speech lego

Je lis, sur cette affaire d’un juge qui demande la liste de tous les tweets d’un utilisateur :

« Si on poste un tweet, c'est comme si on crie à la fenêtre, l'objectif n'est pas de garder cela privé », a-t-il [le juge, ndt] dit dans une décision de 11 pages.

Je suis d’accord avec lui quand il dit que l’objectif n’est pas de garder ça privé. Mais je ne suis pas d’accord sur la comparaison de crier à la fenêtre.

Que l’on tienne un blog ou un fil Twitter, sur le net le discours public est écrit et non pas oral. Or « les écrits restent » et ceci est particulièrement vrai sur le net : les données et les pages web sont recopiées partout, sur les ordinateurs des internautes, mais aussi dans les archives du net et dans les moteurs de recherche comme Bing, Google ou même les Autoblogs. Une fois écrite sur le net, une phrase restera en ligne.

De plus, un tweet n’est pas uniquement lu (et lisible) par les gens en présence lors de son écriture, mais sont lisibles (et lus) par ce qui peut potentiellement être des dizaines de millions de personnes, y compris des journalistes, des chefs d’États, votre voisin ou votre pire ennemi.

C’est ce point en particulier qui est à mon avis très mal compris par beaucoup de monde, aussi bien les auteurs que les lecteurs.

Par exemple : est-ce qu’un professeur peut punir son élève pour les propos qu’il tient sur son blog personnel ou sur son fil Twitter (ÉDIT en dehors de propos insultants/dénigrants/diffamants je parle) ? À mon avis non. Si c’est un blog personnel, bien que lisible par tout le monde, alors personne n’a de droit de regard là-dessus. Si le professeur n’est pas content, c’est son problème et il doit accepter que les élèves usent de leur liberté d’expression. Nous sommes en 2012 et chacun peut parler maintenant, c’est un fait. Point.

C’est ensuite à l’auteur de faire attention à ce qu’il écrit (une insulte orale en face d’une personne n’a pas la même portée – ni légale, ni psychologique – qu’une insulte en public, par écrit et sur internet) ; ainsi qu’au lecteur de respecter le fait que tout le monde dispose de droits élémentaires, dont l’un garantit à tout le monde le droit de s’exprimer librement.

image de Alice Bartlett

17 commentaires

gravatar
chabotsi a dit :

"L'imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d'écrire" - B. Bayart

gravatar
Julien et Nel a dit :

Que tes paroles soient sur Internet ou non, on est responsable au niveau de la loi. D'ailleurs on est aussi responsable des commentaires postés sur notre blog (soit on les modére manuellement ou soit on les active pas), même si ce n'est pas nous qui nous sommes exprimés. Le gérant d'un blog est responsable juridiquement de tous le contenu de son blog, je crois. Aprés la loi ne fait pas de différence entre internet et un propos dit réellement, en gros si on poste quelque chose en public sur internet ... on doit l'assumer ou alors le poster dans une section privée avec mot de passe. Combien de gens sur les réseaux sociaux n'ont pas compris qu'Internet était pas en dessous de la loi et ce sont fait virer de leurs boulots pour un propos ou l'appartenance à un groupe. Si on veut que quelque chose reste privé, on ne le met pas sur internet. Internet n'oublit jamais et n'importe qui peut avoir accés à un blog public. C'est une question de limites je pense, beaucoup de gens ne connaisent pas la limite. Je suis toujours étonné de voir les gens racontés leurs vies privés sur Internet en racontant tous et rien, certains balacent même leurs adresses de maisons, téléphones ou autres ... c'est n'importe quoi quand y pense, il ferait pas ça dans la vraie vie. C'est un probléme de logique ...

gravatar
qwerty a dit :

Il faudrait éduquer un peu les gens, non ? On devrait apprendre ça à l'école, ca serai plus utile que apprendre à utiliser google sur une feuille de papier avec IE5.

gravatar
Gee a dit :

« Par exemple : est-ce qu’un professeur peut punir son élève pour les propos qu’il tient sur son blog personnel ou sur son fil Twitter ? À mon avis non. Si c’est un blog personnel, bien que lisible par tout le monde, alors personne n’a de droit de regard là dessus. Si le professeur n’est pas content, c’est son problème et il doit accepter que les élèves usent de leur liberté d’expression »

Si c'est juste un blog d'opinion, d'accord, mais la liberté d'expression n'autorise pas n'importe quoi non plus. S'il a des propos répréhensibles dessus (diffamation, genre "mon prof de math est un gros con"), ça me semble légitime de punir l'élève. Ce serait d'ailleurs plutôt une réaction cool de la part du prof qui serait en droit de carrément déposer une plainte (et pour le coup de mettre l'élève vraiment dans la merde).

Justement, comme tu l'as expliqué, on parle en public sur Twitter ou sur son blog, et ça reste. Il y a tout intérêt à mesurer ce que l'on dit (mais va faire comprendre ça à des gamins de 14 ans qui ont l'habitude de dire tout et n'importe quoi partout...).

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Julien et Nel : à voir : si un message injurieux ou diffamant est posté pendant ton absence, tu n’es pas responsable. Tu ne le deviens qu’à partir du moment où tu prends connaissance du caractère injurieux/diffamant du commentaire et que ne fais rien.
(cf : http://lehollandaisvolant.net/tuto/legal/ , section 2.2.1)


C'est une question de limites je pense, beaucoup de gens ne connaisent pas la limite. Je suis toujours étonné de voir les gens racontés leurs vies privés sur Internet en racontant tous et rien, […/…] , il ferait pas ça dans la vraie vie. C'est un probléme de logique


Entièrement d’accord.
Mais beaucoup de monde coupe l’alimentation de leurs cerveau dés qu’ils allument celui de leurs ordinateur… Je pense qu’ils s’imaginent encore (à tord) que l’ordinateur reffléchit à leurs place, alors c’est totalement faux depuis toujours.


@qwerty : +1 aussi.
Mais l’école n’aime pas internet : elle le voit soit comme un play-ground abrutissant, soit comme un concurrent éducatif, et dans les deux cas l’école pense survivre en éloignant le monde de l’internet… D’où l’importance des blogs personnels (j’ai répondu ça aussi à un lecteur qui m’a dit « quelque part, les blogs perso sont utiles ») : aujourd’hui, faute d’avoir un système éducatif courant avec son temps, beaucoup deviennent auto-didactes ne serait-ce que pour avoir d’autres avis que celui du professeur.


@Gee : oh, je ne parlais pas d’injures. Par exemple, on nous a déjà reproché de mettre à disposition des documents de cours sur facebook (page de notre classe). Des documents d’élèves, photocopies de cahiers de cours, etc.
Après oui, totalement d’accord avec toi. Et le faire comprendre à un "gamin de 14 ans", ça rejoint l’avis de @qwerty : c’est à l’école de faire ça, basiquement. Pas nous (ou alors les parents, mais en général concernant le net les enfants en savent déjà plus que les parents et ça en sera probablement toujours le cas je pense, maintenant ou dans 50 ans)…

gravatar
Yannick a dit :

Tout à fait d'accord avec Gee, je ne vois pas pourquoi un professeur n'aurait pas le droit de punir un élève qui insulterait ou diffamerait son prof sur un blog personnel. Si un écrit est personnel, on l'écrit sur un carnet, ou un traitement de texte, ou on l'envoie par mail à un(e) ami(e) (et là, on entre dans le cadre de la correspondance privée), on ne le rend pas public ! Voire je ne serais même pas choqué que le prof dépose plainte si besoin, ça apprendrait à l'élève et à ses camarades ce que signifie "assumer ses propos publics" de bien meilleure façon que rédiger en classe un texte tout gentil pour dire qu'il ne faut pas critiquer ses camarades et ses professeurs sur Facebook ! :-)
Pour reprendre ta phrase "Nous sommes en 2012 et chacun peut parler maintenant, c’est un fait. Point" je dirais "Nous sommes en 2012 et chacun doit assumer ses propos publics sur Internet, c'est un fait".
Quand quelqu'un se fait pincer pour propos idiot en public (genre ce brave Jeune pop'), je ne pense pas à un problème d'outil, de droit, d'évolution de la société numérique, mais à un bête problème d'interface chaise-clavier, comme souvent ! :-)
La prochaine étape serait justement d'apprendre aux nouvelles générations (que les médias appellent "digital native" mais qui me semblent moins au courant de ce qu'est Internet que les générations précédentes !) qu'on n'exprime pas n'importe quoi sur le net, pas plus qu'en n'importe quelle occasion publique. La notion de la distinction qui s'effacerait entre la vie publique et la vie privée, c'est ce qu'essaye de vendre Zuckerberg... pour des raisons financières, pas sociétales !

gravatar
Denis a dit :

Tout ça pour nous expliquer le caractère public d'un tweet qui est public !!!

gravatar
orangina-na a dit :

personnellement je suis toujours effrayé de constater que certaines personnes "étalent" leur vie sur internet avec leurs références persos et photos à l'appui !!! Certains y inscrivent même leurs données d'identité : une vraie mine pour les escrocs !
Quand on essaye de leur faire comprendre tous les risques qu'ils prennent, réponse ( à la c.. ) : " je n'ai rien à cacher..."
> m'enfin, ils font ce qu'ils veulent de leur vie, mais le plus inquiétant, c'est qu'ils "balancent" les données, photos, domiciliations, pseudos, surnoms, etc... de leurs familles, amis, connaissances et autres, et, c'est là, pour moi, qu'ils deviennent dangereux, ne comprenant même pas que les autres peuvent désirer garder leur vie privée.
J'évite ces gens-là comme la peste. Par ailleurs, je me suis retiré d'associations dont les membres ne respectaient pas la vie privée des adhérents en "étalant" à la louche tout ce qui se passait au sein desdites associations...
D'où la nécessité d'avoir, quand même, certaines règles.

gravatar
Gilles a dit :

C’est assez simple en fait :
- tout ce que tu écris de manière visible par un tiers, tu en es responsable devant la loi. : si sur mon blog j'écris que tu es un escroc, tu gagneras ta plainte contre moi si je n'en apporte pas la preuve, car c'est de la diffamation
- si j'écris un billet "timo est sympa" et que quelqu'un commente en disant "c’est un escroc", je suis responsable seulement si, une fois averti par toi, je ne modère pas, de plus tu peux porter plainte contre l'auteur du commentaire

Pas très compliqué comme règle à suivre :)

Pour les grosses boîtes, y'a une autre solution : tu les dénonce, avec preuves, elles te menacent de procès et tu n'as pas les moyens donc tu te censure, mais au final tu gagnerais ;) mais c'est l'argent le souci.

gravatar
Gilles a dit :

EDIT : donc la réponse à ta question : OUI :)

gravatar
Guenhwyvar a dit :

@Gilles :


- si j'écris un billet "timo est sympa" et que quelqu'un commente en disant "c’est un escroc", je suis responsable seulement si, une fois averti par toi, je ne modère pas, de plus tu peux porter plainte contre l'auteur du commentaire


Pour une modération a posteriori des commentaires, comme ici, oui, mais il me semble que dans le cas d'une modération a priori, c'est toi le responsable vu que tu as autorisé le commentaire le question, que tu partages l'avis ou non.

gravatar
Julien et Nel a dit :

Ceci dépend si les commentaires sont postés directement ou non.

Si le blogueur qui fait la modération de son blog, valide le commentaire.

Alors c'est comme si il était d'accord avec le propos, donc complice en gros.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

Oui : si c’est lui qui choisis les articles qui seront visible au public, alors c’est lui qui est considéré comme responsable de la publication.

gravatar
baldefaf a dit :

Timo si je peux me permettre de te tutoyer car je lis ton blog depuis longtempsen etant en France ou meme ici dans mon coin perdu sur cette planete.
A ta question" Tenir un blog equivaut -il a un discours en public ? "
Je dirais oui ! ( en ne restant pas anonyme)
Et, car tu exprimes tes idees par un canal accessible a un grand public. Et puis prenant ton exemple sur le prof, ca devient diffamatoire a partir du moment ou il sent que tu l'attaques personnellement sans preuves.
Bref Concernant Twitter, bien qu'il existe ...enfin peut exister l'anonymat (que je soutient d'aileurs pour des raisons...), l'on ne peut se permettre de diffamer sans preuve

gravatar
Gilles a dit :

@Guenhwyvar + @Julien et Nel : : exact, je parlais de modo à postériori, comme la majorité des blogs.
Je fais du à priori pour lutter contre les insultes perso, dans mon cas :)

Les commentaires sont fermés pour cet article