blackboard Je n'ai pas beaucoup parlé de mon parcours étudiant, et donc pas non plus du DUT Mesures Physiques (DUT MP). Il me semble important de publier un petit billet pour en parler, histoire de vous donner une petite idée de ce qu'est le DUT, et éventuellement orienter ceux parmi vous qui seraient tentés de choisir l'IUT dans le futur.

Il se trouve que j'ai fait un peu tous les parcours : je suis passé par la classe prépa, puis par l'IUT et maintenant je suis en licence de physique. Je suis en licence que depuis juste quelques semaines, donc je ne pourrais pas vous en parler beaucoup, mais je peux tout de même comparer les 3 voies.

Ceci n'est pas un article pour vous pousser à aller en DUT MP, il vous faut choisir la voie qui vous intéresse, pas vos profs, ni vos parents, et ni moi, mais un billet expliquant dans les grandes lignes pour qui est le DUT MP et ce qu'on y fait.

Le programme

La prépa physique-chimie s'adresse clairement à la tête de classe. C'est un programme lourd qui teste d'avantage notre capacité à mémoriser les cours plutôt que notre capacité à raisonner face à un problème concret. S'il est bien-sûr possible de réussir en CPGE, il faut beaucoup de boulot, de l'organisation et de la volonté. Outre le fait que j'ai rapidement été débordé, le système « j'apprends, je récité » n'était clairement pas mon truc, et au bout d'un an j'ai été contraint d’arrêter.

Le DUT MP c'est différent : le diplôme forme des techniciens de niveau universitaire qui manipulent les appareils et qui savent ce qu'ils font. Il y a suffisamment de théorie pour comprendre la pratique (ou l'inverse à vous de voir, pour moi c'est dans ce sens).

L'enseignement en DUT MP est très pluridisciplinaire et on a autant de cours que de travaux pratiques, ce qui est à mon avis sa plus grande force.

Les matières sont : l’électricité, l'électronique, l'électromagnétisme, la mécanique du solide et du point, l'optique, l'optronique, le traitement du signal, l'acoustique, la mécanique vibratoire, la thermodynamique, la chimie, la chimie organique, la RMN, la cristallographie, les semi-conducteurs, un peu de math, de l'anglais, l'informatique (programmation), le dessin industriel, la métrologie. On a aussi des cours de communication et un peu de législation du travail.

On fait aussi des projets tuteurés avec un rapport à présenter et – surtout – un stage en entreprise de 2~3 mois, là aussi avec un rapport à rendre et à présenter.

En fait, avec le DUT MP on peut poursuivre dans presque tous les secteurs de la physique appliquée : plus de 95% des étudiants poursuivent leurs études quand même. Même si ce qui plaît aux entreprises, c'est le fait qu'on ait effectué un stage en entreprise.

Vu que le DUT forme des techniciens, on ne passe pas seulement notre temps en cours ou à faire des exercices, mais au moins 50% du temps sont des travaux pratiques (avec des comptes rendus à rendre). Que ce soient des TP de thermodynamique, l'acoustique, l'électromagnétique ou d'optique, on voit et on apprend à manipuler toute sortes d'appareils ou des processus. L'avantage par rapport au BTS, c'est qu'on voit également toute la théorie qui va derrière.

Les épreuves sont réparties entre examens de cours, de TD et de TP. Il est donc possible de se rattraper si on ne s'est pas levé du bon pied un jour de partiel, mais faut pas abuser non plus.

Quand je vois le programme qu'on à en licence se physique, je dirais qu'on voit globalement les mêmes choses, mais sous un angle et un objectif différent : le DUT c'est pour manipuler et à voir des applications pratique de la théorie. On ne manipule pas pour manipuler ni simplement pour voir ce qui se passe quand on appuie sur un bouton, mais pour voir comment on fait, comment ça marche et quelles applications il y a derrière ce qu'on fait.

Oh, et le niveau des cours n'est absolument pas « basique » ni « low-level » comme on l'entend parfois. Je pense que ce qu'on apprend en DUT est d'un niveau tout à fait correcte, même bon. C'est juste le but du DUT qui diffère de la fac ou de la prépa, et donc les enseignements dans leurs ensembles ne sont pas les mêmes.

L'encadrement

Jusqu'à maintenant, en Licence les cours se sont fait en amphi, les TD dans les salles de classes normales. Personne ne fait l'appel pour savoir qui vient ou qui sèche, et si un étudiant arrive trois quart-d'heure après le début du cours, ça ne choque personne (sauf moi : ça ne serait pas du tout toléré à lgIUT). En fac, si on ne vient pas en cours c'est pas du tout le problème du prof. À la limite, quelqu'un qui ne se présenterais qu'aux examens mais qui sait déjà tout pourrait très bien réussir.

À l'IUT, c'est pas du tout ça : l'appel est fait et les retards ou absences non justifiées sont pénalisées (avec possibilité d'invalidation du diplôme). Les cours sont obligatoires et les TD et les TP également.
Je sais pas trop quoi ajouter sur « la vie à l'IUT », ce détail par rapport à la fac est vraiment le plus important.

Pour qui ?

Une chose est sûre ici : si vous ne voulez pas être encadrés ou si vous comptez ne pas venir en cours, alors le DUT n'est pas fait pour vous.

L'IUT c'est pour les gens un minimum sérieux et motivé. Les deux années sont encadrés : régulièrement il y a des speech des profs : soit pour faire le point, soit pour mettre au point ; il y a des rendez-vous individuels entre les étudiants en difficultés ou simplement pour discuter des poursuite d'études.
Bref, on n'est pas lâché dans la nature.

Sur le contenu, je pense qu'il faut aimer le coté multi-disciplinaire et les TP de 4 heures.

Il n'y a pas besoin de venir d'un Bac S option sciences physique-chimie : beaucoup d'étudiants de ma promo étaient arrivés d'un bac STI, où même d'ailleurs. La seule chose qui manquaient était à mon avis les maths, mais ce qu'on voit en DUT ne sont que les bases servant aux autres matières, et le programme de math tient compte de cela.
À l’IUT, on ne fait pas des math pour le plaisir des math, mais on voit les bases servant à la physique (matrices, développements limités, intégrales, dérivées…).

Je pense que n'importe qui ayant été accepté à l'IUT pour un DUT MP peut réussir, que ce soit au niveau du parcours scolaire (bac S, bac STI…) ou sur le plan des notes. Plus ou moins facilement, certes, mais c'est possible. Il n'y a pas de capacités particulières à avoir, juste de la rigueur et un minimum de sérieux, et évidement être intéressé et fournir du travail.


Voilà ce qui reflète un peu ma vision du DUT-MP et de l’IUT.
J'oublie sûrement des trucs, mais je les rajouterais dans les commentaires au besoin.

image de kharied

35 commentaires

gravatar
GoustiFruit a dit :

Ah ça fait plaisir :-) Moi aussi j'ai fait DUT MP (option MCPC - Mesures et Contrôles Physico-Chimiques - en deuxième année, chimie quoi). Et aussi après avoir galéré 1,5 en fac de sciences... Mes 2 meilleures années d'études.

gravatar
GoustiFruit a dit :

PS: c'était en 94 et 95, un baille !

gravatar
Gloorian a dit :

Bonjour,

Je suis beaucoup ton blog et je suis tombé par mon flux rss sur cet article. Je suis pour l'instant en seconde mais mon rêve serait de devenir physicien (dans le domaine théorique). Vu que tu t'y connais un peu, quels sont les parcours envisageables? Merci beaucoup, ce serait d'une grande aide.

PS: tu ne te souviens peut-être pas de moi, mais nous nous sommes parlé sur opera-fr :D

gravatar
Taupin a dit :

Étant personnellement en prépa (PCSI puis cette année PSI) je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi :

je suis d'accord sur la quantité d'informations à assimiler mais les problèmes abordés sont concrets pour ce qui est de la physique de la SI ou de la chimie du moins c'est mon impression.

Malgré le rythme qu'il peut y avoir j'y ai passé une excellente première année post-bac sans pour autant avoir été dans la tête de classe en lycée.

C'est sûr que ça demande du boulot, ça peut ne pas convenir à tout le monde ( je connais qques personnes qui ont fini par arreter) mais comme dit il faut faire ce qui nous plait.

Qu'entends tu par le système j'apprend je récite ?
Apparemment aussi les prépas sont sacrément différentes les unes des autres niveau ambiance et façon de voir les choses.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Gloorian : possible, ouais :)
Si tu veux faire de la théorie pure, j'aurais tendance à te conseiller l'université (licence de Physique). Le DUT c'est clairement pour avoir une bonne base "pratique" en plus de la théorie.

@Taupin :


les problèmes abordés sont concrets pour ce qui est de la physique de la SI ou de la chimie du moins c'est mon impression.


En SI (sciences de l'ingénieur), ouais, mais c'est un peu le but de ce cours : appliquer ce qu'on sait à la réalisation d'objets utiles.

Mais en ce qui concerne les TP de physiques, moi je l'ai vécu tout autrement. Ils sont cool les TP, je ne dis pas le contraire, mais faire une manipulation pour faire apparaître la phase super-critique du SF6 sans voire aucune application pratique à ça, je trouve ça nul.
Idem pour les circuits RLC, etc.

À l'IUT on a également vu le circuit RLC, mais il est dans un module qui parle également des transistors et on voit à quoi il sert : amplification de signaux, etc. De même pour les champs magnétiques : c'est bien joli de voir une aiguille de boussole déviée, mais c'est mieux de l'appliquer au cas du transformateur (circuit magnétique) ou du moteur triphasé.

J'ai d'autres exemples : en thermodynamique, par exemple : le cycle de Rankine. À l'IUT on a manipulé et mesure les pressions/températures des gaz dans un réfrigérateur réel.

Mais comme j'ai dit, faut pas te sentir offensé : le but final n'est pas du tout le même entre une prépa et un DUT.


Qu'entends tu par le système j'apprends je récite ?


Les colles.
Cinq démonstrations de math à apprendre par cœur – chaque semaine – (et aussi des démos en physique, et en chimie) pour ensuite des réciter au point-virgule près le plus vite possible au tableau, le tout noté ? Nan, c'est pas un système pour moi.
Apprendre les relations et les définitions et savoir les appliquer correctement, ok, c'est ce que je veux faire. Mais apprendre bêtement des démonstrations mathématiques, non il n'y a rien de pire pour moi. C'est ainsi que j'ai ressenti les « colles » (peut-être parce que j'arrivais pas à tout assimiler, même en trois semaine).

Et puis l'ambiance de la classe, perso je l'ai trouvé déplorable. À la fin des deux ans, il y a un concours, donc c'est chacun pour soi et les autres peuvent crever. J'aime pas ça.

Désolé si je te donne l'impression de détester ce que tu fais, ne le prends pas mal, mais globalement j'ai pas aimé l'année de prépa (PCSI aussi, au fait) que j'ai effectuée.

gravatar
Taupin a dit :

Je ne le prends pas mal comme dit ça doit sacrément dépendre des endroits personnellement l'ambiance est plutôt sympa :)

La thermo vu que je bosse sur un moteur Stirling en TIPE et qu'on a fait pas mal d'application sur différents moteurs je trouvais ça sympa. Apres les TP d'élecs j'aime moins parce que le comportement d'un AO dans tous les circuits possibles ça devient vite lassant.

Pour ce qui est des colles aussi c'est assez différent j'ai aussi pas mal de questions de cours mais beaucoup de profs préfèrent nous faire faire des exos justement parce qu'ils trouvent les démos "barbantes"

Après chacun sa voie j'ai mis du temps avant de choisir prépa et j'ai hésité aussi sur le DUT MP =P

gravatar
Gloorian a dit :

@Le Hollandais Volant: Une licence de physique, je crois que c'est ce que fais ma soeur. Et quelle prépa me conseille-tu? (merci beaucoup, c'est sympa de se sentir aidé :D )

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

@Taupin : Ah, le moteur de Stirling j'en construit un dans ma chambre, avec des plateaux de disque dur et une bouteille de coca-cola, un tube de pointeur laser et des rayons de roue de vélo :D

Mais ça fait 8 mois que le truc traine sur mon bureau bordélique sans avancer :D

@Gloorian : comme prépa ? Pour la physique, je pense que PCSI (Physique, chimie, sciences de l'ingénieux) est tout désigné. Après y'en a d'autres (MPSI, Maths) ou bio, info, etc…
C'est à voir après dans la doc (au CDI, ils doivent bien avoir des trucs je pense).

Mais tu as encore du temps, si tu es en seconde (demandes à tes profs aussi).

@GoustiFruit : moi j'ai fait TI (techniques instrumentales) à la place de MCPC^^.

gravatar
Cellix a dit :

@ Le Hollandais Volant : Ayant fait une prépa (avec succès), filière PC, je puis t'assurer qu'il ne faut pas se contenter d'apprendre par cœur : c'est le meilleur moyen d'échouer ! Je reconnais que les colles semblent être rébarbatives, mais mes profs me disaient tout le temps que le plus important n'était pas d'apprendre les formules, mais de savoir les retrouver.

Pour le reste, je suis tout à fait d'accord avec toi. Il faut bien savoir choisir sa filière en fonction de ses besoins et de ses aspirations. Malheureusement, en France, le diplôme d'ingénieur est plus valorisé qu'un DUT ou autre, et je suis le premier à reconnaître que c'est un scandale...

gravatar
X3N a dit :

Perso j'suis en DUT Informatique et un truc diffère : les retards : tous nos profs s'en fichent ;)

gravatar
GoustiFruit a dit :

Je ne sais pas comment ça a évolué depuis, mon DUT remonte à perpette (à Metz au fait), mais franchement c'était vraiment une super formation, comme le dit LHV il y avait énormément de pratique pour appliquer ce qu'on avait appris en cours, et les TP étaient extrêmement bien fichus et intéressants. En seconde année je me souviens des TP de Chromatographie Liquide Haute Performance (HPLC), d'Analyse ThermoGravimétrique, les spectroscopies UV, InfraRouge, de masse, Raman, la RMN, les rayons X, etc. Et les stages en fin de deuxième année aussi étaient intéressants (police scientifique, centrale nucléaire, ...) :-)

gravatar
Taupin a dit :

@Le Hollandais Volant La classe le moteur Stirling maison =D c'est tout de suite plus stylé que celui qu'on a :)

gravatar
Gloorian a dit :

Et bien merci beaucoup pour tes conseils :D

gravatar
Rolinh a dit :

Intéressant comme article mais limite compréhensible lorsqu'on n'est pas français (et c'est mon cas) avec tous ces acronymes (on dirait que les français sont accros aux acronymes :P).
Que signifient donc DUT MP, IUT, bac STI, CPGE, etc. ?

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

DUT MP = Diplôme Universitaire Technologique (MP = Mesures Physiques)
IUT = Institut Universitaire de Technologie
Bac STI = Sciences des Technologies Industrielles
CPGE = Classes Préparatoires aux Grandes Écoles
etc. = Et Cetera Desunt ;-)

gravatar
GreyWerewolf a dit :

C'est bien de voir que les sciences intéressent toujours :D
J'ai un parcours plus long -je n'en parlerais pas ici ^^"-

Et ça me rappelle la fête de la science, où on a fait quelques expériences (avec de l'eau et de l'azote liquide) et ils ont adorés =D

gravatar
apoptose a dit :

Salut !
Je suis en DUT SRC de mon côté, mais j'avais fait deux ans de fac avant (qui se sont soldés par un échec).
Que dire, sinon que je partage le point de vue que tu exprimes dans cet article.

gravatar
marsien a dit :

> 17 : l'azote liquide, j'en manipule depuis 10 ans presque tous les jours dans mon boulot de biologiste. C'est juste un liquide dangereux (risque de brûlure, risque d’asphyxie, risque d'explosion, etc.) qui fait de la fumée... rien d'extraordinaire. Mais ça fait rêver les overclockers en herbe :-)

Quant à la fac, c'est vrai, c'est la "liberté". Et c'est à mon sens une bien meilleure école de la vie que les écoles d'ingénieurs ou BTS/IUT. Pourquoi ? Tu dois apprendre à te démerder pour réussir. Personne n'est derrière toi pour t'assister dans ta progression. Plus tard, au boulot, ce sera comme ça : tu auras des directives, et tu devras te prendre en main pour arriver à tenir les objectifs. Ne compte pas trop sur tes chefs pour te soutenir, seul le résultat les intéresse. Je suis passé par la fac, j'ai vu les gens attendant l'assistance du système se planter, j'ai créer mon entreprise et j'ai su me démerder pour la faire se développer (c'était un peu comme à la fac pour réussir mon année, année après année), j'ai embauché des gens venant de BTS, d'IUT, et je me suis arraché les cheveux à devoir être derrière eux sans arrêt pour qu'ils prennent des décisions simples sur leur travail...

Alors oui, l'IUT c'est sans doute rassurant quand on sort du lycée, le changement n'est pas brutal. Et oui, l'IUT dispense de bonnes formations pour les techniciens. Et oui, le stage en entreprise est une bonne chose (même indispensable). Mais on y retrouve les travers du système social français : l'assistanat.

Le hollandais volant, profite de cette année en licence pour éprouver ta capacité à te débrouiller seul pour réussir :-)

Signé un vieux con (sans doute !)

gravatar
Horyax a dit :

Discussions très intéressantes.

Pour ma part j'ai choisi l'IUT dans le but de trouver un juste milieu entre le lycée donc BTS et la fac. De ce point vue, il me semble que c'est bon.

Coté retards, absences, assistanat... parfois c'est pénible. Comme le dit marsien, on reste trop encadré. Ceci se ressent lors de projets comme j'ai actuellement en deuxième année où on s’aperçoit que les meilleurs élèves ne sont finalement pas les meilleurs...

Celui qui sait appliquer, utiliser son cerveau, et disposant d'un peu d'expérience s'en sort bien mieux.

Hélas, le système scolaire n'en a rien a faire. Tu apprends, tu as 10/20, c'est tout. C'est ça que les profs attendent (généralité), pas plus ...

gravatar
djibey a dit :

DUT SRC pour ma part (en 2006-2008), il m'avait été présenté comme un hybride entre le DUT info/MP/R&T mais avec une partie non négligeable d'art, d'infographie et d'audiovisuel.
Grosse quantité de cours (c'était rare de ne pas avoir 8h de cours/jour) et qualité de la formation très dépendante des professeurs (car DUT assez récent donc pas de cadre strict).
C'est un compromis intéressant pour quelqu'un qui ne sait pas encore ce qu'il souhaite faire, dans quelle voie il souhaite continuer. Il y a même des cours d'économie, de marketing, de communication ou encore même de l'expression interpersonnelle (du théâtre en gros, pour apprendre à s'ouvrir aux autres).
Un très bon souvenir. Pour ma part j'ai poursuivi en école d'informatique (en 3ème année) sans être largué par rapport aux autres (sachant que je ne me suis pas limité au programme du DUT en ce qui concerne le développement, j'aurais eu du mal sinon).

gravatar
Merwin a dit :

Je suis actuellement en classe préparatoire moi aussi (MP). Et je voulais ajouter quelques petites nuances par rapport à ce que tu dis sur les khôlles notamment.

D'abord, je ne sais pas, peut-être que c'est le cas pour toi mais il n'a jamais été question d'apprendre des démonstrations de cours par coeur. Du moins, aucun professeur nous ne l'a dit ainsi ou nous la fait savoir. Il n'a jamais été question non plus d'apprendre par coeur. Et c'est je crois la principale erreur de ce qui ont du mal en prépa, c'est croire qu'il faut tout apprendre, alors que non, il a toujours été question de comprendre les choses et d'avoir un raisonnement logique. J'ai jamais eu à apprendre aucune démonstration de math, ou de physique, ce serait bếté, débile et inefficace. Le plus important c'est de comprendre pourquoi on fait ça et pas autrement. Au final si on a compris, on est plus gagnant que si on avait appris. Parce que non seulement on voit comment ça fonctionne mais de plus on connaît le cheminement de la démonstration et du raisonnement et qu'en suite on peut s'en reservir. Évidemment ça passe aussi par un apprentissage de son cours (notamment des grands théorèmes et des formules) mais au final si tu as compris tu as pas besoin de les apprendre par cœur parce que tu sais d'où ça vient et que tu peux les redémontrer. Par exemple les formules de Binet, ça sert à rien de les apprendre par cœur.
Après tout ça dépend du lycée où se trouve la classe préparatoire. Si on se retrouve dans un de ces grands lycées parisiens c'est clair que l'ambiance est moins bonne. Dans mon lycée en tout cas ça a jamais été le cas, avec les fêtes avant chaque vacances, les soirées d'intégration, et tous ce qui est organise au sein de la prépa. Il y a toujours des trucs où on peut se socialiser, s'amuser, et profiter. Bien entendu, il y a toujours certaines personnes qui sont dans leur délire et qui sont dans l'optique concours à fond mais ça au fond on s'en fout.

Bref, tout ça pour dire que personnellement j'ai pas eu l'impression de vivre la prépa comme tu l'as vécu. Et qu'au contraire c'est un enrichissement continuel. D'ailleurs tu parles des TP qui ne montrent aucune utilité dans la continuité, mais j'ai l'impression qu'ils en ont une surtout en deuxième année (modulation, démodulation etc...) qu'on voit aussi à travers les exos et les problèmes de concours.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :


D'abord, je ne sais pas, peut-être que c'est le cas pour toi mais il n'a jamais été question d'apprendre des démonstrations de cours par coeur.


C'est bien le contraire de moi alors.
On avait des démos à apprendre et à réciter. Qu'on les apprenais bêtement ou qu'on sache les retrouver, le prof n'en a rien à faire. Ce qu'il voulait, c'est retrouver au tableau ce qui se trouve dans le cours.


Au final si on a compris, on est plus gagnant que si on avait appris. Parce que non seulement on voit comment ça fonctionne mais de plus on connaît le cheminement de la démonstration et du raisonnement et qu'en suite on peut s'en reservir.


+1
Mais tout fait.

gravatar
Mear a dit :

Merci beaucoup pour ce billet, je suis actuellement en Terminale Scientifique Sciences de l'Ingénieur avec spé Physiques et l'IUT m'attire pas mal, ce diplôme a l'air bien, il faudra que j'y réfléchisse ^^

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :

Ok :-)
N'hesites pas à aller des eventuelles journées portes ouvertes pour parler avec des étudiants ou des profs.

Idem pour les autres filières.

gravatar
el dorado a dit :

bonjour,

je suis actuellement étudiante en mesures physique (DUT), je dois faire un exposé sur une personne ayant fait un DUT mesures physique et ayant une expérience en entreprise d'au moins 8 ans. Cela reste anonyme je présenterai votre parcours mais aussi l'entreprise dans laquelle vous travaillez. Cela intéresserait-il quelqu'un?

gravatar
Hod a dit :

Salut,

Je ne suis pas d'accord avec Taupin ni avec toi. En tout cas pas totalement.
Les problèmes de CPGE n'ont rien de concret, c'est de la pure théorie, ultra-simpliste qui plus est (oui, ça fait mal à entendre mais quand on regarde les programmes, il n'y a rien de très récent. Il faudra attendre le second cycle pour avoir de la physique et mathématiques modernes, cad mi-XXème et au delà).

Quand au fait de ne pas réfléchir en CPGE, je ne suis pas d'accord non plus. On t'apprend à réfléchir en plus d'acquérir les connaissances. Les kholes sont là pour ça.
Cependant, on te formate à penser d'une certaine et unique manière ce qui est très dommageable pour l'intellect et la recherche.
En même temps, les CPGE scientifiques forment plus des futurs-ingénieurs qui n'ont pas trop besoin de réfléchir (j'entends sur la résolution de problème théorique, la recherche fondamentale et théorique. Nous sommes d'accord que la valeur ajouté d'un ingénieur est justement sa capacité de réflexion et de résolution de problèmes concrets), ce qui fait, que hormis les ENS, pour faire de la recherche et prétendre à un niveau ultra-pointue, la CPGE n'est peut-être pas la voie royale comme je peux le constater aujourd'hui. J'apprends bien plus avec des possesseurs de Master en sciences fondamentales qu'avec des ingénieurs de formation.

Après il y a quelques exceptions. Je crois en faire partie, avec un diplôme d'ingénieur-mathématicien très spécifique et assez unique (+ master recherche en mathématique fondamentale).

gravatar
Hod a dit :

Ha ! Et il est impossible de faire des mathématiques et de les comprendre sans apprendre une démonstration.
Elle ne s'apprend pas par coeur, seule les grands axes et les charnières de la démonstration doivent être connue. Le reste étant du blabla qui arrive tout seul (à tel point qu'en théorie de la mesure, bon nombre de démonstrations sont torchées en invoquant un "par les arguments habituels", un comble de rigueur haha).

Comment peux-tu retenir les propriétés, l'utilité et les corollaires d'un théorème dont tu ne comprends pas la justification ?

Du coup, sachant que dans un cours d'un ou deux heures tu apprends quelques théorèmes, propriétés, etc. Il me semble normal d'avoir bon nombres de démonstrations à connaitre par coeur.
A vrai dire, les démonstrations sont toujours et souvent les même à peu de choses près : même astuces, même raisonnement.

La démonstration classique de la non dénombrabilité de R selon Cantor se fait par l'argument de la diagonale, que tu retrouves un peu partout dans les démonstration de non dénombrabilité d'ensemble infini.

gravatar
Mathieu a dit :

Il m'arrive de lire de temps à autre le blog de mon ancien camarade de DUT MP et cet article m'a fais esquissé un large sourire :D

J'aimerais apporter des précisions !

.Il faut d'abord savoir que notre IUT était loin d'être un des moins bons et que certaines règles diffèrent entre les IUT ( retards, suivis des élèves, compte rendus TPs, ... ).

.Ensuite il est bon de savoir que même s'il n'y avais pas que des étudiants issus du bac S, ce sont principalement eux qui s'en sortait le mieu au bout des deux ans.
Les quelques STL acceptés en 1ere années ont tous échoués et les premiers à abandonner sont bien souvent les STI.

.Ensuite il faut savoir que de très nombreux étudiants ayant échoués en classe prépa viennent en DUT MP ( à mon sens plus de la moitié de ceux qui réussissent) et tu en est la preuve^^. Il est dailleurs amusant de noter que ce ne sont rarement les meilleurs. Certains se voient même aussi échouer en DUT MP ! ( attention à ne pas généraliser tout de même )

.En effet, le DUT MP forme pour devenir technicien mais 95% des étudiants comme tu le dis vont en poursuite d'étude et c'est tout de même largement ressentis au niveau des cours.
Le DUT MP a la réputation d'être le plus difficile mais aussi celui qui permettra l'ouverture sur le plus d'orientation possibles en BAC+2. Que ce soit en ingé ou lience, en chimie, en électronique ou même en industrie.

.Enfin pour finir je dirais simplement qu'à titre comparatif avec les bons individus qui étaient avec moi au lycée, qui s'en sortaient mieu que moi et qui sont allés en classé prépa, je suis celui qui a finalement réussi a intégré la meilleure école sans forcément me prendre trop la tête pendant deux ans ( à titre comparatif ) !
Par ailleurs certaines bonnes écoles possédant des classes prépas intégrés n'acceptent que très peu de prépas en processus d'admissions BAC+2. Le DUT est un vrai plus pour postuler dans ces écoles qui valorisent une formation plus proche des techniques de l'ingénieur que de la théorie type prépa pure et dure. Je pense nottament aux universités de technologie comme la bien connue UTC.

gravatar
Le Hollandais Volant a dit :


.Il faut d'abord savoir que notre IUT était loin d'être un des moins bons et que certaines règles diffèrent entre les IUT ( retards, suivis des élèves, compte rendus TPs, ... ).



Ça j'en suis sûr, mais comparé à la fac, pour avoir discuté avec des étudiants d'autres DUT, c'est globalement largement plus encadré.
Pour les comptes rendus, ça dépend à mon avis des profs surtout : rien que chez nous les règles sont différentes pour chaque prof, je ne citerais pas d'exemple.


des étudiants issus du bac S, ce sont principalement eux qui s'en sortait le mieu au bout des deux ans.


C'est un peu normal quand même, mais comme pour certains prépas qui ne sont pas en tête de classe je pense quand même qu'il est possible de réussir, le programme n'est pas compliqué à comprendre globalement (apprendre, c'est autre chose). Y a des choses difficiles, évidement (la propagation des ondes, l'optique, etc.) c'est quand même assez balèze, mais ça reste faisable même si on comprend pas tout.

Après, ce billet est là pour apporter quelques précisions, vu qu'il m'est arrivé qu'on me demande ce qu'on faisait en DUT MP à Clermont, et si c'était dur/pas dur, etc. J'y ai évidement ajouté un large avis/ressenti personnel.
Heureusement qu'on a pas tous la même vision des choses.
Ravi d'avoir ton point de vu :)

gravatar
Phys a dit :


@ - Cellix: Je reconnais que les colles semblent être rébarbatives, mais mes profs me disaient tout le temps que le plus important n'était pas d'apprendre les formules, mais de savoir les retrouver.




@ - Merwin[quote]TEXTE

Par exemple les formules de Binet, ça sert à rien de les apprendre par cœur.[/quote]

qui a t-il d'interessant à faire des choses rébarbatives ?? a part s'embêter... Et après faut savoir ce qu'on veut, soit tu veux passer ton temps a retrouver des démonstrations ou formule quand t'es en prépa PCSI-PC alors que t'es en prépa physique-chimie(PC)mais tu te tape limite plus de maths que de physique finalement avec 2 petites heures de TP avec une physique super théorique...

En revanche en DUT MP c'est bien plus adapté pour les gens ambitieux et qui aiment la physique-chimie, car exemple en DUT MP on va pas te bourrer le crâne de maths on va juste t'enseigner les outils mathématiques utiles pour la physique, en prépa tu vas faire des maths pures pour faire des maths genre des suites et de la récurrence j'ai jamais appliqué ça en physique. Donc en IUT retrouver la formule et faire des démonstrations n'est pas une priorité du tout, en revanche faire le lien entre un peu de théorie avec de la pratique et passant aussi par des exos en TD c'est bien plus équilibré que beacoup théorie, peu de pratique + des colles rébarbatives et un rythme de travail quand même hard.




@ - Le Hollandais Volant: Ils sont cool les TP, je ne dis pas le contraire, mais faire une manipulation pour faire apparaître la phase super-critique du SF6 sans voire aucune application pratique à ça, je trouve ça nul.



Tient ça me rappelle la terminale en physique quand on étdudiait les circuits RC, RL et RLC globalement ça se résumait a trouver l'équa diffe, vérifer la solution et voila encore une fois théorique mais à quoi ça sert et le pourquoi ça on ne nous l'a pas dis... donc pas beaucoup d'interrêt. Et apprendre son cours c'est un peu bête, les TP en générl ça aide vachement a l'apprentissage des cours^^



@ - Le Hollandais Volant:La prépa physique-chimie s'adresse clairement à la tête de classe



C'est pas vrai mais pas faut non plus, je pense qu'il faut nuancer cela. Il est vrai qu'en prépa il n'y a pas forcément que les premiers de la classe qui peuvent prétendre entrer en prépa. En revanche je ne connais pas n'y jamais entendu parler d'une personne entrée en prépa sans avoir de mention au Bac même si c'est pas toujours représentatif car des gens ayant eut mentions bien se sont plantés en prépa ça éxiste mais quelqu'un qui rentre en prépa dans 99% des cas a au moins eut mention AB au Bac. Et en prépa les gens accéptés sont 100% de S.
En DUT MP des gens très bons avec mention TB (et oui parfois ça arrive), des gens moyens etc même des gens ayant eut le bac au rattrapage et qui ne viennent pas exclusivement de S mais aussi de STI & STL.

N'oublions pas que la Prépa PREPAre des élèves à des concours d'écoles d'ingé plus ou moins cotées mais si on échoue on repart sans rien. Le DUT parcontre il faut quand même garder à l'esprit que c'est avant tout un DIPLOME national, qui forment des techniciens mais qui en plus offre la possibilité d'entrer en école d'ingé peut -être pas les plus cotées il faut quand même le reconnaitre..

Pour terminer mon Roman lol, pour ceux qui aime la physique il y a la prépa PCSI-PC/PSI ou le DUT MP.
Prépa clairement il faut être matheux et DUT etre curieux sur les sciences physiques.
Concrètement le Prépa forme des élites et le DUT forme des gens compétents ou plutot pluricompétents..
N'oubliez pas pour la physique il y a la fac aussi, et on peut aussi rentrer en école d'ingé par cette voie.

gravatar
Mear a dit :

Je reviens ici, sur ce billet, car, hé bien le temps a passé et je SUIS en DUT MP \o/ et j'aime beaucoup, après un mois de cours, je sais que ça me plaît, même si les notes c'est pas trop ça. Donc, juste un passage pour te remercier de ton billet, vu que ça m'a donné l'idée d'aller voir ma formation actuelle ;)

gravatar
Antony curry a dit :

salut à vous , j'aimerai savoir quels sont les possibilités de poursuite d'étude en L3(licence 3) dans une université après un DUT MP ...merci pour vos réponses :)

Les commentaires sont fermés pour cet article