Flag of Mars - Wikipedia

#16134, par {lien_auteur}

Mars (la planète) dispose d'un drapeau. Le Rouge, Vert et Bleu, verticalement.

Ca illustre la terraformation de la planète : passant d'une planète rouge, à une planète verte (végétalisée), à une planète bleue (hydratée (?)).
Elle vient de la culture populaire mais a été reprise par la communauté scientifique.

Les autres idées font illustration d'un drapeau où l'on voit la planète rouge avec ses deux (minuscules) lunes : Phobos et Déimos.

La dernière idée représente le signe masculin (Mars étant le dieu des hommes et de la guerre). J'imagine que Vénus a le signe féminin.

La Terre possède également des idées de drapeaux. J'ai un coup de coeur pour celui d'Oskar Pernefeldt.

Décès de Vera Rubin, l'astronome qui a révélé la matière noire - Sciences - Numerama

#16101, par {lien_auteur}

La matière noire est le mystère le plus coriace de la physique moderne, dans le sens où c’est celle qui met le plus de temps à être résolu.

Actuellement il existe plusieurs idées (neutrinos, influence gravitationnelle d’un univers voisin, etc.), mais aucune n’a encore de réelle preuve qui permettrait de trancher catégoriquement en faveur de l’une plutôt qu’une autre.

http://www.numerama.com/sciences/220096-deces-de-vera-rubin-lastronome-qui-a-revele-la-matiere-noire.html

The Dark Mystery of Galaxy X - YouTube

#15749, par {lien_auteur}

Vous connaissez la planète X : une hypothétique planète responsable des anomalies gravitationnelles dans les orbites des planètes externes. La planète Neptune a été douverte de cette façon, enterrement par le calcul, car les autres planètes avaient des anomalies orbitales.

Et bien on a la même chose avec les galaxies : la forme et la rotation des galaxies n’est pas conforme à ce que nous prédisent les calculs. Du coup, on a émis l’hypothèse d‘une source de gravitation supplémentaire : on l’appelle la matière noir, et il il semble y avoir des galaxies entières faite de ça.

À ce jour on n’est même pas encore sûr que la matière noire est bien une matière. Comme je l’explique dans mon article, ça peut très bien l’influence d’un univers parallèle. Mais on sait qu’il y a des régions à forte gravitation et invisibles…

Should you go to Mars? ft Bill Nye - YouTube

#15705, par {lien_auteur}

Intéressant.

Je connaissais le parallèle avec l’antarctique : les températures sur Mars et en Antarctique sont similaires, le paysage aussi (juste une question de teinte).
La différence c’est que sur Mars y a pas de pingouins, pas de quoi respirer, pas d’eau, pas de gravité (60% de moins que sur Terre), pas de bouclier magnétique…

J’avais vu une interview de Buzz Aldrin une fois, à qui on demandait si il voulait retourner sur la Lune. Il a dit « pourquoi ? pourquoi faire ? Il n’y a rien là bas, c’est gris, désolant, mort… ».

Et c’est pas faux. Imaginez être dans le désert : au moins il faut chaud, on peut se mettre à l’aise, on peut respirer et il y a de temps en temps une oasis pour boire. Sur la Lune et sur Mars, il n’y a rien, sinon de la roche, pas d’air, pas d’animaux, pas d’eau à boire.

Beaucoup de gens veulent y aller, et c’est bien, mais perso je ne veux pas non plus. Peut-être pour une visite et éventuellement de la recherche, mais pas tant qu’il n’y aura rien ni sans retour.

https://www.youtube.com/watch?v=TDYDdr4HVdQ

Il y a une seconde Lune qui tourne autour de la Terre ! - Sciencesetavenir.fr

#15628, par {lien_auteur}

Un astéroïde géocroiseur capturé par l’attraction gravitationnelle de la Terre, et pour le moment, pris au piège.

Mais il est beaucoup plus petit que la Lune, et de toute façon son orbite est instable : il finira par repartir.

http://www.sciencesetavenir.fr/espace/astrophysique/20160616.OBS2729/il-y-a-une-seconde-lune-qui-tourne-autour-de-la-terre.html

File:Kirkwood Gaps.svg - Wikimedia Commons

#15532, par {lien_auteur}

Dingue.
La ceinture d’astéroïde s’étend entre 2 et 4 UA du Soleil, entre Mars et Jupiter. Ça fait une large bande de possibilité.

Si on regarde individuellement la distribution des astéroïdes sur cette bande, on observe des trous très spécifiques : les bandes de Kirkwood.

Ceci est dû au phénomène de résonance orbitale.
La période de révolution autour du Soleil dépend de la distance au Soleil (et uniquement la distance, quand on néglige leur masse devant celle du Soleil). Donc plus un astéroïde sera éloigné, moins il va vite et plus sa période de révolution sera grande.

Il arrive qu’une distance au Soleil donne à l’astéroïde une période orbitale qui est une fraction bien définie de la période orbitale de Jupiter (planète extrêmement massive).
Ainsi, à 2,5 UA de distance, les astéroïdes font 3 révolutions et Jupiter 1 seule (résonance 3:1). À 2,84 UA, la résonance est 5:2, et ainsi de suite.

Cette périodicité marque donc des moments où Jupiter et les astéroïdes sont au plus proche l’un de l’autre (toutes les 3 révolutions, pour ceux à 2,5 UA, par exemple). Cette périodicité déstabilise l’orbite des astéroïdes : cette instabilité entre en résonance (d’où le nom de résonance orbitale) et l’astéroïde finit par être totalement dévié.

On arrive donc après des milliards d’années et de révolutions autour du Soleil à des régions où tous les astéroïdes sont éjectées.

Les autres orbites ne sont pas concernées (ou alors beaucoup moins) car il n’y a pas de résonance et l’instabilité produite par Jupiter dans les orbites des astéroïdes n’est pas accentuée à chaque révolution.


Ce genre de résonance orbitale est très courante : certaines lunes de Saturne et Jupiter la présentent, en particulier le trio Io-Europe-Ganymède en 4:2:1.
Et même les planètes entre elles ! La Terre et Vénus sont en résonance 8:13.

Ces phénomènes, quand elle ne déstabilisent pas les orbites comme le fait Jupiter sur certains astéroïdes, tendent alors au contraire à stabiliser la périodicité des orbites, en faisant alors de sorte que les périodes de révolution autour du Soleil soient très stables (ce qui, sur Terre, est très importante pour le cycle des saisons, le climat et donc de la Vie).

New Horizons mosaic of Pluto's dark side reveals mountains and a cloud.

#15531, par {lien_auteur}

« This little world, so distant and cold, may be of enduring interest to scientists for centuries to come. But it also is poetry. Art.

Let it incite and excite all the parts of our brains, as all natural wonders should.
 »

L’image de Pluton est en effet magnifique.

http://www.slate.com/blogs/bad_astronomy/2016/06/03/new_horizons_mosaic_of_pluto_s_dark_side_reveals_mountains_and_a_cloud.html