les résidents font désormais appel à la police pour faire fuir [les joueurs] et vont même jusqu’à balancer des bombes à eau et des œufs sur la tête des joueurs de passage.
— (source)

C’est vrai que durant l’Euro ou le Mondial de foot, les geeks jetaient aussi de l’eau et des œufs sur les footeux qui festoyaient dans la rue toute les nuits avec cornes de brumes, ballons, alcool, klaxon, drapeaux et pétards pendant un mois tous les deux ans. Je ne parle pas du tour de France, des JO ou d’autres manifestations du genre qui font régulièrement du bruit.

Je comprend l’agacement, pour y avoir eu droit avec des millions d’autres durant tout le mois de juin pour tout ce que je décris ci-dessus.
Mais il y a une différence entre être agacé sur les réseaux sociaux (jusqu’à sortir des extensions de navigateur pour masquer tout ça pour soi), voire d’en rire ou de se moquer ou de souhaite que ça finisse rapidement, et que de se mettre à jeter des projectiles et appeler la police pour des gens qui ne font rien de mal à la société en général.

Ça s’appelle la vie en société et le respect, que de laisser les autres manifester leur joie dans les lieux publics. Visiblement, beaucoup ne sont pas prêts pour ça, mais ce n’est pas forcément ceux qu’on croit.

Ah et ça durera probablement qu’un mois ou deux avant de s’atténuer jusqu’à s’éteindre définitivement.

ÉDIT :
Hervé (vivant en Australie, justement) me complète cet article.
Déjà, les faits divers négatifs sont plus que rares, mais en plus Pokemon Go a beaucoup de points positifs :

  • Les gens sortent, parlent ensembles, jouent ensembles, même sans se connaître.
  • Certaines parties du jeu sont plus simples quand on s’organisent entre joueurs.
  • Des dispositifs (dans le jeu) permettent de partager des objets ou des pokémon.
  • Les gens bougent. Le jeu pousse à marcher et à enchaîner les kilomètres : c’est bon pour la santé. Certains considèrent déjà ce jeu comme la solution à l’obésité aux USA.
  • Les gens qui se retrouvent ensembles vont dans les cafés et restaurants pour discuter, ce qui profite également largement aux commerces (n’importe quelle activité qui fait sortir les gens et se retrouver dehors aura cet effet là).
  • Des refuges pour animaux prêtent des chiens à des gens qui marchent pour jouer à pokémon Go pour les promener : les chiens sont sortis, les joueurs sont heureux et certains animaux sont même adoptés.

Bref, à part quelques comportements à la limite du dangereux, le jeu a beaucoup de points positifs : pour les joueurs, mais aussi pour la société et le commerce (bars, cafés, restaurants…).

Commentaires fermés

Les commentaires sont fermés pour cet article