Ah tiens, un Maire veut interdire les signes musul… religieux ostentatoires.
Ben, je lui souhaite bonne chance. Certes, il interdira les burqas, les croix, les étoiles de David autour du cou. Mais bon, pourquoi s’arrêter là ?

La culture française, et même occidentale dans son ensemble est largement basée sur une culture chrétienne. Inutile de le nier, c’est juste comme ça et on ne peut pas changer le passé. Alors changeons l’avenir : désormais, on n’a plus droit à rien qui soit d’origine religieux. Nul part.

Alors commençons par le l’année. Nous sommes en 2016, non ? Et c’est 2016 après quoi ? Jésus Christ, tout à fait. C’est pas religieux ça ? Si ! Alors il faut redéfinir une nouvelle origine pour notre calendrier.
Notre calendrier justement : nous autres utilisons tous le calendrier Grégorien. Il faudra le changer aussi car il porte le nom d’un pape, Grégoire XIII, qui l’a imposé partout où il faisait figure d’autorité en remplacement du calendrier Julien (nommé d’après Jules César), car plus précis.
Au passage, avez-vu la date de publication de cet article ? Un 15 août. Ce jour ne sera plus férié dorénavant (comme une bonne partie d’autres jours fériés). Vous l’avez cherché.

Ensuite, on va rester dans les dates encore : les jours de la semaine (lundi, mardi, mercredi…) et les mois de l’année, qui portent pour certains le nom de divinités greco-romaines : mercredi vient de Mercure, une divinité romaine, mars et mardi vient de Mars, mai vient de Maïa, vendredi vient de Vénus, qui est une autre divinité romaine, etc. Faudra changer tout ça, hein.

Tiens, dites, vous avez regardé les étoiles filantes récemment ? Je parle des Perséides. D’ailleurs je vous interdit de parler comme ça : ce nom fait référence à Persée, fils de Zeus dans la mythologie grecque : encore de la religion, bon sang (pardon : ce juron est également d’origine religieux).
Et puisqu’on a la tête dans les étoiles, il faudra aussi rebaptiser (oops, re-pardon) renommer les planètes et leurs lunes : toutes, à l’exception des lunes d’Uranus, portent le nom de divinités gréco-romaines.

Revenons sur Terre et constatons que bon nombre de bâtiments ont une connotation religieuses : églises, cathédrales, mosquées, abbayes… Faudra démolir tout ça, hein. Même chose pour les monuments aux morts en forme de croix et les tombes dans les cimetières.
On prendra soin également de renommer certaines villes : Saint Étienne, Saint Denis, Saint-Malo dont le nom évoque des personnalités religieuses, ce qui est intolérable dans un état qui refuse ce type de signes.

Pour continuer sur les personnalités religieuses, l’on retirera le nom des calendriers et on demandera à tous ceux qui portent un de ces noms de bien vouloir — au choix — soit en changer, soit accepter d’être foutu dehors : on est un pays sans signe religieux, oui ma p'tite dame !

Bon, j’arrête ici, mais vous avez, je l’espère, compris : deux millénaires d’histoire chrétienne ça fait beaucoup d’héritage culturel.
Mais bon, c’est à vous de voir : on va remettre les années à zéro et renommer les jours de la semaine et les astres ? Et après on ira brûler les livres, les toiles, démolir les églises, les cathédrales, les mosquées, les châteaux ? On change le nom de toutes les personnes avec un nom venu calendrier ? Simplement pour avoir le droit de se dire « 100 % laïc » (ce qui, au passage, est débile, considérant la définition de « laïc ») ?

Parce qu’on peut aussi garder tout ça et autoriser les signes religieux, dans leur ensemble. D’une communauté aseptisée reniant son histoire et celle des autres, on passerait plutôt pour une communauté ouverte, tolérante, multiethnique.

Oh, oui, ça doit être horrible d’être tolérant et ouvert, sans doutes qu’on va tous mourir et que la société va s’effondrer dans les flammes et le sang. Mais on peut au moins essayer, non ?

Ou sinon, sinon on peut aussi interdire juste les signes musulmans, comme ils sont en train de faire maintenant.
Mais dans ce cas je ne plus jamais entendre que la France est un pays tolérant ou laïc ou qu’elle n’est pas ouvertement raciste, les élus comme ceux qui votent pour eux, car ça serait un mensonge et une insulte à la définition de ces mots. Et va falloir assumer d’être la risée du monde et en tirer les conséquences, aussi.

Commentaires fermés

Les commentaires sont fermés pour cet article