On m'a posé la question, sur ce blog : « c'est quoi un logiciel libre ? ».
J'avoue que ça m'a un petit peu surpris : tout le monde ne sait pas encore ça ?

Ce n'est pas un mal de ne pas savoir : on n'y est pour rien, mais ça m'as étonné : ça veut dire que le message ne passe pas ou n'est pas clair.

C'est souvent cette dernière solution que je constate : quelques pro-libristes balancent les 4 règles de Richard Stallman (le fondateur du mouvement Libre), ainsi que quelques liens en Anglais et basta. Personne n'en est avancé (et pas seulement concernant le Libre, ou même l'informatique).

Le dictat que j'impose sur ce blog vous propose donc une définition (non officielle) que j'ai faite pour être simple et courte.

Un logiciel Libre est l'opposé d'un logiciel propriétaire.
En fait, c'est le code source du logiciel qui est soit libre soit propriétaire.

Un logiciel Libre est livré avec les codes sources. Quand on a les sources, on peut étudier ou modifier le programme pour l'adapter à ses besoins. Si le logiciel est « Libre », on peut en faire ce qu'on veut comme en distribuer les versions modifiées et faire profiter tout le monde des améliorations.

Avec un logiciel propriétaire, c'est impossible : ici, seul l'éditeur dispose des codes sources, qu'il conserve jalousement. Du coup, personne ne peut participer : on achète et on utilise, mais on ne peut ni l'adapter, ni l'améliorer, ni partager

L'utilisation des les logiciels non-libre est dangereuse. Car ils utilisent souvent un format d'enregistrement lui aussi non-libre (cas courant des logiciels non-libres : iTunes, MsOffice, Windows, SolidWorks, la quasi-totalité des grands jeux…). Si un jour l'éditeur met la clé sous la porte, le logiciel risque de ne plus fonctionner. Tous vos fichiers sont alors bon pour la corbeille : vu qu'ils ne sont pas ouverts, personne ne sait comment ils fonctionnent et on ne peut plus les ouvrir…

Ceci est impossible avec les formats de fichiers libres des logiciels Libres.

Le Libre est avant tout un état d'esprit, une philosophie mais c'est donc aussi un avantage technique.

Aujourd'hui, je pense que c'est une erreur et une faute grave d'utiliser des formats de fichiers propriétaires. Le faire quand même c'est renfermer sur soi la confiance qu'on a dans un éditeur de logiciels qui ne cherche qu'à faire de l'argent ; argent qu'il gagnera sur vous par la suite : soit en vous vous entrainant dans une marche forcée (ex : évolution du format .doc vers .docx), soit en vous faisant payer le droit d'écrire un fichier (ex : format MP3).

Seuls les logiciels libres vous garantissent un contrôle illimité dans le temps et une paternité totale sur vos fichiers personnels, sachez-le…

image de notfrench

6 commentaires

gravatar
Sewell a dit :

Que dire à part merci :)

gravatar
briced a dit :

Un bon résumé, merci.

gravatar
fred a dit :

J'ai reçu hier, de la part de mon employeur pour mon prochain job d'été, un joli .doc (bien complexe) à compléter... Bon, j'étais exceptionnellement devant l'ordinateur familial sous XP. Mais je me demande comment libreoffice sous ubuntu se serait démerdé pour m'afficher la chose convenablement...

gravatar
poutpout a dit :

Salut!
Il y a une précision à apporter parce que beaucoup font l'amalgame.
Open source ne veux pas dire Libre!
Du coup ta phrase "Tous vos fichiers sont alors bon pour la corbeille : vu qu'ils ne sont pas libre, personne ne sait comment ils fonctionnent et on ne peut plus les ouvrir…"

devrait plutôt être "Tous vos fichiers sont alors bon pour la corbeille : vu qu'ils ne sont pas open-source, personne ne sait comment ils fonctionnent et on ne peut plus les ouvrir…".

Les commentaires sont fermés pour cet article