Richard StallmanÇa fait plusieurs fois que je lis des articles ou des interviews sur Richard Stallman, le père du concept des logiciels libres. La dernière en date est une interview sur Framablog.

Certains ne me comprendront pas complètement à la fin de cet article. Ou diront que je dis des conneries (et je suis prêt à les écouter, mais je dis ce que je pense).

Stallman fait des conférences pour expliquer et promouvoir le logiciel libre. Plus particulièrement la philosophie du libre que les logiciels aux même d'ailleurs. D'après l'article cité ci dessus, je pense que ces activistes en font un peu trop, ou plutôt, pas dans le sens que je le ferais si je voudrais promouvoir le logiciel libre.

Ce que Stallman fait, c'est expliquer le concept de logiciel libre (libre d'usage, d'en faire ce que l'on veut, pas forcément gratuit, etc.) et tente de « rallier » (je cite Stallman) des gens à la cause du libre. Faire en sorte que tout le monde utilise des logiciels libres plutôt que des logiciels fermés ou propriétaire. C'est un but louable.
Moi, je choisissait autrefois (et toujours) mes logiciels pour la qualité, et non parce que le code est libre ou pas (de toute façon, moi, je n'en retire pas (encore) d'intérêt d'avoir le code source d'un logiciel à disposition). Bien que j'utilise presque exclusivement des logiciels libres sur mon ordinateur, j'en ai quelques un non libres (il se comptent presque sur les doigts de la main).
Les autres logiciels sont tous libres car je les préfère à ceux que je connais en propriétaire : je préfère GNU/Linux à Windows, je trouve VLC plus performant que WMP, je préfère Firefox à IE ou à Safari, etc. C'est la seule raison. Si vous avez lu mon précédent billet, vous constaterez que disposer de formats ouverts de fichiers est plus pratique que d'avoir des fichiers fermés comme un pot, mais dans ce cas je préfère des formats ouverts que fermés, mais seulement par ce que c'est plus simple à manipuler, y'a aucune philosophie derrière (en ce qui me concerne).
Certains prêchent sans pratiquer. Moi c'est presque l'inverse.
J'utilise quelque chose parce qu'il est meilleur que le concurrent. Certaines personnes utilisent tel ou tel produit car cela vient de tel ou tel marque, de tel ou tel fabriquant (a un point qui frôle parfois l'hystérie). Pas moi.
J'ai découvert que la majorité des très bon logiciels sont libres. Je pense notamment à VLC, auquel je n'ai jamais trouvé un équivalent propriétaire d'aussi bonne qualité, les seuls qui tendent éventuellement à le dépasser sont libres aussi (Mplayer par exemple). Depuis un petit moment, j'assimile peut-être un peu trop logiciel libre à bon logiciel, mais pour le moment, ça c'est presque toujours vérifié. (Je dis presque car il m'arrive aussi de trouver des bouses dans le monde libre, mais c'est très rare.)

Pour en revenir au sujet, je pense avoir saoulé plein de personnes pendant que je “démontrait” comment certains logiciels étaient meilleurs que d'autres, ou pourquoi je trouve toujours que Linux est mieux que Windows (c'est parti pour le troll :-( ), mais à chaque fois c'est la qualité du logiciel qui était mis en avant, pas le fait qu'il soit libre. Si quelqu'un se sent prêt pour me montrer (ou me convaincre) que IE est meilleur, plus simple ou plus respectueux et qu'il est plus rapide pour afficher les pages que Firefox par exemple, je suis tout ouï (mais je peux toujours attendre)…
Pour moi, le fait qu'un logiciel soit libre passe après sa qualité (déterminée subjectivement).
Si je défend toujours le fait que je trouve Linux meilleur (que Windows), c'est par ce que je le trouve meilleur, pas par philosophie.

On me dira que je ne mérite pas d'entrer dans « communauté du libre » et bien tan-pis ! Si un jour Linux se met à devenir une bouse, et que Microsoft fabrique un Windows sans failles, super rapide et qui ne plante pas toutes les heures (on peut rêver), et si je juge que Microsoft ne nous prend plus pour des portes-feuilles plutôt que leurs clients (car s'ils sont si riche, c'est quand même grâce à nous), peut-être que je retournerais sous Windows, ça va donc dans les deux sens (en ce moment, je trouve que Firefox devient lourd et lent : je me tourne de plus en plus vers Opera).

Je trouve que les logiciels libres sont bon, mais ce n'est parce qu'ils sont libres que je le prendrais, et c'est là que mon point de vue diverge de celui de Stallman. Parmi les commentaires sur l'article, je lit :
je suis triste de constater que beaucoup de gens aient choisi ce système [Gnu/Linux, ndlr] pour des raisons purement techniques, ou même par mode.

C'est exactement ce que je veux dire. Chacun à ses raisons (que je respecte totalement), mais moi j'ai choisi Linux ou Firefox pour des raisons techniques, et finalement, j'ai pris conscience de choses comme les CLUF des logiciels qui font que désormais, j'y prête un peu plus attention. La philosophie du libre est donc bien passé après (mais ça ne fait pas de moi quelqu'un qui voit le monde en noir et blanc). L'avantage de choisir des logiciels libres pour des raisons techniques, c'est que ce que nous créons avec restera toujours utilisable, contrairement au fait de choisir un logiciel propriétaire pour des raisons purement technique : un jour où l'autre, on se verra dans l'obligation de continuer avec le même logiciel car celui-ci nous enferme. (voir le même commentaire que là citation : celui de PillOow.)

Après, les logiciels libres ont des avantages énormes : failles corrigées bien plus rapidement, ils sont souvent gratuits (bien que l'un n'implique pas l'autre), la plupart sont de bonne qualité, on est sûr qu'ils ne pourriront pas notre système avec des virus intégrés (pour cela il est indispensable de télécharger ces logiciels sur leurs sites officiels), aussi, quand on acquiert un logiciel libre, ce dernier nous appartient. (Un logiciel propriétaire ne nous appartient pas, on signe juste une licence qui nous autorise à l'utiliser.) C'est pour cela que je suis (comme Stallman) pour le fait de les intégrer en standard sur les ordinateurs neuf, pour que l'on soit à 100% propriétaire de ce que l'on achète. (le Windows et autres truc qu'on vous dit qu'ils sont gratuits, et ben on les paye (environ 30% le prix d'un PC) !!) ainsi, à l'achat, on aurait pas de mauvaises surprises quand on apprend dans le CLUF (le long texte légal à accepter) que le logiciel nous appartient pas et que en plus, on doit le laisser nous espionner…

Bref, je suis en accord avec Stallman pour certains trucs mais je ne suis pas un “pro-libre uniquement pour le libre” (pas encore :-).
Je trouve que si l'on veut montrer comment les logiciels libres sont super-cool, on doit dire aux public ce que nous risquons avec les logiciels propriétaires (ce que fait Stallman aussi) mais surtout la qualité des logiciels libres face à leurs homologues propriétaires, et c'est cela qui intéresse le plus les utilisateurs : la qualité. Et c'est bien ce que je fais quand je conseil Linux plutôt que Windows, Firefox plutôt que IE, VLC plutôt que WMP, et comme les gens veulent des chiffres, je dis que Vista occupe 600Mio en RAM et mon Ubuntu en prend seulement 180, ou quand Vista occupe 16Gio alors qu'Ubuntu n'en prend même pas 4.

Si l'on veut que le libre passe auprès des utilisateurs, il faut leurs montrer ce qu'ils y gagnent réellement plutôt que s'occuper du dernier de leurs soucis (car personne, je dis bien personne ne se soucis de savoir que Windows ne lui appartient pas : la preuve : y'en a t-il un dans la salle qui a lu les CLUF de chaque logiciel de son PC, et l'a compris ? (S'il on le comprenais vraiment, jamais personne ne l'aurais accepté.) Pour le moment, notre choix de tel ou tel produit “libre” ou “pas-libre” se fait encore (par moi aussi) sur «une question de concurrence […] et pas de liberté ».

PS : Certains logiciel proprio sont bon aussi : je citerais Opera (excellant à tout point de vue) et MacOSX (mais je trouve que Apple se fout complètement des ses clients.

Commentaires fermés

Les commentaires sont fermés pour cet article