À lire ce retour d’expérience (via) à propos des assurances pour mobile (ou les autres assurances à quelques euros par mois pour les petits achats) sont une arnaque.

Déjà, dans l’article, sur deux téléphones cassés, l’assurance n’en couvre aucune. À chaque fois par des tournures de phrases spécifiques. Pire, on fait dire des choses au client qui invalident sa démarche. Les opérateurs au bout du fil sont payés pour dire « non » au client.

Que les assureurs se font des couilles en or sur le dos des gens, je ne pense pas que ce soit nouveau. Mais dans le cas présent, les assurances pour les portables et les petits objets (dite assurance affinitaire), c’est particulièrement vicieux : on vous propose une protection pour votre téléphone à quelques euros par mois.

6€ par mois, ce n’est rien, n’est-ce pas ? C’est environ 30~40 minutes de travail au SMIC : personne ne voit la différence.

Sauf qu’on peut faire la calcul : dans l’article, la personne cotise pendant 4 ans. Le total revient à 319 €. Je ne sais pas vous, mais mon téléphone, celui que j’ai depuis un an et demi, a coûté 220 € (et sa côte de revente est encore au dessus des 100 €). J’imagine que les téléphones vache à lait des « grandes marques » coûtent un peu plus. Mais bon, l’idée reste la même : sans ces assurances, on a déjà le prix de son téléphone dans son porte feuille.

Pour résumer :
Les assurances pour les téléphones sont totalement inutiles. En plus d’être une arnaque jouant sur la faiblesse psychologique des gens, elles sont chères et leur prix au bout de quelques années vaut totalement ou au moins une très bonne partie d’un téléphone tout neuf. Il vaut donc mieux mettre 6€ de côté chaque mois dans une tirelire « mon nouveau téléphone » que de payer une assurance qui, vous le savez très bien, ne vous remboursera rien du tout.

Concernant les extensions de garanties : c’est la même chose.
Leur durée proposée par le constructeur ou le vendeur n’est pas choisi au hasard, et tend là aussi à vous faire payer toujours plus.

Il faut savoir que la courbe des défaillances d’un produit est « en baignoire » (en bleu ci-dessous) :

i
Courbe de défaillance en baignoire (bleu), correspondant à la somme des courbes de défaillance de jeunesse (rouge), de défaillance d’usure (jaune) et de défaillance aléatoire/accidentelle (vert) (source)

Cette courbe est valable pour les systèmes mécaniques (qui ont une phase de rodage au début, puis d’usure à la fin) mais aussi électronique, comme pour un téléphone ou un ordinateur.
La période juste après l’achat où l’appareil a une forte probabilité de tomber en panne est la phase où apparaissent les vices cachés et les problèmes d’usine. La phase finale, celle où le taux d’incidents remonte est signe que le produit arrive en fin de vie : les composants ont fait leur jours, l’électronique se bourre de poussière, d’humidité, de corrosion, les soudures lâchent (l’obsolescence programmée est mise de côté ici).

Aujourd’hui en plus, les constructeurs pratiquement le déverminage, qui consiste à tester les produits avant leur mise sur le marché, et à éliminer rapidement les produits défectueux, et donc réduire le taux de retour durant la phase de rodage. La courbe en baignoire est donc abaissée au début.

Pourquoi tout ça ?
Parce que la durée de vie normale de l’électronique d’un PC est déjà bien au delà de 5~10 ans. Or les extensions de garanties ne vont jamais au delà de ça. Vous avez déjà vu une extension de garantie de 10 ans pour un PC ? Même de 5 ans ?

Généralement, ce qui casse (hors accident, quoi que) sur un ordinateur, ce sont le clavier ou les charnières de l’écran (usure mécanique, jamais prise en charge, bizarrement).

S’il reste des problèmes de jeunesse dans le produit, celles-ci sont couvertes par la garantie. En France (et en Europe) la garantie constructeur est de 2 ans pour le matériel, et elle est gratuite (les frais de ports sont également à charge du constructeur, si la panne est de sa faute).
Tous les constructeurs et commerçants qui mettent donc « garanti deux ans », ne font que respecter la loi et ce n’est donc absolument pas une offre promotionnelle…

Pour résumer :
Les extensions de garantie vous font payer une « garantie » durant la période où le produit à le moins de risques de tomber en panne, juste après la phase de rodage, et bien avant la phase d’usure.
De plus, la phase de rodage est couverte par la garantie constructeur, obligatoire en Europe et d’une période de 2 ans.

Enfin, un dernier point que je veux aborder ici, c’est le fait de simplement prendre soin de ses affaires.
S’il y a bien une chose que je ne comprend pas dans cette société, c’est qu’il semble normal de faire tomber dans l’eau ou par terre un téléphone qui coûte la moitié d’un salaire. Si vous êtes millionnaire c’est autre chose, mais je ne savais pas que la moitié des gens en France étaient dans ce cas alors, parce que les téléphones que je vois sont pour la plupart égratignés, rayés, avec l’écran pété ou d’autres dégradations qui n’ont rien d’un problème lié au matériel.

Je suis d’accord que les accidents « ça arrive », mais quand le téléphone tombe dans la baignoire quand on le pose sur le bord, ou est bouffé par le chien car on le laisse par terre, je n’appelle pas ça des accidents, mais des négligences. Des accidents c’est quand on n’a rien pu faire, et c’est loin d’être le cas la plupart du temps.
Je regrette que nos smartphones n’ont pas la solidité d’un 3310 ou d’un Game Boy, mais ce n’est pas une excuse non plus. Une montre peut durer toute une vie, quand on en prend soin (ce qui est souvent le cas), mais un smartphone peut également durer beaucoup plus que 6 mois ou un an, sachez-le.

Comme j’ai dit, si vous n’en avez rien à foutre, c’est votre choix. Je vous dis simplement qu’un peu d’attention peut vous faire faire des tas d’économies, ce qui est dans la lignée de cet article.

Commentaires fermés

Les commentaires sont fermés pour cet article