are you fucking kidding me guy C’est indécent : Sarko avait voulu favoriser les chaînes de télé privées rendre plus neutre la télé publique en leur supprimant les publicités, il fallait trouver un moyen de la financer quand même.

C’est qui donc qui s’est vu infliger une taxe pour préserver la propagande télévisuelle publique ? L’internet, bien-sûr : ce sont les FAI (Orange, Free, SFR et les autres) qui doivent payer… Enfin… Eux…

L’Europe s’était plaint de tout ça, mais la Cour de Justice vient de donner raison à la France : les FAI seront bien taxés pour financer la télé.

On va en arriver au même point qu’avec la majors, où les industries du secteur high-tech doivent financer les entreprises restées au milieu du siècle dernier.

Du coup les fabricant de fauteuils et de piles pour télécommandes seront taxées, eux aussi ? C’est vraiment n’importe quoi : pourquoi ils taxent pas les chaînes privées à la place ?

16 commentaires

gravatar
galex-713 a dit :

C’est comme l’histoire de licence globale. Ça s’approche un peu d’une sorte de communisme non ?

gravatar
galex-713 a dit :

Oui mais c’est comme quand on met une taxe « culture » sur les moyens de stockage car on considère que c’est sur eux qu’on va mettre la « culture piratée », sauf que ceux-ci montent les prix, et qu’à la fin c’est touts les consommateurs de périphériques de stockage qui paye pour la « culture piratée ».

Là les FAI pourraient tout bêtement augmenter les prix et donc ce serait les consommateurs qui seraient taxés à la fin.

PS : Att mais ça concerne que France Télévisions !?

gravatar
Fred a dit :

A force d'emmerder les FAI et de leur en demander toujours plus sous prétexte que tout transite par leurs tuyaux (vu que tout se numérise maintenant), pas étonnant que ceux cis se vengent en voulant faire payer plus le consommateur (ou a défaut d'avoir un accès bridé).

Bayard avait fait la comparaison entre un service comme meetic, où le client paye 30 boules par mois, et est tout content, et où la boîte fait un max de bénefs sans trop de boulot - et à côté de ça, les FAI qui assurent quand même un énorme boulot en comparaison (déploiement de toute l'infrastructure réseau du pays), et où le client les incendie à la moindre occasion.

Ben du coup, les FAI proposent à leur tour des services (VOD par exemple), parce que c'est lucratif et qu'ils peuvent techniquement pourrir ceux des concurrents.

On devrait laisser les FAI tranquilles, qu'ils fassent déjà leur boulot et qu'ils le fassent bien (neutre), et les efforts de déploiement de l'infrastructure matérielle (fibre notamment) devraient être encadrés et financés par l'état.

... ah, je me rends compte que j'ai même pas parlé de la télé. Bah.
:)

gravatar
jefaispeuralafoule a dit :

Les taxes pour financer l'audiovisuel public ne finance pas que France Télévision. Cela couvre aussi toutes les radios nationales comme Radio France, France info, RFI...

Une fois cette précision faite, on doit tout de même se souvenir de quelques bricoles.
1° Vous pensez que la qualité changerait en quoi que ce soit si toutes les chaînes étaient privées?
2° Tout état doit conserver, d'une façon ou d'une autre, des outils de communication à destination du peuple. A minima une chaîne de télévision et une radio, de sorte à s'assurer une audience large et efficace.
Je vous rappelle quand même que, malgré le haut taux d'équipement Internet, la majorité des Français regarde la télévision pour le 20H, écoute la radio le matin et/ou dans les transports/voiture, et que ces sources d'information ont des audiences qui font fantasmer n'importe quel site internet!

De fait: oui les taxes sont lourdingues, souvent inutiles, mais je m'interroge: si l'état ne taxe pas quelque part pour financer ces organes d'information, c'est sur notre pomme que ça retombe... et donc, au final, une augmentation drastique de la taxe que nous avons déjà à payer.

Concernant le fait de taxer les FAI, je me pose aussi une question fondamentale: autant les taxer pour financer la télévision n'est pas logique, autant je ne comprends pas qu'on ne leur colle pas des taxes sur la tronche tant qu'ils ne respecteront pas la notion d'engagement de service. Regardez bien vos contrats: Aucun (si ce n'est les opérateurs pro) ne prend d'engagement sur la qualité du débit, sur le taux de panne mini garanti... bref, si vous êtes sans Net pendant un mois, aucun souci, vous n'avez que peu de recours! C'est là que l'UE devrait venir emmerder le monde, pas sur des taxes qui, de toute façon, retombent sur les chaînes. Ne soyons pas naïfs: le triple play, même taxé, est hyper rentable car les FAI facturent évidemment les chaînes qu'elles trimballent (Fibre, câble, ADSL). De fait, cette taxe est donc "transparente".

gravatar
qwerty a dit :

Mais, mais, qui regarde la TV ? Mise à part Arte je m'entend ? A part cette chaine et quelques fois la radio, je ne vois pas pourquoi je devrais payer ! Autant augmenter la redevance, ce serai plus logique.

gravatar
galex-713 a dit :

@jefaispeuralafoule : Ce qu’on souligne ici, c’est que la télévision est un média de diffusion, à sens unique, un média du passé. Aujourd’hui on a Internet, qui devrait finalement prendre la place de la télévision, de la radio, etc. (et de toute façon Internet est supérieur à ceux-ci en le fait qu’elle peut permettre de faire la même chose, et même infiniment plus, si on le souhaite).

@qwerty : Bien que la télévision soit quelque chose appartenant à une technologie du passé, beaucoup la regardent encore, ce à quoi jefaispeuralafoule faisait référence. Par contre étant un média du passé, elle mérite purement et simplement la désuétude (évidemment progressive, les habitudes ont la vie dure…). En attendant il est absurde de continuer à la financer.

Ce à quoi je faisais référence c’est au fait qu’au final, il suffit à la société taxée de monter les prix, et au final c’est les consommateurs d’Internet (et je ne parle même pas des membres de FAI associatifs…) qui se retrouveront à financer des chaînes publiques de la télévision, qu’ils ne regardent peu être même pas. Et je fais ici le rapprochement avec le concept de « licence globale », on fout une taxe qui au final touche tout le monde, ou beaucoup de monde, qui finance quelque chose qui n’est pas utilisé par tout le monde (ou par moins de monde que ceux qui payent la taxe) : comme le fait de taxer les périphériques de stockage (tous) pour financer « les industries de la culture », sous pretexte qu’au final, ces périphériques de stockage serviront à stocker les données « piratées ». Donc finalement tout le monde paye pour une partie de tout le monde (Ok, souvent majoritaire, mais quand bien même), et c’est là qu’on parle d’aller dans la direction de « licence globale » : tout devient gratuit, mais en échange tout le monde paye une taxe égale pour tous. Moi ça m’a l’air de communisme un peu… non ? Je veux dire : tous payer pour pas tout le monde.

gravatar
Hegurka a dit :

@galex-713 : Arrête avec ta comparaison au communisme, tu dis des bêtises là. Sous un régime communiste personne ne paierait rien !

gravatar
galex-713 a dit :

@Hegurka : Ok. En fait c’était plus une question qu’une remarque, j’étais pas sûr de ce que je disais là dessus (d’où le « non ? »)

gravatar
jissouille a dit :

On est le 1er avril ?

Sarko avait voulu rendre plus neutre la télé publique en leur supprimant les publicités

Sarko était dans une logique libérale donc son but était que les médias publics (ceux qui ont encore un reste de déontologie, ont le droit de se syndiquer, etc.) s'écroulent. C'est pratiquement fait.

C’est comme l’histoire de licence globale. Ça s’approche un peu d’une sorte de communisme non ?

La licence globale c'est ce qui s'applique depuis des dizaines d'années à la radio, la télé : une rémunération "équitable" par la SACEM (oui je sais c'est antinomique) en fonction de l'audience, payée via un impôt forfaitaire.
Comme les français n'ont, majoritairement, pas compris que l'impôt c'est ce qui leur permet de payer moins, on a recours à une astuce : faire payer une taxe aux FAI qui feront payer une augmentation à leur clients. Les crétins sont contents : ils ne paient pas un nouvel impôt, les FAI sont contents : ils peuvent râler que l'état est vraiment trop méchant avec eux (ça permet de licencier plus facilement) tout en facturant plus cher que la taxe qu'ils paieront réellement (donc faire du bénef sur l'impôt).
Les états-uniens ont vraiment bien bossé : quand quelqu'un dit "communisme" on a l'impression qu'il vient de voir le truc le plus abject de toute sa vie alors que c'est grâce au communisme qu'il a tous ses acquis sociaux : journées de travail de moins de 12h, congés payés, assurances maladie, chômage, etc.
Je pense qu'un système communiste ne rémunérerait pas à l'audience ou alors interdirait la pub sinon c'est de la triche (comme actuellement).

Autant augmenter la redevance, ce serai plus logique.

Oui, évidemment, comme ça ne payeraient que ceux qui la regardent mais... voir ci-dessus.

En attendant il est absurde de continuer à la financer.

Et donc ne garder que les chaînes privées ? Vous avez déjà vu un reportage (flatteur) sur les logiciels libres sur une chaîne privée ? Une information qui ne soit pas télécommandée par un lobby ? C'est déjà pas terrible l'audiovisuel public français mais là, si c'est pour se retrouver avec FoxNews, autant passer à la lobotomie de masse. Regardez un journal de TF1 et vous comprendrez pourquoi Monsanto, malgré les ravages qu'il fait, a encore des défenseurs, pourquoi le FN arrive à donner une image "cool" du fascisme.
Les audiences de TF1 sont encore monstrueuses et un semblant de contre-pouvoir est, à mon sens, sain. N'espérez pas trouver des journalistes (des vrais, non corrompus ou qui perdent leur place s'ils disent du mal de je ne sais quelle entreprise) su rune chaîne privée.

Le service public, les fonctionnaires et leurs statut "non-licenciable", ce sont les seuls à avoir le droit d'ouvrir leur gueule. Toute action de privatisation du secteur de l'information NOUS retire ça, principalement pour cette raison. Je ne dis pas que c'est parfait, très loin de là, mais à comparer avec l'information aux USA, y'a pas photo.

gravatar
galex-713 a dit :

@jissouille : Je ne pensais pas à une connotation péjorative en parlant d’« une sorte de communisme », c’était une interrogation quant à la terminologie. « Socialisme » conviendrait-il mieux ? Sinon la radio m’a en fait l’air d’un bon exemple.

Pour ce qui est du financement de la télévision : le contre-pouvoir n’a plus à se trouver dans ce média à sens unique, où on tombe sur des reportages biaisés par l’envie de faire du sensationnel, comme c’est le cas sur TF1 (c’est juste affreux les lieux communs et stéréotypes que ça contribue à diffuser).
De plus on ne voit pas de reportage sur des logiciels libres sur les chaînes privées, mais je n’en vois pas souvent sur une assez grande partie des chaînes publiques non plus… Si l’on souhaite un contre-pouvoir, une neutralité, une information, alors il faut cesser de se baser sur la télévision, que les chaînes soit publiques ou privées. Pourquoi garder les mourrants en vie ? C’est centralisé et à sens unique, ça n’a plus de raison d’exister.

gravatar
jissouille a dit :

@galex-713

Je ne pensais pas à une connotation péjorative en parlant d’« une sorte de communisme »

Au temps pour moi, toutes mes excuses.

C’est centralisé et à sens unique, ça n’a plus de raison d’exister.

Je suis d'accord sur le principe, mais tant qu'il reste de la télé avec une très forte audience, je crois qu'on doit garder un service public.

Et puis il me semble que la télé apporte quelque-chose qui relie les gens, souvent dans la médiocrité malheureusement, mais parfois dans le bon sens : ça reste le moyen le moins cher de se cultiver (voir de bons films, de bons concerts).

Enfin, je pense que les gens utilisent Internet comme ils consomm(ai)ent la télé : celui qui regarde vidéo-gag (ça existe encore ?) va regarder/partager la même chose sur YouTube/facebook. Tant qu'ils regardent la télé, on garde de la bande passante ;-)

mais je n’en vois pas souvent sur une assez grande partie des chaînes publiques non plus…

Hélas, mille fois hélas, mais entre "peu" et "pas", je préfère "peu". Et il conviendrait de distinguer les chaînes qui font la course avec TF1 (F2 notamment mais pas seulement) et celles qui font leur travail (Arte par exemple, souvent vue comme la chaîne intello).
Encore une fois, c'est un problème purement politique.

gravatar
Mush a dit :

@galex-713 :
"la télévision est un média de diffusion, à sens unique, un média du passé. Aujourd’hui on a Internet, qui devrait finalement prendre la place de la télévision, de la radio, etc."

Vision de geek! Si la TV devrait disparaitre à cause d'Internet ça se verrait déjà et les jeunes générations ne l'allumeraient plus. Or vu le nombre de pgm à destination des jeunes écervelés, je pense que les jeunes la regarde encore beaucoup la TV. Et donc la regarderons encore longtemps. La TV est très loin d'être morte malheureusement.

gravatar
galex-713 a dit :

Je ne dis pas que la TV va disparaître en faveur d’Internet, mais qu’elle devrait disparaître en faveur d’Internet, en suivant l’évolution sociale associée. Selon moi l’audience de la TV est à mettre du coté « effervescence du consumérisme avec les nouvelles technologies privatrices », comme l’achat de contenu « culturel » par exemple, selon moi, il s’agit juste de « vieux dinosaure qui bougent et font du bruit en mourant, qu’il convient d’éviter, et d’ignorer autant que possible » (je ne trouve plus l’article qui disait ça…), ils sont mourants, et donc enflent, mais restent condamnés. C’est l’empire byzantin qui s’écroule…

gravatar
jissouille a dit :

Ce qu'apporte la télé, depuis un bon moment déjà, ce n'est pas le contenu en lui-même mais l'illusion d'un "patrimoine" commun, que ce soit les candidats d'un télé-crochet, la dernière série-culte, le débat socio-politicien de la veille ou quelle équipe va gagner la compétition de foot ou de vélo du moment. Ça répond à un besoin social. Et ça explique le succès des réseaux sociaux : c'est rigoureusement la même chose, le bouton "Like" en plus. Ce sont les mêmes usagers (dinosaures ou "jeunes décérébrés"), le même business publicitaire, le même contenu unidirectionnel.
Ce n'est pas un problème de media. Une télé intelligente, sensible, pédagogique, créative et pluraliste est possible, elle existe. Si elle n'est pas plus regardée (donc plus copiée par ceux qui ne sont là que pour le business) c'est pour des raisons sociétales.

Les commentaires sont fermés pour cet article