On ne compte plus les applications censées « optimiser » ou « accélérer » Android en supprimant toutes les applications en cache.
Ces programmes sont inutiles et ont bien souvent l’effet inverse de ce qu’ils disent faire : ils ralentissent le fonctionnement du téléphone.

Qu’on soit clair : Android est assez grand pour gérer la mémoire vive tout seul, il n’a pas besoin de l’utilisateur pour ça. Si le téléphone a 2 Go de mémoire vive, c’est pour que ça soit rempli, pas vide.
Et c’est ce qui se passe : le système conserve un instantané de l’application dans la mémoire vive pour pouvoir l’ouvrir très rapidement lorsque l’utilisateur le souhaite.
Si vous supprimez cet instantané de la mémoire (en utilisant un programme de vidage de la mémoire), alors ça libèrera de la mémoire vive, mais ça prendra beaucoup plus de temps lorsque vous voudrez rouvrir l’application.

Exemple sur mon ordinateur (du GNU/Linux) : sur les 6144 Mo de mémoire vive de mon ordinateur, un $ free -m me dit qu’il reste 351 Mo de libre. Pourtant, 3495 Mo sont disponibles ! La différence des 3144 Mo correspond à des données restées en cache pour une éventuelle utilisation ultérieur. Ces données sont déjà en mémoire et n’auront pas a être rechargées depuis le disque dur. Conséquences : la rouverture d’un programme précédemment fermé est bien plus rapide !

Si j’ouvre une application lourde qui n’a jamais été ouverte, alors elle prendre de la place sur ces 3144 Mo comme elle l’aurait fait si la place était vide. C’est le job du système d’exploitation de gérer l’espace mémoire, pas celui de l’utilisateur.

Les problèmes viennent plutôt des programmes qui démarrent en tâche de fond et qui tournent en permanence : les applications des réseau sociaux par exemple, sont tous constamment connectées et à l’affut de la moindre mise à jour à notifier : c’est ça qui bouffe de la batterie.
Configurez plutôt vos applications pour qu’elles font moins de mises à jour, ne démarrent pas toutes avec le téléphone ou supprimez celles qui ne savent pas se tenir.

Commentaires fermés

Les commentaires sont fermés pour cet article