L’application SAIP c’est le système que le gouvernement français a trouvé pour faire face à un événement grave : attentat ou catastrophe naturelle par exemple.
L’application permet d’afficher une alerte sur tous les téléphone dans une région donnée.

L’idée n’est pas mal : avoir un système pour alerter la population. Tellement « pas mal » que ça existe déjà depuis cinquante ans avec le réseau national d'alerte, dis donc.

Sauf qu’on s’en est aperçu hier malheureusement avec l’attaque de Nice : l’application SAIP s’est mise en marche 2h30 après les événements, quand tout le monde avait déjà été mis au courant sur les réseaux sociaux et les systèmes de communications classiques. Facebook et Google avaient déjà mis en place leur propre système à eux bien avant aussi.

Résultat :

Le prestataire [de SAIP] est convoqué aujourd’hui au ministère de l’Intérieur pour s’expliquer. Pendant ce temps, l’immense fail du SAIP est repris par la presse internationale.
— (source)

J’aurais bien dit que la réputation de « la technologie française » n’est plus à faire, mais bon, il n’y pas que ça. À part le gouvernement qui s’est lancé les yeux fermé, je crois que tout le monde a dit que c’était une perte de temps et d’argent pour un truc non standard.

Ils ont fait ça pour des questions de coûts par rapport aux SMS. Je sais pas où ils sont — probablement une autre planète — mais chez moi mes SMS sont gratuits. Mais je ne fais de mailing de masse non plus.
Du coup je suis allé voir le site des professionnels du secteur, et ce qu’ils proposent. Si je regarde par exemple chez OVH, qui est un groupe français (qui — lui — a excellente réputation dans le monde entier, le coût d’un mailing de 500 000 SMS est de 29 400 € TTC. Le prix de revient pour les 1 000 000 d’habitants de toutes les Alpes Maritimes est donc environ de 60 000 € TTC.

Ajoutant à ça que les SMS :

  • fonctionnent sans nouvelles infrastructures
  • fonctionnent sur un support fiable et éprouvé
  • fonctionnent parfaitement interopérable y compris sur des téléphones qui ont 20 ans
  • fonctionnent directement sans application/installation/manipulation/maintenance/mise à jour

Je ne sais pas combien ont coûté les application du SAIP (MÀJ : 400 000 €), mais si c’est dans le même style que le délire de france.fr, ou encore le prix d’une coupe de coiffure pour le président, on peut penser que ça soit revenu beaucoup plus que les 60 000 € TTC, le tout pour un truc qui ne fonctionne manifestement pas.

Et le pire c’est que tout ce bordel va sûrement nous coûter de nouveau un paquet de fric pour une v2.0 qui va probablement également fail comme la v1.0.

Mais bon, une application c’est so high-tech et ça prouve que Hollande brasse bien de l’air. Merci à lui, c’est rafraîchissant.

Commentaires fermés

Les commentaires sont fermés pour cet article