Amilitants - Oui, et alors ?

#16106, par {lien_auteur}

La course à la pureté, c'est chercher à imposer des dogmes rigides, qui mettent en place une surveillance millimétrée de soi-même selon une discipline ascétique semi-choisie, semi-imposée. Ca me rappelle ces confesseurs qui veulent que tu racontes ta moindre pensée déviante, que tu te repentes de tes pensées impures, des péchés que tu as imaginés, de ceux dont tu as rêvé la nuit, et que tu te flagelles pour tout ça.

C'est très chrétien comme approche, finalement.
Au lieu d'essayer de diffuser plus largement des idées, et de chercher à améliorer le monde, on se retrouve en nombre de plus en plus petit, les plus purs possibles sur le plus de sujets possibles. On a créé une espèce de secte intolérante, où le moindre petit écart à la norme établie sera mal jugé. Oh, tu ne seras pas expulsé pour avoir utilisé Skype, mais tu devras expier ta faute. Présenter ton auto-critique, battre ta coulpe en public, et démontrer qu'on t'a forcé.
Pour moi, tout ça relève d'un seul et même problème. Une forme d'intégrisme révolutionnaire. Je n'aime pas ça quand c'est pratiqué par les religions pour imposer une morale aux gens. Je n'aime pas ça non plus quand c'est imposé par un groupe militant pour faire la même chose.

(bon et je cite ces passages car je veux pas citer tout l’article, hein…)

Oui oui oui, c’est bien pour ça mes combats sont désormais totalement personnels. Tout simplement pour pas être fiché par un tas de connards qui se disent supérieurs aux autres simplement parce qu’ils ont mis leur côté militant-extrémistes en public (alors que toi, rien que pour ça, tu fais partie de la masse de n00b qui mérite pas une once de respect de notre caste… d’ailleurs t’existe pas à nos yeux alors ferme là et qu’on ne t’entende plus, hein).

Merci, B. Bayart pour ce texte.
(et +1 au commentaire #9)

http://edgard.fdn.fr/blog/index.php?post/2016/11/03/Amilitants