Tout simplement pour soutenir ceux qui, jusqu’au bout, avaient usé de leur liberté d’expression. Liberté que certains extrémistes prêt à en venir aux terrorisme veulent voir s’éteindre.
Ils n’y arriveront pas, car il est intolérable d’être menacé pour des idées.

je suis charlie


#CharlieHebdo

1 commentaire

gravatar
Alain Ternaute a dit :

Eh bien moi, je ne suis ni Charlie, ni la Chocolaterie !

> ni ce Charlie éclaboussant la France de toutes les immondices imaginables, et déversant impunément toutes ces déjections sur l'ensemble des personnalités publiques (acceptables ou non). Quel mérite peut avoir un torchon aussi crotté ? De quoi la France peut lui être redevable ? Certainement d'avoir frôlé la faillite AMHA.
> ni la Chocolaterie, je veux dire par-là toute entité souhaitant contrôler tout, dont l'expression, aussi légitime soit-elle, et pour ses intérêts propres uniquement (donc opposés à l'intérêt commun).

Et je rejette cette "liberté d'expression", qui comporte une monstrueuse confusion qui nous fait prendre la liberté d'information avec la liberté de nuire verbalement :

Pourquoi accorder à l'erreur un droit sur la vérité ? L'erreur, étant néfaste en soi, elle n'a aucun droit à prétendre.
(J'écris "sur la vérité" parce que l'erreur étant son opposé, convenir de l'erreur équivaut à défavoriser la vérité. Donc "accorder à l'erreur les mêmes droits qu'à la vérité" = "accorder à l'erreur un droit sur la vérité".)

On voit la liberté d'expression comme une chose neutre, comme si elle n'était pas la liberté de nuire. C'est faux. Cette dite liberté d'expression nous donne le droit de répandre l'erreur et le mensonge autant qu'on le souhaite. Elle est la liberté de nuire par la parole, l'écriture, le geste, le dessin, la sculpture, etc.

Et avant que vous tentiez de caricaturer mon discours, je tiens à préciser que je suis un grand amoureux de la liberté d'information.
Je vous propose d'oublier ces pseudos-journalistes qui renient et salissent leur profession en déformant l'information, entre autres nuisances. Rendons plutôt hommage à tous ces -vrais- journalistes, écrivains, blogueurs... tous ceux qui se sont sacrifiés pour le triomphe de l'information et de la vérité.

Les commentaires sont fermés pour cet article