POUR ou contre la vaccination - Message aux médiasLe Pharmachien

#11029, par {lien_auteur}

« bienvenu dans l’ère de “tout le monde est un expert” »

C’est un peu ça : en ce moment, tout le monde parle de la vaccination et tout le monde a son avis dessus. En revanche, quelle proportion sait comment fonctionne véritablement un vaccin ?

Déjà, il me semble qu’on voit ça au lycée et en S, donc je dirais qu’au moins la moitié de la population sortant des études ne savent pas comment ça marche.

Oh, ça ne leur empêche pas d’avoir un avis, bien au contraire, mais ça les discrédite d’emblée quand ils disent à quelqu’un qui a fait 7 années d’études de médecine ou de biologie « tg, lé vaksin C nul ! ».

On est d’accord que les médecins et les industriels qui fabriquent les vaccins ont tout intérêt à dire que « les vaccins sont cool ! » (écrit en hiéroglyphes quand c’est un docteur qui écrit, évidement).

Mais le fonctionnement d’un vaccin lui-même reste identique, qu’on soit pour ou contre : il s’agit d’un entraînement (sans danger) qu’on impose au système immunitaire, pour l’apprendre à se battre contre tel ou tel virus afin qu’il soit prêt le jour où le vrai virus (dangereux) sera là.
Dans l’immense majorité des cas, ces entraînements sont efficaces.
Le seul problème c’est que cet entraînement demande beaucoup d’énergie à l’organisme (qui se voit attaqué, alors qu’en réalité l’attaque — bien que réelle — est sans danger). Je pense que c’est ça qui fait peur aux gens : ils pensent que le vaccin les affaiblit pour rien (alors qu’en vrai il les affaiblit, mais pas pour rien).

En gros, c’est l’inconnu qui fait peur. Mais ça, fallait pas sécher les cours au collège et au lycée…

Un test de détection du cancer du pancréas créé par un adolescent

#8942, par {lien_auteur}

Ce genre de truc n’intéressent pas les industriels de la santé : pas rentable, pas produit par un « grand chercheur prix Nobel à l’égo sur-dimentionné ».

Sans compter que ça ne soignera pas le cancer lui même. Soigner un patient n’est pas le but, le but c’est de le garder en vie malade le plus longtemps possible pour qu’il paye des médicaments le plus longtemps possible (jusqu’à sa mort retardée au maximum).

La santé est une industrie et les malades sont leurs clients : elle doit faire du bénéfice, et doit donc fidéliser ses clients, tout comme celle de la bouffe, celle du tabac, ou celle des armes. La santé est aussi mauvaise pour l’industrie de la santé que la paix l’est pour l’industrie des armes, ou les économies de courant pour l’industrie de l’énergie.

Se souvient-on d’EDF (ou un autre, je sais plus) qui réclamaient un manque à gagner aux fabricants de lampes économiques ? C’est pareil pour la pharmaceutique : autant les chercheurs peuvent fabriquer les molécules qui soignent *vraiment* (on n’en serait pas là aujourd’hui sinon), autant l’industrie derrière nous gave de merdes pour nous tuer le plus lentement possible (un peu comme Einstein qui n’a jamais voulu faire de son invention nucléaire la plus grande menace sanitaire du siècle).

http://secouchermoinsbete.fr/48785-un-test-de-detection-du-cancer-du-pancreas-cree-par-un-adolescent

Les poisons (3) : le cyanure et le plus gros suicide collectif | Un article d'Omnilogie.fr

#8169, par {lien_auteur}

Le mode d’action des poisons est parfois étonnant. Parfois biologique, toujours chimiques.

Ici, le cyanure (petite molécule ionique « CN⁻ ») se fixe que le fer dans les hémoglobines et surtout vole le dioxygène aux cellules. En quelques secondes, l’organisme est privé d’oxygène et meurt.

Édit : Matronix (http://matronix.fr/ ) me corrige :

« C'est pas tout à fait exact (voire même complétement faux) : le cyanure bloque le complexe IV de la chaine respiratoire des mitochondries. Plus de complexe IV = électrons qui ne peuvent pas arriver sur l'accepteur final (oxygène) = plus de consommation d'oxygène.
Donc en gros tu respires, mais ça revient à respirer un gaz sans O2. Tu meurs étouffé.

Rien à voir avec l'hémoglobine, juste qu'il n'a plus d'O2 mais le cyanure n'agit pas sur l'hémoglobine.

Le cyanure est connu, mais y'a plein de plus ou moins équivalent :
- 2-4 dinitrophénol ou du CCCP (carbonyl cyanide m-chloro-phenyl hydrazone) -> agent découplant, augmente la consommation d'o2 mais ne permet plus la synthèse d'ATP
- l'antimycine A qui bloque le complexe III
- barbituriques ou roténone : inhibe le complexe I
- oligomycine : inhibiteur de la phosphorylation : plus de synthèse d'ATP

Schéma chaine respiratoire de wikipédia (fausse mais donne une bonne idée) : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Cha%C3%AEne_de_transport_des_%C3%A9lectrons_mitochondriale.svg
»

http://omnilogie.fr/O/Les_poisons_(3)_%3A_le_cyanure_et_le_plus_gros_suicide_collectif

Le brocoli, arme inattendue contre la radioactivité | Passeur de sciences

#7697, par {lien_auteur}

Cool !
Le brocoli passe encore, mais le chou de Bruxelles dnw >_<.

Et ce n’est pas juste contre la radioactivité (qui est juste mis là pour la pour faire le buzz), mais toutes les destructions d’ADN et les sources de cancer, y compris l’oxygène qu’on respire et l’ozone.

Sinon y’a aussi le thé, qui contient plein antioxydants, dont le fonctionnement est similaire : l’oxygène, par exemple, est trop réactif pour le corps (bien qu’essentielle) et peut former des radicaux-libres.
Ces radicaux ("ions-forcés" très instables et très oxydants) arrachent des électrons à la première molécule venue, qui peut être l’ADN, une protéine, une graisse et provoquer des cancers ou autres dysfonctionnements.
Les antioxydants peuvent neutraliser les radicaux libres avant qu’ils cassent tout dans les cellules.

Le thé vert en contient beaucoup. Le café et le chocolat aussi (un peu moins).
Les fruits rouges (de préférences sauvages, bien-sûr, comme les Cranberry les mûres…) aussi, certains légumes, ainsi que le sirop d’érable sont aussi très riches en antioxydants


(lien via http://ithake.eu/shaarli/?409KlA )

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2013/10/27/le-brocoli-arme-inattendue-contre-la-radioactivite/

Alerte aux médicaments dangereux !

#7311, par {lien_auteur}

Mouais… Alors imaginez ceux qui les avalent, ces médicaments.
J’ai autant confiance en l’industrie pharmaceutique que dans ceux de l’énergie, du logiciel et les banques (autrement dit toutes les industries qui carburent à fond à cause des lobbys) : aucune confiance.

http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=12025