ennemi désigné, symbolisant un système. Les réactionnaires prétendent ainsi qu'il n'y a qu'une solution unique : le repli identitaire. Cette réaction radicale (ici, un néo-nationalisme exacerbé) portée par beaucoup comme étant la solution contre la mondialisation sert en réalité de chien de garde aux privilégiés qui voient dans la redistribution des richesses au niveau international une menace pour leur position.

Comme l'exprimait Hannah Arendt dans "Les Origines du totalitarisme" : “Ce qui séduisait l’élite, c’était l’extrémisme en tant que tel.” Reste à espérer qu'assez de gens comprennent ces notions difficiles à saisir, car nuancées par nature, avant qu'on ne bascule tous ensemble une nouvelle fois dans l'horreur. Car oui, il est possible de faire pire qu'aujourd'hui. Et vous pouvez nous croire, ils ont les armes pour vous convaincre de détester les opprimés et d'accepter ceux qui les oppriment.

La vérité est une nuance de gris. »



Et j’ajouterais que la nuance de gris n’est valable que pour une seule idée.
Chaque personne possède plusieurs couleurs (représentant chacune une sujet pour lequel il vit) et chaque couleur se superpose à une nuance de gris, symbolisant son point de vue sur cette idée.

Certaines personnes n’ont pas ou peu d’avis sur une idée ou un sujet : la couleur de cette idée est donc absente de leur palette.

Au final, chacun est un mélange unique de plusieurs couleurs plus ou moins intenses. Une palette, en somme, un spectre coloré, représentant sa vision du monde et de sa vérité.



(toute cette symbolique n’a rien à voir avec la notion de "personne de couleur", je préfère le dire)

image de Doug88888