mpaa

Hadopi 3 n'a encore une fois rien compris.

La Hadopi 3 s'attaque au streaming et au téléchargement direct. Bah, fallait que ça arrive : le bittorent a été tué en France, et tout le monde connait MU ou RapidShare et les centaines d'autres qui sont nés depuis deux ou trois ans (hasard ?).

Mais ils veulent faire quoi avec ces sites ?
Ça :
L'ouverture d'un dialogue intensif avec les sites et plateformes concernés ainsi que tous les intermédiaires qui contribuent à leur fonctionnement, dont notamment les établissements bancaires, intermédiaires de paiement ou de micro-paiement, et régies publicitaires, afin d'évaluer la situation et les moyens qu'ils pourraient mettre en œuvre pour y remédier.

En somme : faire pression sur ceux qui les permettent de vivre (régies de pub, banques), comme ils ont fait avec WikiLeaks.
Alors ça c'est fort.

Et ils pensent que les banques situées aux Caraïbes ou en Irlande vont coopérer avec la France ? Ou que Megaupload va gentiment écouter la France et fermer tous les comptes sur simple suspicion ?
Sachant qu'en plus, ils n'ont rien compris au net : fermez un compte et c'en sont dix nouveaux qui rouvrent… Sans compter qu'il existe des moyens de ré-uploader un fichier de façon automatisé sur tous les sites de partages dès qu'il est supprimé.

Vous savez ce que je ferais si j'étais MU ou un autre site de partage ? Je bloquerais l'accès à mon site depuis la France, juste pour ne plus avoir d'ennuis avec ces abrutis de l'Hadopi.
S'ils le font, alors la France et l'Hadopi plutôt que promouvoir la créativité et la culture sur le net seront en train de foutre dehors tous les sites et l'industrie numérique (bon ok, peut-être pas à ce point). Merci Hadopi, merci Sarko.

Il y a pourtant une solution très simple pour que les gens payent pour de la musique et des films : proposer des offres au prix juste et des offres VOD entrant dans le bon sens : il est hors de question que j'achète la moindre VOD qui ne soit pas un bon vieux .avi en HD sans DRM. C'est pourtant pas compliqué, si ?
Mais je peux toujours rêver…

Shira Golding

2 commentaires

gravatar
Cellix a dit :

Bonjour,

De toute façon, Hadopi 3 risque de devenir illégal : Le seul moyen efficace de lutter contre le streaming est le DPI et l'Europe vient d'interdire tout type de filtrage, je crois.

Pour le reste, rien à redire sur ton article. ;)

gravatar
Erwann a dit :

Mensonge de l'industrie de la culture : "le téléchargement et le streaming tuent l'avenir de la culture".
Amateur de Jazz, je maintiens depuis plus de 12 ans que les industriels de la culture font en permanence des refus de vente. Par exemple, la plupart des CD de Jazz sont "épuisés" dès leur parution ou presque. De plus, ces CD ne sont jamais proposés au téléchargement payant en format natif (pas MP3).
Il est facile de dire que plus personne n'achète de CD, lorsque l'on est trop paresseux et/ou trop radin pour les fabriquer et les mettre en vente.
Curieusement, personne ne parle de tous ces artistes (de VRAIX artistes qui travaillent pour maitriser leur art) qui sont victimes de tels comportements de la part des éditeurs et qui par conséquent ne peuvent pas gagner d'argent avec leur travail.
Je pense aussi que la multiplication des navets (mauvais albums, mauvais "chanteurs", mauvaises réalisations, etc.) contribuent à dégouter le public d'acheter de la musique. Si la qualité était au rendez-vous, les gens achèteraient.
J'en veux pour preuve actuellement le succès très important d'Adèle, plus de 12 millions de CD vendus pour son dernier album. Le public ne s'y trompe pas. Lorsque le talent et la qualité sont au rendez-vous, il y a succès, y compris commercial !

Il est trop facile de se plaindre du comportement des clients/du public tout en ignorant fondamentalement ce que le public souhaite. Il ne viendrait à l'idée de personne de mettre un péage sur les routes pour les vélos car un vélo défavorise l'industrie automobile qui pourrait ainsi rencontrer des difficultés. En revanche, c'est ce que les industriels des médias ont réussit à faire. Terrible constat, cette incompétence des politiques législateurs est très bien partagée des deux côtés de l'échiquier politique; les industriels des médias maintenant un fort lobbying vers tous les politiques (sans distinction de parti).

L'INdustrie-de-la-CULTURE n'a jamais si bien fait honneur à ce quelle vend : de l'INCULTURE.

Les commentaires sont fermés pour cet article