Ce post est un troll volontaire à destination de ceux qui pense que le réchauffement du climat est faux.

Suite aux récents événements concernant le #brexit, le cours de la Livre Sterling aurait largement chuté :

cours de la livre sterling juin 2016
Réaction des gens normalement constitué :

Ah oui, on voit que ça chute.

Réaction des puristes :

Ya pa déchèlle et 2 date, sa veut rien dir, lol.

Ma réaction aux puristes :

Osef de l’échelle, connard, c’est la tendance de la courbe qu’il faut voir.
On voit que la chute récente dépasse très largement toutes les fluctuations d’avant.

Voici une autre courbe.
Un peu dans le même genre, en fait : une courbe assez monotone, et à la fin, une évolution rapide, dépassant très largement toutes les fluctuations présentes sur le reste du graphique. Il représente l’évolution du taux de CO2 au cours des 10 000 dernières années (en ppm) :

taux de CO2 dans l’air sur 10 000 ans
Et pour être plus clair, voici un lien vers le même graphique, mais sur une échelle de temps beaucoup plus longue. Dans les deux cas, la conclusion ne doit pas changer : quelque chose s’est passé pour produire l’évolution rapide, importante et inédite sur la droite du graphique.

Maintenant, je me demande pourquoi tout le monde (à part les puristes) est d’accord pour comprendre que la Livre Sterling a chuté en regardant le premier graphique, mais qu’il y a encore des gens (comme Donald Trump — qui au passage envisage de briser les quelques rares traités sur les émissions de CO2 que les USA ont signés) qui nient ce que montre le second graphique ?

ÉDIT : concernant les dates pour la première courbe, le niveau est aussi au plus bas depuis 1985 (src).

meme thumb up rage face
Comme tu sembles perdu dès que ça touche à Internet, laisse-moi t’aider, je suis là pour ça !

Tu as un site sur lequel tu publies tes belles photos ?
Tu ne veux pas que Google Image indexe tes belles photos ?

Voici la solution, très simple :

  • Tu ouvres ton application Bloc-Note sur ton ordinateur
  • Tu copies ça dedans :
User-agent: Googlebot-Image
Disallow: /
  • Tu enregistres ce fichier sous le nom robots.txt.
  • Tu uploads ce fichier à la racine de ton site, et maintenant Google Image ne viendra plus indexer tes images.

Enfin, dernière chose, maintenant que Google ne vient plus te « voler » : tu arrêtes de nous casser les couilles avec une taxe à la con simplement parce que t’es un incompétent qui ne sait pas lire la documentation.

Merci.

Vous savez, à une époque, les sites de presse voulaient une taxe sur Google Reader et Google News parce que ces deux services de Google indexaient les sites de presse et par conséquent effectuaient une copie du titre de l’article (du site de presse) et de la première ligne du contenu de l’article.

Cette situation étaient insoutenable pour les sites de presse qui ont demandé un taxe sur Google, car le fait de copier le titre d’un article constituaient un problème de droit d’auteur préjudiciable au site de presse (même pas l’auteur, donc).

Google a fini par ne plus indexer ces sites et leur audience a fortement chuté (c’était en Belgique, mais aussi en Espagne). Ils comprirent alors que Google, en les indexant, leur apportait du monde et du public, et donc des revenus indirects. Et ils ont arrêté de se plaindre et on fait machine arrière.

Aujourd’hui, les sites d’images ne sont pas content de Google Images, parce que Google Image recopie des miniatures des images (des sites d’images). Ils considèrent ça comme une insoutenable atteinte à leur droit d’auteur.

Je vous dis ce qui va se passer ou pas ?

Et pour finir, tout ceci est du pur bullshit 100% #copyreich : car si on ne veut pas que Google indexe son site, il suffit de lui demander. Mais ça, ça ne les intéresse pas. Ce sont les millions que brasse Google qu’ils veulent, même s’ils doivent lécher les bottes de ceux qui font les lois, pour ça. Rapaces.

Et le pire dans tout ça, c’est que tous ceux qui publient des images originales (j’en fais partie) et qui se retrouvent dans Google Image, vont probablement générer des profits pour le copyreich aussi (sans voir la couleur de l’argent, bien-sûr). Fffuuu.

(PS : oui j’en avais déjà parlé…)

Ceci est une réaction à cet article Stop saying learning to code is easy et qui va dans le même sens.

Au début je disais aussi (y compris ici parfois) que c'était super facile de coder, et tout et tout (aah l’enthousiasme du débutant :p).

Mais avec le recul je pense que ça n'est une si bonne idée que ça, et cet article dit pourquoi : si on annonce quelque chose comme simple et que les gens n'y arrivent pas, ils laissent tomber. Si on leur dit que c'est difficile et qu'ils y arrivent quand même, ça les motive.
Si le but est effectivement d’enseigner la programmation et de créer de l’intérêt pour ce domaine, dire que c’est quelque chose de simple n’est donc peut-être la bonne solution.

Aussi, et ça dépend du public, mais faire faire quelque chose de simple à des gens n’est pas intéressant : certaines personnes veulent du fil à retordre, veulent chercher des solutions et découvrir comment ça marche ; pas qu’on leur donne des choses directement sur un plateau. C’est le cas des jeunes enfants (quand ils sont encore curieux), sûrement moins des jeunes adultes (qui veulent tout savoir faire tout de suite, pour avoir une ligne à ajouter sur un CV).

Bien sûr, on peut faire des choses basiques assez rapidement quand on commence à écrire du code : afficher un truc dans la console ou lire un fichier texte, par exemple. Ça prend 5~10 lignes d’écritures et en 1 ou 2 heures on a fait le tour.

Mais quand on veut ensuite le faire de façon efficace (sans bouffer les ressources système), ou qu'on commence à se heurter au problèmes du format de fichier, de l'encodage, ou de syntaxes ridicules (xml, csv...), bref quand on a des contraintes, comme on en a IRL, la facilité tombe assez vite.

Ça ne signifie pas que ce n'est pas drôle, amusant, enrichissant de coder des trucs compliqués, c'est juste qu'il vous arrivera forcément des moments où vous resterez des jours entiers sur un problème, à vous arracher les cheveux jusqu'à 3h du matin ou à exploser votre clavier contre un mur à cause de la frustration…

(Ce que je dis ici est également valable pour le HTML et le CSS, qui sont des langages aussi, mais pas de programmation)

Dans tous les cas, en prog retenez deux choses :

Liens :

Sur mon blog scientifique Couleur-Science il m’arrive d’avoir besoin d’afficher des équations ou des expressions mathématiques, avec des fractions ou des lettres grecques.

Il existe plusieurs bibliothèques en JavaScript pour faire ça, l’une d’elles, la plus populaire en fait, est MathJAX, que vous connaissez peut-être et que j’utilisais avant. MathJAX est compatible avec pratiquement tous les navigateurs (jusqu’à IE6) et gère le SVG, le MML,, les images, elle permet de générer des codes d’intégration… Sauf que ceci vient avec un coût : l’archive pèse plus de 100 Mo, contient des milliers de fichiers et surtout le rendu est très lent.

Puis j’ai découvert Katex : un outil qui permet d’afficher des équations, comme MathJAX, mais bien plus rapidement : en fait, l’affichage est pratiquement instantané même sur les ordinateurs moins puissants ! Il n’y a pas cinquante mille options, du coup l’archive est beaucoup plus légère (2 Mo seulement, dont les 3/4 ne seront jamais chargés que sur les vieux navigateurs).

Je l’utilise depuis quelques mois sur Couleur-Science et c’est nickel. Vous pouvez en voir le résultat sur ces articles : 1, 2, 3.

Pour l’usage, ça se fait avec la syntaxe LaTeX (tuto et commandes supportées).
Dans votre page Web, incluez les fichiers katex.min.css et katex.min.js, ainsi que la bibliothèque auto-render, qui permet de faire le rendu automatique des équations quand elles sont en LaTeX dans le code source.

Pour retrouver la syntaxe de MathJAX, ajoutez ceci dans votre JavaScript :

renderMathInElement(
	document.body,
	{
		delimiters: [
			{left: "$$", right: "$$", display: true},
			{left: "$", right: "$", display: false},
		]
	}
);

Pour faire une équation dans une ligne de texte, mettez tout simplement le code LaTeX de l’équation entre deux « $ » (comme ceci : « $equation$ »)
Pour faire une équation sous la forme d’un bloc, centré, entre deux paragraphes de texte, mettez le code entre « $$ » (comme ceci : « $$equation$$ »).

KaTeX est créé par la Khan Academy, une association à but non-lucrative pour promouvoir l’éducation (en sciences, en programmation, en arts, en économie…) à travers des milliers de cours en ligne et des vidéos.

Enfin, ni MathJAX ni KaTeX ne permettent de tracer des graphiques. Pour cela, il y a JSXGraph, qui est très complète (donc forcément un peu lourde aussi). Un exemple d’utilisation ici.

En CSS, quand on veut mettre une portion de texte en italique, on utilise l’une des deux méthodes ci-dessous :

font-style: italic
font-style: oblique

Et ça met le texte en italique… Ou pas ! Car ce qu’on appelle italique est en réalité… oblique !
Il est en fait assez rare que les programmes utilisent l’italique à la place de l’oblique. La raison à ça est simple, mais pour la comprendre, il faut constater quelles sont les différences entre italique et oblique.

En fait, que le graphie soit romain (normale), italique, ou oblique, ce qui change est la forme des lettres (indépendamment de la police d’écriture elle-même).

  • Pour le romain, les lettres sont droites
  • Pour l’italique, les lettres sont différentes, et inclinées (généralement plus arrondies)
  • Pour l’oblique, les lettres sont les mêmes que le romain, mais inclinées.

oblique VS romane VS italic
Comme vous le voyez, à la fois l’italique et l’oblique sont inclinée. Cependant, les caractères romains et oblique sont identiques (à part l’inclinaison), mais les caractères italiques ont des tracés différents (en particulier le a et le f).

L’italique est donc bien une fonte en plus, et celle-ci doit être installée sur l’ordinateur pour que les logiciels puissent l’utiliser (ce qui n’est que rarement le cas) :

oblique VS romane VS italic
Dans la création de sites web, quand vous voulez inclure une police d’écriture, vous avez généralement le choix de la police « normal » et des variantes « italiques » (par exemple sur Google Fonts), et ceci pour les différentes graisses (« font-weight »).

En revanche, le comportement des navigateurs n’est pas celui que l’on espérerait : de ce que j’ai pu tester, si vous décidez d’inclure les polices italiques dans vos feuilles de style, alors à la fois oblique et italic vous donneront les caractères en italique. Si vous ne les incluez pas, les deux seront oblique (les caractères sont ceux de la police de base mais obliqués).

Je n’ai pas pu avoir un seul navigateur qui applique les trois polices de façon attendue, mais je n’ai pas pu tester Safari, le navigateur d’Apple, qui est connu pour faire très attention à ce type de détails.

Enfin, pour la culture générale, sachez que la police normale se nomme « romaine », étant donnée qu’elle prend son origine dans l’empire romain, comme l’alphabet (Latin) que l’on utilise. La police italique a la même racine que le mot Italie, le pays : en effet, l’écriture italique serait née au XVe siècle à Venise, en Italie.

Ressources :