7money.jpg

Les industriels du disque se disent en crise, que les artistes vont mourir de faim et que la culture va s’éteindre, à cause du grand méchant internet et des internautes/nazis/pédophiles/terroristes/voleurs/anarchistes.

Heureusement qu’il y a des taxes partout. Taxe pour copie privée (qui est un droit légal, mais pour lequel on paye des taxes quand même) en tête.
Je dis heureusement car tous les patrons des regroupements comme la SACEM qui s’occupent du reversement de l’argent perçu ne connaissent pas la crise.

Je cite cette page du point Comment la Sacem se goinfre....

Moyenne des cinq principaux salaires annuels en euros :
  • SACEM : 363.908 €
  • SACD : 149.775 €
  • SCAM : 142.521 €
  • SPP : 135.465 €
  • CFC : 110.200 €
  • ADAMI : 107.300 €
  • SPEDIDAM : 96.020 €
  • PROCIREP : 84.273 €

On parle bien des salaires des employés de ces boîtes, et non des sommes reversées aux artistes.

Allez, une petite vidéo très connue de South Park pour agrémenter ça : « downloading is not a big deal ».

Au moins, le PDG de la SACEM va pouvoir s’acheter une piscine en or, me voilà rassuré.

image de dibytes

5 commentaires

gravatar
gege a dit :

L'article du point date de 2010, faudrait voir s'il touche moins ou plus maintenant ^^!

gravatar
qwerty a dit :

C'est quand même cher. Et que des noms que je ne connais pas (procirep ?)

gravatar
Kom a dit :

Est-ce qu'on peut vraiment faire confiance à un truc qui s'appelle SCAM ?

gravatar
Julien et Nel a dit :

Si ce n'était que ça. Avec une maison de disque, l'auteur touche souvent presque rien et en ce qui concerne les musiques vendus en ligne, les auteurs ne touchent rien souvent ...

Les commentaires sont fermés pour cet article