Ben voilà autre chose.

Ton IP est flashé ? Hop, ton compte est débité.

Pourquoi ?

Parce que c’est trop compliqué de passer par un juge.

Pour résumer leur point de vue : le système judiciaire est trop lent, contraignant et compliqué pour eux, ils préfèrent se placer en dictateurs au dessus de la loi.
Dictateurs du copyright, ça vous dit quelque chose ?

Mais on s’attendait à ce genre de trucs. Avec d’une part le nombre croissante de lois policières qui passent hors du cadre judiciaire et d’autre part le droit d’auteur qui devient une excuse à n’importe quoi (taxe sur les GPS, contribution par les salons de coiffure, interdiction de fredonner une chanson…), il ne fallait que du temps pour l’idée d’une pompe à frique directement entre votre adresse IP et la poche des ayants droits ne naisse.

Le pire c’est qu’une telle idée a des chances de se concrétiser (vu tout ce qui sort des assemblées ces temps-ci…).

Fait chier.

9 commentaires

gravatar
HelloWorld a dit :

Vu que l'adresse IP n'est pas un facteur sûr à 100%, il risque d'y avoir aussi pas mal de problèmes de remboursements ...

Le droit d'auteur, à la base c'est pour les auteurs, pas les ayants-droit.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@HelloWorld :
C’est probablement le but, comme pour les remboursements de la taxe copie-privée envers les professionnels.
Sauf que là par contre, je suis sûr que la contestation devra passer par un juge.

gravatar
Deep a dit :

Sans aucun doute, ce ne serait pas drôle sinon.
Mais je conserve toutefois un brin d'espoir en notre système politique, juste un peu ...

gravatar
MrP a dit :

Et si il y en a qui s'amuse à télécharger via des IP "gouvernementales", comment vont-ils faire? Et si ce sont des IP d'ayant droit, va t'on entrer dans une boucle infini (l'ayant droit se payé une amende à lui même et se rembourse?!

gravatar
gouzou a dit :

Rappelez-vous :
> avant le 30 décembre 1991 un chèque sans provision faisait l'objet d'une procédure judiciaire, puis il a été dépénalisé par François Mitterrand et son gouvernement Edith Cresson, et ce, pour le plus grand bénéfice des banques qui ont alors racketté sans vergogne leurs clients en difficultés, entrainant par ailleurs des milliers de suicides.
> pour moi, il ne fait aucun doute que dans un temps très rapproché ce Président de droite et son gouvernement du très droitier Valls va, de la même manière, donner aux "ayant-droits" tous les droits possibles pour fliquer les internautes, leur mettre des amendes au moindre soupçon de piratage et les encaisser vraisemblablement avec des officines privées de recouvrement avec évidemment des pénalités automatiques ou des frais conséquents, et ce, sans vergogne... L'État en profitera certainement pour récupérer les 200 millions d'euros du racket de la taxe privée et les affecter au soutien financier de la presse par exemple.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :
pour moi, il ne fait aucun doute que dans un temps très rapproché ce Président de droite et son gouvernement du très droitier Valls va, de la même manière, donner aux "ayant-droits" tous les droits possibles pour fliquer les internautes, leur mettre des amendes au moindre soupçon de piratage

C’est bien ce dont il est question ici.

Que l’État en fasse un bénéfice financier, ça reste à voir, mais d’autres bénéfice ou même un seul bénéfice quel qu’il soit, ça ne fait aucun doute, sinon ils ne feraient pas passer une telle loi.

gravatar
nIQnutn a dit :

Il suffit de regarder ce que se permettent les ayants droit pour se méfier.
Les dérives seront trop nombreuses, et il n'est pas impossible d'enregistrer n'importe quel IP téléchargeant un fichier en P2P pour faire simplement de l'argent.
Il me semble que la présomption d'innocence ne serait pas respectée et rendrait cette procédure impossible.

De toute façon, les ayants droit s'accaparent les œuvres d'autres auteurs sans pb.
Copyright Madness

Il y a bien une sur-représentation des ayants droit par rapport aux auteurs alors qu'il n'existe pas de copyright mais seulement un droit d'auteur en France. De toute façon, c'est un métier de rentier, et ils sont tellement fainéants qu'ils ne veulent aucun changement dans un monde en perpétuelle évolution (économique et technologique).

gravatar
Alain Ternaute a dit :
Parce que c’est trop compliqué de passer par un juge.

Bah déjà si la Hadopi faisait son boulot correctement, ce serait pas le fiasco. Je sais pas si vous avez lu le bilan de son 5ème anniversaire :

Seulement la moitié des détections enregistrées par TMG sont comptabilisées par la Hadopi.
Des 2 900 triples récidives comptabilisées, 2 336 ont fait l'objet d'une enquête de sa part.
400 seulement de celle-ci ont pu déboucher sur la constitution d'un dossier de justice.
De ces 400 dossiers, il semble que les juges n'ont jugé adéquate l'ordonnance pénale que pour 56 d'entre eux. Car la Hadopi rapporte seulement 56 jugements dont seulement 32 d'entre eux ont conduit à une condamnation.

Ha-ha-ha-haaa ! Pas étonnant que les majors restent sur leur faim...
(source)

Les commentaires sont fermés pour cet article