bouteille de produit chimique Visiblement plus personne n’a de cours de chimie à l’école ; l’occasion donc de refaire un bref point.

Je cite :

La cocaïne est une drogue extrêmement dangereuse et nocive, faite à partir de feuilles de coca. Mais le procédé pour obtenir la poudre fait intervenir de nombreux autres ingrédients, qui éclairent un peu plus sur sa dangerosité : kérosène, acide sulfurique (que l’on utilise pour déboucher par exemple les WC), ciment, ammoniac, éther...


Ok, la cocaïne est une drogue dangereuse, très addictive, etc. etc.
Mais est-ce le cas à cause de la chaîne de production ? Ces produits ne sont pas censés apparaître dans le produit final.

Tout comme on ne trouve pas d’ozone (gaz cancérigène) dans l’eau du robinet (l’ozone est utilisé pour désinfecter l’eau), ni de dioxyde de carbone supercritique à très forte pression dans votre boisson gazeuse favorite (le CO2 supercritique est utilisé pour l’extraction de la caféine).


On va faire une expérience de chimie (préparez blouse, masque, lunettes, gants, hotte, extincteur) :

  1. Prenez un verre et remplissez le d’eau.
  2. Ajoutez une pincée de sel de table.

C’est bon ?
Vous savez ce que vous avez dans le verre maintenant ? Il y a des atomes d’hydrogène, d’oxygène, de chlore, de sodium et probablement aussi de l’iode et du fluor.

  • Hydrogène : sur Terre, la molécule de H2 est un gaz explosif et détonnant et qui est utilisé dans les bombes H. Dans les étoiles, il constitue le carburant nucléaire.
  • Oxygène : sous forme d’O2, c’est gaz très réactif et oxydant. Il est essentiel à la vie, mais il est aussi destructeur de l’ADN et des cellules.
  • Chlore : en dichlore, c’est un gaz toxique, nauséabond. Le chlore est aussi utilisé dans l’eau de javel, les déboucheurs d’évier à l’acide et les décapeurs pour peinture.
  • Sodium : métal très léger et souple mais qui explose et s’enflamme quand on le place dans l’eau.
  • Iode : solide qui se sublime en un gaz extrêmement irritant. Certains isotopes d’iode sont des sous-produits de l’industrie nucléaire très toxiques.
  • Fluor : tout simplement l’élément le plus réactif du tableau périodique. Pur, il est tellement puissant qu’il attaque tous les autres éléments, y compris l’or ou le platine et même les gaz nobles.

Pourtant, mettez tout ça ensemble dans les bonnes proportions et vous avez de l’eau salée tout à fait prête pour cuire vos nouilles.
C’est ça, la chimie : la transformation des molécules en d’autres, et avec elles, les propriétés physico-chimiques.


Bref, deux choses à retenir avant de s’alarmer devant n’importe quoi :

  • le produit fini n’a généralement rien à voir avec la chaîne de production. Saviez-vous par exemple que vos bijoux en or ont probablement été extrait à l’aide d’un des produits suivants : mercure, cyanure ou acide nitrique ?
  • la chimie des éléments est différente de la chimie moléculaire. Le chlore et le sodium sont deux éléments qui peuvent vous tuer si vous les prenez séparément, mais ensembles dans une molécule ils forment le sel de table. Même remarque pour l’eau. Ou le sucre. Et tout ce qui vous entoure.

image de Deam Ayres

21 commentaires

gravatar
Olivier a dit :

Il faut toujours rappeler ensuite que le Monoxyde de dihydrogène est ultra dangereux.

des décès dûs à l'inhalation accidentelle, même en faibles quantités.
L'exposition prolongée à sa forme solide entraîne des dommages graves des tissus.
L'ingestion en quantités excessives donne lieu à un certain nombre d'effets secondaires désagréables, bien que ne mettant pas habituellement en cause le pronostic vital.
Le monoxyde de dihydrogène est un constituant majeur des pluies acides.
Sous forme gazeuse, il peut causer des brûlures graves.
Il contribue à l'érosion des sols.
Il entraîne la corrosion et l'oxydation de nombreux métaux.
La contamination de dispositifs électriques entraîne souvent des court-circuits.
Son exposition diminution l'efficacité des freins automobiles.
A été trouvé dans des biopsies de tumeurs et lésions pré-cancéreuses.
Est souvent associé aux cyclones mortels survenant notamment dans le centre des États-Unis.
Des variations de température du monoxyde de dihydrogène sont soupçonnées de contribuer au phénomène climatique El Niño.


Si si je l'ai vu sur http://www.dhmo.org/translations/french/facts.html





^_^

gravatar
Techno a dit :

Cela me rappelle un Tp de Chimie que j'ai eu en terminale, on devait faire de l'arôme de banane. Afin de gagner du temps lors de la réaction, on ajoute de l'acide sulfurique, qui joue un rôle de catalyseur. Mais qu'on ne retrouve pas dans les bonbons à la bananes. Il faut mieux dans ce cas qu'ils ne regardent pas comment sont fabriqués les médicaments et pourtant ça soigne des maladies.
En tout cas j'aime bien ta démonstration par l'absurde.

gravatar
AlexO a dit :

Après, dans le cas des drogues, il n'y a ni contrôle qualité, ni chaîne de fabrication 'industrielle', mais des laboratoires temporaires, souvent mal aérés et mal nettoyé. En l'occurrence, ca m'étonnerait que les narcotarfiquants fassent attention à rendre un produit propre (surtout si c'est pour couper avec des merdes diverses derrière).

D'autant plus que les produits originaux sont probablement de mauvaise qualité aussi... Un des enjeux de la légalisation des drogues, c'est bien de permettre à l'état de contrôler les circuits d'approvisionnement et donc d'améliorer la santé publique.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@AlexO : évidemment, mais ça n’est pas spécifique à la cocaïne, ni aux drogues.
N’importe quel produit, même banal, peut-être entaché de poisons si on le prépare mal.

(parlant de tout ça, c’est un peu l’intrigue de Breaking Bad, qui est une série à propos d’un chimiste sur-qualifié qui se lance dans la drogue)

gravatar
John Doe a dit :

@Le Hollandais Volant :

Je suis 100% d'accord avec AlexO.
Sans doute qu'initialement, quelqu'un a souligné la dangerosité des ingrédients utilisés dans la préparation pour souligner à quel point le résultat vendu pouvait être dangereux.
(ensuite, oui, sur secouchermoinsbete, l'auteur semble faire l'erreur indiquée)

La question n'est pas de savoir si on le prépare mal ou pas.
La question est de savoir pourquoi on produirait bien de la drogue ?
Est-ce que si tu n'es pas content de la qualité de ta drogue, tu vas te plaindre à la police ?
Les réseaux habitués ont sans doute un système de concurrence qui fait que les mauvaises qualités voient leur clients partir, mais en pratique, aucun consommateur occasionnel ne peut faire ça, et c'est sans doute bien plus rentable de leur vendre de la drogue de basse qualité.
Donc, oui, à mon humble avis, de la drogue qui contient réellement certains de ces éléments est sans doute très très courant (surtout quand c'est pour des amateurs occasionnels).

gravatar
AlexO a dit :

@hollandais

Je sais :) D'ailleurs, j'ai fait récemment un covoiturage avec un chimiste dont le métier est de valider la production de médicaments en cas d'incidents : par exemple, si une préparation doit être maintenue à 75 degrés pendant 4 heures mais que le courant à sauté durant 15 minute, il doit décider si il faut jeter ou garder (et éventuellement des mesures pour corriger l'erreur et sauver la production). En l'occurrence, ils ont jeté les 300L de la cuve...

gravatar
kiki a dit :
Un des enjeux de la légalisation des drogues, c'est bien de permettre à l'état de contrôler les circuits d'approvisionnement et donc d'améliorer la santé publique.

Je ne savait pas qu'améliorer la qualité de la cocaïne (entre autre mais pourquoi pas de l'héroïne aussi) va de paire avec l'amélioration de la santé publique.

Une drogue raffinée de quelques manières soit-elle sera toujours plus dangereuse pour l'organisme que la plante naturelle. Il y a une différence entre mâcher une feuille de coca par exemple et sniffer de la cocaïne.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@kiki : C’est une question de dose : si tu manges un carré de sucre, ça ne fera rien. Mais manger 6 kg de canne à sucre, c’est pas spécialement bon non plus.

Après, je l’avais souligné sur le même site de SCMB, beaucoup de substances végétales (comme la cocaïne, la nicotine, la vanilline, la caféine…) sont destinées à éloigner les prédateurs. Elles sont donc naturellement destinés à être dangereuses (peut-être pas spécifiquement à l’homme, ceci-dit).

Je ne savait pas qu'améliorer la qualité de la cocaïne (entre autre mais pourquoi pas de l'héroïne aussi) va de paire avec l'amélioration de la santé publique.

En fait, quitte à avoir une société avec des drogués, autant qu’ils soient en bonne santé : au moins il ne coûtera pas autant à l’État et continuera à consommer et à rapporter de l’argent.
Mais même sans ça, la santé publique est un des rôles de l’État.

Enfin, je suis d’accord que les drogues sont généralement un danger pour les personnes (risque d’overdose, mais aussi de conduite dangereuse, etc.). Mais quitte à faire quelque chose, autant commencer à réduire le danger tout de suite plutôt que de ne pas réussir à la supprimer.

Actuellement, je ne qualifierais pas la lutte contre la drogue comme un succès ; surtout que les pays qui dépénalisent certaines substances s’en sortent mieux, financièrement (taxes & co) mais aussi et surtout socialement.
Ce qui donne à réfléchir sur l’obstination des politiques à vouloir rester dans le mode de la criminalisation systématique des drogues (et éventuellement des raisons et causes de cette obstination).

gravatar
Gilgamesh a dit :

En dehors de la physique et de la chimie, il n'y a que du void...
Mais bon, pour tuer quelqu'un, demandez aux experts: Dame Nature et al

Pour la cocaïne, le soucis n'est pas l'utilisation de kérosène (mauvais pour l'environnement) ou d'un autre "produit vachement kifépeur". Mais peut-être son influence sur le cerveau à cause de... Ben de la cocaïne non ?

Juste pour un peu relativiser, d'ailleurs:
sur la base de "ce que j'utilise nuit à l'utilisation finale", on va comparer:
- l'essence, ça te tue si tu la brûles: la voiture peut te foncer dessus (j’aurais bien mis noyade, mais c'est peu probable, même avec une montée des eaux du au réchauffement climatique). Et c'est fait à partir de pétrole. Carbone, hydrogène
- le médicament: ça te "sauve la vie". Ben "non": quantité incroyables de solvants toxiques, souvent des métaux lourds (interdits dans les étapes finales) ou encore acides, bases et pleins de vilains atomes.

On peut aussi comparer le monoxyde de carbone (CO) avec le dioxyde de carbone: ils ne différent pas par leurs composants (seulement en rapports), mais surtout en termes de liaisons. La conséquence est toute vue, l'un des deux va pouvoir se coordinner (se coller à un métal) très facilement. Cool direz-vous, "on s'en fout", et bien pas vraiment, parce que nous, ce qu'on sait faire généralement, c'est respirer. Et respirer, ça veut dire adsorber (coller un gaz quelque part) de l'oxygène sur un atome de fer hémique (une hémoglobine en compte 4) et le désorber (décoller le gaz) là où nos cellules en ont besoin pour faire leur tambouille chimique. Mais si tu mets un petit CO sur le fer, ça aime bien, et ça part pas des masses... Donc petit à petit tu as tes transporteurs publiques d'oxygène qui se privatisent et qui font pas le boulot.
Certains organes, dont le cerveau, n'aiment pas bien être sans oxygène, ils -littéralement- étouffent.

En somme, si vous n'aimez pas la chimie et que vous voulez le prouver très fortement, cessez de respirer.

gravatar
jambon31 a dit :

Le cuivre est rouge, le soufre est jaune, le sulfate de cuivre (bouillie bordelaise) est bleu ! Vive la chimie !!!

gravatar
John V. Doe a dit :

Petite erreur ou simple inversion dans la phrase ? Le sodium chaud s'enflamme spontanément exposé à l'air et explose à température normale en contact avec l'eau.

Hors sujet : un beau cas de folie ingénieurale français à ce sujet fut le cas du surrégénérateur nucléaire Super-Phénix dans les années '70-'80 : 2.000 T (deux mille tonnes, vous avez bien lu) de sodium liquéfié et radio-actif dans le circuit primaire du réacteur plus 3.000 T dans le circuit secondaire (non-radioactif en théorie) et 1.000 T en réserve... en cas de fuite sans doute :-P
Note à benêt : à l'époque, on ne savait pas éteindre des feux de sodium de au-delà de la centaine de kilos : 1/20.000e de ce qui était présent dans le cœur.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@John V. Doe : en fait, le sodium dans l’eau libère de la chaleur et de l’hydrogène gazeux. Ce dernier atteint son point d’ignition si la libération de chaleur est suffisante.
En fait, c’est l’hydrogène qui brûle et explose, mais la présence de sodium métallique dans de l’eau y est pour quelque chose, d’où le raccourcis.

Le sodium à température normale ne réagit pas beaucoup à l’air libre. Le potassium en revanche, si : il "fume", en captant l’humidité de l’air.

Pour les réacteurs, certains utilisent du « NAK », ou plutôt « Na-K », un amalgame liquide de sodium et potassium. Le NaK explose avec l’eau. Laissé à l’air, il s’oxyde et le produit oxydé explose au contact des produits organiques.

Un joli cocktail quoi :D

gravatar
John V. Doe a dit :

Je m'étonne que vous n'ayez pas cité le DHMO ou monoxyde de dihydrogène qui est aussi utilisé dans le traitement de la cocaïne. Ce produit est dangereux et ignoré. Seul un site lui est consacré : http://www.dhmo.org/ ! Mais peut-être êtes-vous impliqué dans la large conspiration qui tend à minimiser tant sa présence que ses dangers.

Le site cité n'est pas complet d'ailleurs. Il n'indique pas que le DHMO a été consommé par tous les terroristes et les meurtriers multi-récidivistes connus. C'est dire son influence perverse sur le psychisme humain. Ne parlons même pas de son assuétude puisque selon les plus pertinentes études médicales, il suffit d'en avoir consommé une fois pour y être "accroché" à vie. A côté de ça, la cocaïne est une plaisanterie, non ?

A contrario, les produits naturels guérissent de tant de choses :-) Par exemple si vous souhaitez vous débarrasser de l'habitude de consommer des stupéfiants ou de l'alcool, le kokoï de Colombie est souverain : jamais plus vous n'en aurez envie. Ou alors, c'est que vous habitez en Écosse. Et l'amanite phalloïde, souverain remède à tous les soucis alimentaires comme ballonnements, constipation, carnivorisme  : une petite cure vous guérit de ceux-ci pour l'éternité. Ne parlons même pas de son influence positive sur l'environnement.

gravatar
jambon 31 a dit :

Et que dire du bolloré satan, champignon vénéneux, pas mortel certes, mais qui file de sacrés coliques.

gravatar
jefaispeuralafoule a dit :

@AlexO : Vrai... et faux: le contrôle qualité existe, au titre que la formulation du produit fini est généralement maîtrisée, même s'il y a effectivement toute une production en mode "fast and dirty". N'oublions pas que le client final doit être accro sans risquer de mourir immédiatement. C'est là où les chimistes entrent en jeu, en tentant d'obtenir une recette aussi peu chère que très addictive. Evidemment, c'est le "moins pire" des cas, sachant qu'il y a d'autres stupéfiants où le calcul n'est pas même fait (raisonnement du "vite gagner, vite disparaître").

C'est ce qui différencie d'ailleurs les énormes cartels des "petits" producteurs.

gravatar
blux a dit :

Et rajoutez un seul atome d'oxygène au sel, il se transforme en eau de javel...

gravatar
taco a dit :

j'adore les articles, comme celui là, qui rétablissent des vérités bafouées par d'autres articles. Et je suis pour l'information : on ne doit pas cacher une info, quel que soit le prétexte.

Après, vient une question de responsabilités. je trouve qu'il manque un lien vers un article plus poussé sur la drogue en elle même et ses risques, parce qu'imagine un gars de 14 ans qui tombe dessus et tout content se dit "ah mais c'est moins craignos qu'on le dit en fait" ...

et un autre truc, le fait que les producteurs doivent souvent s'en foutre de la qualité est carrément vrai, mais surtout, qu'est ce qu'ils produisent ? Sauf consommateur très averti, régulier, attentioné, etc etc, c'est pas (du tout ) évident de reconnaitre une poudre d'une autre, et là par contre, ça peut être très craignos

D'ailleurs, "N'oublions pas que le client final doit être accro sans risquer de mourir immédiatement" immédiatement ok mais dans les 1 ans on s'en branle :) y'aura toujours de nouveaux acheteurs, pas dsoucis la dessus

Enfin bref la drogue c'est pas mal, c'est dangereux, et en parler, c'est pas mal, c'est délicat.

Les commentaires sont fermés pour cet article